Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Activité des sénateurs

Il faut construire 15 000 logements par an en Outre-Mer

Par / 25 janvier 2023

C’est un sujet, qui nous concernent toutes et tous. Les demandes explosent, la précarité est grandissante, la population a besoin de compter sur une réelle politique du logement pour faire face à l’ensemble des enjeux. C’est d’autant plus vrai en Outre-Mer, ou trop souvent, les problématiques métropolitaines s’y trouvent exacerbées.

L’échec du premier Plan logement Outre-mer, entre 2015 et 2019, témoigne d’une inefficacité du gouvernement de porter collectivement, avec tous les acteurs des territoires, des réponses locales et concrètes face à la diversité et spécificité de chaque territoire ultra-marin. Apporter une réponse verticale n’a pas été la solution.

Le second Plan Logement Outre-mer, qui a été allongé d’un an, afin de prendre en compte la crise sanitaire, a comme volonté de faire avec tous les acteurs concernés par la politique du logement en outre-mer : les collectivités, les services déconcentrés, les bailleurs, les représentants de locataires et tant d’autres. Est-ce la réalité dans les faits ? La route est encore longue et les difficultés sont encore présentes.

80% de la population en outre-mer est éligible au logement social, alors qu’il constitue uniquement 18% du parc immobilier. Ce taux d’éligibilité est supérieur à la moyenne nationale, qui tourne autour de 73%.

Le 27ème rapport de la fondation Abbé Pierre sur l’état du mal logement revenait sur la situation en Outre-Mer. L’État n’est toujours pas au rendez-vous. Plus un seul sans abris disait Macron en 2017, aujourd’hui, le nombre de sans domicile explose, l’accès au logement n’est pas garanti pour toutes et tous, la pauvreté en Outre-Mer est deux à cinq fois plus élevée qu’en France Métropolitaine.
Le droit de vivre dignement est condamné et cela est d’autant plus frappant à Mayotte et en Guyane. Les loyers sont chers, l’accès au logement devient difficile face à des revenus, là-encore, inférieurs à la moyenne nationale. Il faut accompagner nos concitoyens et on ne peut imaginer une politique du logement sans prendre en compte la détresse sociale.

Alors, Monsieur le Ministre, il faut élaborer une réelle stratégie autour du logement, une stratégie efficace, efficiente pour répondre à ces problématiques, y compris en Outre-Mer. Les associations vous interpellent : il faudrait produire 15 000 logements par an pour répondre à la demande globale des territoires ultramarins. Aujourd’hui, nous n’arrivons guère à atteindre les 10 000 logements par an, fixé par la loi de programmation relative à l’égalité réelle en Outre-Mer.

L’habitat indigne représente 13% du parc immobilier en Outre-mer. Rien qu’à Mayotte, il y a autant de personnes vivant dans un bidonville que dans tout l’Hexagone.
L’habitat privé est également fortement dégradé, et des moyens sont indispensables pour accompagner les réhabilitations et les opérations de désamiantage.

La rareté du foncier, le réchauffement climatique, la croissance démographique, sont des enjeux centraux à intégrer pour permettre à chaque habitant d’Outre-Mer de vivre dignement.

La réponse à ces objectifs doit passer par des discussions et des échanges en associant tous les acteurs liés à la politique du logement en Outre-Mer. Les territoires ultramarins font partie intégrante de la République, et doivent être représentés dans chaque instance nationale, et donc pour les questions de logement également. Les dispositifs existants doivent être plus lisibles, plus transparents afin que chacune et chacun puisse accéder à ses droits, concernant le logement, la propriété, les travaux…

Le développement de l’ingénierie locale mais aussi de l’accompagnement de l’État sont importants. Il faut accompagner les collectivités territoriales en leur octroyant plus de moyens humains et financiers pour qu’ils puissent assurer leur mission de service public. L’accompagnement des bailleurs sociaux est également important pour protéger le parc social et les locataires.

J’espère fortement que ce débat et le travail engagé sur le sujet permettront d’avancer sur la politique du logement, en France Métropolitaine et Outre-Mer. Le Conseil Interministériel des Outre-Mer qui se tiendra au printemps sera un moment décisif pour les territoires ultramarins. Nous espérons que les annonces seront à la hauteur des engagements pris par votre gouvernement Monsieur le Ministre, mais surtout à la hauteur des besoins, car la détresse est grande.

Monsieur le ministre, je termine en vous posant cette question : Parviendrez-vous à atteindre l’objectif de 15 000 logements par an en Outre-Mer malgré la baisse drastique des moyens alloués ?

Les dernieres interventions

Tribunes libres La loi du plus riche

« Taxer les riches, ça ne marche pas ! » : on n’a pas vraiment essayé ! - Par / 3 février 2023

Tribunes libres Macron en retraite ?

Si vous cherchez de l’argent, on a quelques pistes ! - Par / 27 janvier 2023

Tribunes libres L’habit ne fait pas le moine

Cachez donc ces inégalités que je ne saurais voir - Par / 20 janvier 2023

Administration