Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Dans le département

Traitement et élimination des déchets

Par / 23 novembre 2002

Intervention de Robert Bret lors d’un débat organisé par le CIDEFE

Comme Président du Groupe Communistes et Partenaires de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole, permettez-moi tout d’abord de vous remercier, toutes et tous, pour avoir répondu à cette invitation à la réflexion et au débat sur cette question essentielle du traitement et de l’élimination des déchets.

En 1992, la loi se fixait une échéance à 10 ans, pour que les communes changent leur comportement essentiellement tourné, alors, vers la mise en décharge sans réelle politique de traitement.

10 ans après, si le paysage semble avoir évolué en ce sens sur l’ensemble du territoire national, le retard n’en est que plus important dans certains départements. C’est en particulier le cas des BDR et singulièrement de la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole où chaque année environ 600.000 tonnes d’ordures ménagères continuent d’aller vers des décharges, à Entressen pour l’essentiel.

Certes on a amélioré les conditions d’acheminement et de traitement sur ce site.
Quelques déchetteries ont vu le jour. Des communes se sont mises au tri sélectif. Mais il n’est qu’à se promener dans la ville centre pour mesurer l’ampleur du retard.

Deux arrondissements seulement se sont à ce jour essayés au tri sélectif.
Avec des résultats en échec pour le 13e arrondissement et très modestes pour le 8e arrondissement, depuis seulement 4 mois.
Mais a-t-on réellement mis les moyens, notamment humains pour réussir une telle révolution des comportements ? Ces deux arrondissements représentent quelque 150.000 habitants et actuellement il n’y aurait que 20 personnes employées à promouvoir la pratique du tri à la source chez les gens. Les fameux ambassadeurs du tri.

Depuis 2 ans c’est la communauté Urbaine qui a compétence en la matière.
Héritant du dossier, elle a été dans l’obligation de demander en juillet une dérogation au Préfet pour continuer d’utiliser la décharge de La Crau.
Dérogation accordée jusqu’en 2004 sous réserve de prescriptions plus contraignantes et surtout de fournir avant la fin de cette année un projet à venir de traitement et d’élimination de ses ordures ménagères.

Après cent ans de mise en décharge polluante, qu’allons-nous maintenant laisser en héritage aux générations futures ?

1er constat : A quelques semaines de ce choix fondamental, le moins qu’on puisse dire c’est que l’opacité domine sur fond d’enjeux financiers et environnementaux autour d’une unité d’incinération d’au moins 300.000 tonnes sur le territoire du port autonome en Zone Industrielle de Fos sur Mer.

Autrement dit on garderait la même logique que le projet rejeté à Marseille, mais on irait brûler ailleurs, provoquant ainsi auprès des populations voisines les mêmes inquiétudes, les mêmes rejets que ceux des Marseillais en son temps.

2e constat : Alors que la Communauté Urbaine offre 4 fois plus de moyens que les 18 communes séparées, on pourrait penser que cette mutualisation soit mise au service de nouvelles et importantes possibilités pour mieux répondre et d’une manière cohérente aux besoins des populations concernées.
À ce jour ce n’est pas vraiment le cas. Et aucune programmation financière ne laisse à penser que la Communauté Urbaine entend garder elle même la maîtrise économique et technologique du projet d’incinération.
Les deux majors privés en la matière sont d’ores et déjà positionnés sur le terrain de la ZI Portuaire de Fos pour enlever le marché.

Tout se passe comme si l’urgence de la fermeture d’Entressen (et des nombreuses décharges "sauvages") et l’ampleur du problème à traiter nous condamnaient à une sorte d’efficacité du moindre mal à laquelle viendrait en réponse une logique privée d’incinération.

3e constat : Alors qu’en deux ans le paysage intercommunal des Bouches-du-Rhône a radicalement évolué, on a le plus grand mal à percevoir la cohérence des réponses en matière et les volontés de coopérations des EPCI et des collectivités territoriales, en particulier le Conseil Général des BdR ; ce qui contribuerait très certainement à rendre plus pertinente et plus durable la résolution du problème des déchets.

