Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Dans le département

Coupe de l’America

Par / 7 novembre 2003

Robert BRET interpelle le Président de la Commission d’enquête et lui soumet ses remarques sur le projet.

Monsieur le Président,

L’enquête publique que vous diligentez découle de la candidature de la Ville de Marseille pour accueillir la Coupe de l’América en 2007.

Dans ce cadre - et dans ce cadre exclusivement* - le Port Autonome de Marseille comme maître d’ouvrage, présente son projet d’aménagement et d’extension des installations portuaires du J3 et du J4 pour créer une base nautique et renforcer sa protection par le prolongement de la digue du large.
(*Paru dans Marseille l’Hebdo du 21 octobre 2003 :
Le Port précise, par la voix de l’ingénieur Claire AUZEBY, présente lors de l’enquête qu’"il n’a pas vocation, s’il n’y a pas l’América, à faire ce genre de travaux. Si la ville veut faire un port ici, c’est un autre contexte, un autre dossier".)

Toujours dans ce cadre, l’Etat annonce une participation au projet du PAM, de l’ordre de 40 Millions d’euros. Elle correspond aux coûts prévisionnels présentés dans cette enquête : 25 Millions d’euros pour l’aménagement d’un avant-port autour du Fort Saint-Jean et 14,5 Millions d’euros pour allonger la digue de Catalans.

Jusqu’au 18 novembre, les Marseillais mais aussi les habitants de la Communauté Urbaine, sont appelés à donner un avis sur ce projet.

Étant, comme eux, favorable à toute manifestation, à tout projet pouvant contribuer au rayonnement et au développement de Marseille pouvant nous aider à retrouver la voie d’un progrès durable et partagé par les populations et les communes de la Communauté Urbaine, nous voudrions vous soumettre, Monsieur le Président, trois remarques sur le projet.

La première rejoint un certain nombre d’inquiétudes exprimées par les plaisanciers et leurs associations, auxquelles on se doit de répondre, concernant le rétrécissement prolongé du chenal d’accès au Vieux Port et à la Réserve.

Certes sa largeur ne sera pas en deçà de l’actuelle passe au niveau du Fort Saint-Jean. Mais son prolongement sur 130 mètres vers la passe sud du Port de la Joliette risque de créer un sérieux problème de navigation (le dossier présenté en étude d’impact évoque d’ailleurs ce préjudice aux pages 164 et 165) surtout si on s’orientait vers un avant-port Saint-Jean dédié à des unités de grande taille.

Et c’est notre deuxième remarque. Si le projet et son utilisation sont clairs dans l’optique de la Coupe de l’América, il n’en est pas de même quant à la vocation de cette nouvelle base nautique, une fois la compétition terminée.

Certes, il est bien précisé que les quais 93 et 95 retourneront à la vocation commerciale qui est celle du Port Autonome de Marseille.

En revanche on cherchera en vain à la page 120, paragraphe 3.7 de l’étude d’impact consacré à l’avenir du site, ce que deviendront les nouvelles installations de l’avant-port de Saint-Jean.

Il semblerait quand même - et personne dans l’enceinte de cette enquête n’a contredit cette impression - que cette nouvelle base nautique sera plutôt réservée à une élite de yachts de grande dimension.

On ne peut donc laisser planer l’idée que ces installations répondront à la demande toujours plus importante de postes à quais voués à la plaisance populaire si, pour l’essentiel, tel ne sera pas le cas.

Eu égard à la transparence due aux Marseillais et aux habitants des communes de Marseille Provence Métropole quant aux choix à faire pour l’avenir des vocations littorales et maritimes de la première ville portuaire de France et aux investissements qu’ils auront à gérer, il eut été souhaitable de dire clairement les options possibles.

D’autant que ce projet soumis à enquête ne représente qu’une partie des investissements nécessaires à l’accueil de l’América Cup.

Au total, on annonce une dépense avoisinant les 200 Millions d’euros dont 120 en investissements (où l’Etat annonce une participation à hauteur de 40 Millions d’euros pour le projet du PAM) ; et 80 Millions d’euros en frais de fonctionnement auxquels participerait à ce jour le Conseil Général à hauteur de 10%.

Si nous faisons bien nos comptes :
200 Millions - 40 de l’Etat - 8 du Conseil Général = 152 Millions.
C’est la somme qui reste à trouver. Somme dont nous ne savons pas aujourd’hui quelles seront les parts de la Ville de Marseille et de la Communauté Urbaine.

Certes on pourra compter, à ce moment-là, sur les retombées des recettes espérées de cet événement, de l’ordre de 1,2 Milliards d’euros. Mais cela n’en renforce pas moins la nécessité d’une vraie transparence et d’un vrai débat au regard des modifications structurelles qui sont envisagées.

J’en viens, Monsieur le Président, à notre troisième remarque et certainement pas la moins importante dans le cadre d’une enquête publique.

Quand vous clôturerez cette enquête, le 18 novembre, le choix de la ville qui accueillera la Coupe de l’América ne sera toujours pas connu. Il le sera le 26 novembre, soit huit jours après.

Et vous en conviendrez, suivant le choix arrêté, ces huit jours peuvent modifier beaucoup de choses pour les Marseillais et les habitants de Marseille Provence Métropole.

À commencer par celles et ceux qui sont venus dire leur avis dans le cadre de cette enquête.

Il faut bien admettre que ce n’est vraiment pas la même chose si la candidature de Marseille est retenue, avec le plaisir et les retombées économiques que l’on peut espérer, ou si elle ne l’est pas.

Dans ce denier cas, qu’adviendra-t-il de cette enquête publique et de ses conclusions, sachant que le PAM, maître d’ouvrage, retirera ce projet et avec lui son financement d’Etat ?

Il nous paraîtrait alors raisonnable, de ne pas donner suite à cette enquête publique afin de ne pas détourner l’avis qui s’en dégagera de son objet initial : le succès espéré de la candidature de Marseille pour l’organisation de la prochaine Coupe de l’América.

C’est avec ces remarques et cette exigence de clarté que nous accompagnons cette enquête, comme la procédure simplifiée de révision du Plan Local d’Urbanisme de Marseille, d’une manière plutôt positive pour le moment, mais réservée si le choix de l’América Cup ne nous était pas favorable.

Il conviendrait alors d’ouvrir un autre débat, sur la base d’un autre dossier, d’une autre enquête ou d’un complément d’enquête, afin de préciser les finalités, les investissements et les capacités à les réaliser, au moment où Marseille et la Communauté Urbaine sont au seuil de l’ouverture d’autres grands chantiers, comme par exemple le projet Tramway qui va demander une mobilisation financière supplémentaire pour palier à la défection de l’Etat.

Il faudra alors faire des choix, organiser des priorités et les dépenses pour réussir un avenir partagé par tous les habitants et les communes de Marseille Provence Métropole.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la commission d’enquête, l’expression de ma considération distinguée.

Les dernieres interventions

Dans le département Des Côtes-d’Armor au Sénat

Organisation et transformation du système de santé - Par / 18 juin 2019

Dans le département Visite du centre de rétention administrative de Rennes

Reportage du 28/02/19 sur France 3 Bretagne - Par / 5 mars 2019

Dans le département Parité dans les intercommunalités

Courrier aux maires des Côtes d’Armor - Par / 5 février 2019

Dans le département Prisonniers palestiniens

Courrier du 29/01/19 à Monsieur le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères - Par / 29 janvier 2019

Dans le département Journée des droits des femmes

Une délégation d’élues au Sénat - Par / 13 mars 2018

Dans le département Nous demandons un plan de rattrapage sanitaire pour le Bassin minier  

Lancement d’un appel pour une santé restaurée dans le Bassin minier - Par / 30 janvier 2018

Dans le département Un grand malaise au centre pénitentiaire de Sequedin

Ma lettre à Nicole Belloubet, Ministre de la justice - Par / 24 janvier 2018

Dans le département Les syndicats et Christine Prunaud se mobilisent

Fermeture des bureaux de Poste à Saint-Brieuc - Par / 18 janvier 2018

Dans le département Projets Miniers

Lutte sur mon territoire des Côtes-d’Armor - Par / 3 octobre 2017

Dans le département NON à la remise en cause des locaux syndicaux

Veiller aux usages et mises à disposition dans l’Isère - Par / 21 avril 2017

Dans le département Usages et mises à disposition de locaux syndicaux

NON à une remise en cause en Isère - Par / 14 avril 2017

Dans le département Fusion annoncée des Services des Impôts

Inquiétude pour la vallée du Grésivaudan - Par / 7 avril 2017

Dans le département Législatives en Côtes d’Armor

Circonscription Lamballe-Loudéac : Candidate du PCF - Par / 4 avril 2017

Administration