Malgré nos interventions répétées dans cet Hémicycle et en commission pour engager un vrai débat, transparent et citoyen, afin de dégager une vision et une économie globale allant de la collecte au traitement, nous n’avons à ce jour pas obtenu ce débat.
Pourtant il est une condition fondamentale de la réussite d’un projet de traitement des déchets si l’on veut réellement appliquer la loi de 1992.

Comme pouvait le dire François COSSERAT ici présent, dans une réunion organisée à Marseille par le CIDEFE en 1997 sur le même sujet : "c’est sans doute le chantier qui met le plus en question la relation entre le citoyen, la commune, l’industrie du déchet et l’industrie au sens large".

Voilà pourquoi, il nous a semblé utile de prendre cette initiative en coopération avec le CIDEFE, pour faire le point de nos réflexions, des connaissances et des expériences en la matière, pour contribuer à ouvrir la porte du débat public.

Élus, citoyens, responsables associatifs venant de la Communauté Urbaine, mais aussi d’autres communes, d’autres EPCI, il nous appartiendra ensuite de prendre position sur cet enjeu dans chacun de nos territoires.
C’est en tout cas ce que nous entendons faire, pour notre Groupe, dans les prochains jours.

Pour l’heure place à l’échange.
Avec nos trois intervenants que je voudrais en votre nom, à toutes et à tous, remercier pour leur participation.

Brigitte BERLAND - Présidente Départementale du MNLE 13,

François COSSERAT - Chef de projet du réseau de compétence des sciences et des métiers de l’environnement au Conservatoire National des Arts et Métiers,

Vladimir BRONES - Animateur de la commission Environnement du CIDEFE.

C’est Annick BOËT, à qui notre Groupe a demandé de suivre ce dossier, qui va conduire ce débat. Je lui passe la parole.

Les dernieres interventions

Dans le département Des Côtes-d’Armor au Sénat

Organisation et transformation du système de santé - Par / 18 juin 2019

Dans le département Visite du centre de rétention administrative de Rennes

Reportage du 28/02/19 sur France 3 Bretagne - Par / 5 mars 2019

Dans le département Parité dans les intercommunalités

Courrier aux maires des Côtes d’Armor - Par / 5 février 2019

Dans le département Prisonniers palestiniens

Courrier du 29/01/19 à Monsieur le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères - Par / 29 janvier 2019

Dans le département Journée des droits des femmes

Une délégation d’élues au Sénat - Par / 13 mars 2018

Dans le département Nous demandons un plan de rattrapage sanitaire pour le Bassin minier  

Lancement d’un appel pour une santé restaurée dans le Bassin minier - Par / 30 janvier 2018

Dans le département Un grand malaise au centre pénitentiaire de Sequedin

Ma lettre à Nicole Belloubet, Ministre de la justice - Par / 24 janvier 2018

Dans le département Les syndicats et Christine Prunaud se mobilisent

Fermeture des bureaux de Poste à Saint-Brieuc - Par / 18 janvier 2018

Dans le département Projets Miniers

Lutte sur mon territoire des Côtes-d’Armor - Par / 3 octobre 2017

Dans le département NON à la remise en cause des locaux syndicaux

Veiller aux usages et mises à disposition dans l’Isère - Par / 21 avril 2017

Dans le département Usages et mises à disposition de locaux syndicaux

NON à une remise en cause en Isère - Par / 14 avril 2017

Dans le département Fusion annoncée des Services des Impôts

Inquiétude pour la vallée du Grésivaudan - Par / 7 avril 2017

Dans le département Législatives en Côtes d’Armor

Circonscription Lamballe-Loudéac : Candidate du PCF - Par / 4 avril 2017


Bio Express

Robert Bret

Ancien sénateur des Bouches-du-Rhône
En savoir plus
Administration