Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Affaires culturelles

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC.

Lire la suite

Projet de loi d’orientation sur l’avenir de l’école (2)

Par / 15 mars 2005

par Gélita Hoareau

Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, je vous remercie pour cet accueil chaleureux.

De notre capacité à enraciner aujourd’hui les valeurs républicaines d’égalité, de liberté et de fraternité dans l’esprit de notre jeunesse, à forger l’esprit critique, à élargir le champ des connaissances, dépend l’avenir du pays.

Voilà une noble ambition, partagée, qui mérite un débat à la hauteur de l’enjeu, éloigné des visions partisanes. Mais l’affirmation d’une ambition ne saurait suffire à emporter l’adhésion en l’absence d’une mobilisation des moyens adéquats. C’est le sentiment des lycéens et des enseignants qui constatent au quotidien une dégradation de leurs conditions de vie dans les établissements.

La Réunion a connu, elle aussi, de grandes manifestations lycéennes. S’il est toujours hasardeux de sonder les reins et les coeurs des jeunes manifestants, ce serait toutefois manquer de lucidité que de ne pas voir dans leur mobilisation, d’une part, l’expression d’une réelle demande d’amélioration de leurs conditions actuelles d’enseignement et, d’autre part, l’expression d’une réelle angoisse face à l’avenir.

Il existe dans notre île, comme ici, une fracture au sein de la jeunesse entre celle qui, désireuse de réussir son parcours éducatif, s’inquiète de son avenir et celle qui, gagnée par la désespérance, est déjà en situation d’échec et retourne contre l’école sa colère et ses frustrations.

Les Réunionnais sont particulièrement attachés à l’école qui, au cours des dernières décennies, a joué un rôle indiscutable en termes de cohésion sociale et comme moteur d’ascension sociale. L’affirmation de l’école publique a accompagné le passage d’une société coloniale à une société fondée sur la réalisation des valeurs républicaines, notamment par l’accès du plus grand nombre à l’enseignement. S’il ne s’agit pas de nier ces avancées, il ne saurait non plus être question de passer sous silence les disparités et les retards actuels du système éducatif à la Réunion.

J’illustrerai mon propos de quelques affirmations concrètes.

Le taux de scolarisation des enfants de deux ans est, chez nous, de 15 %, contre 34 % en métropole. L’échec scolaire en cours préparatoire à la Réunion est presque le double de celui de métropole. En CM2, il est plus élevé de quelque 25 %.

En 2002, l’écart de réussite au brevet des collèges était inférieur de onze points dans notre département. Le taux de scolarisation des 16-19 ans y est inférieur de douze points. Quant au taux d’accès au baccalauréat, il est de 57 %, contre 69 % en métropole. A la Réunion, 19 % des jeunes sortent du système scolaire sans qualification, et l’illettrisme touche 20 % de la population.

Je pourrais continuer l’énumération de chiffres, tous porteurs, en filigrane, d’un fort enjeu social : comment ne pas rappeler, en effet, que le chômage des jeunes est de 51 % chez nous, contre 20 % en métropole ?

C’est la raison pour laquelle l’organisation et le contenu de l’enseignement doivent répondre prioritairement à la réduction de ces inégalités. Et non seulement les mesures contenues dans ce projet de loi n’y concourent à mon avis pas, mais la suppression des TPE risque même d’être un facteur aggravant.

Pour faire face aux retards, comme aux besoins créés par la progression démographique de l’île, le système éducatif réunionnais a aussi et surtout besoin de moyens. Le dernier plan de rattrapage en personnel enseignant date en effet de 1998-2002. Il n’y en a pas eu d’autres depuis, en dépit des retards incontestables, notamment au niveau du ratio d’encadrement.

Pis, la suppression brutale de milliers d’aides éducateurs a eu pour conséquence une dégradation des conditions de vie scolaire.

Comment ne pas s’inquiéter également des conséquences du transfert du personnel TOS vers les collectivités locales ? Chez nous, le conseil régional et le conseil général, ainsi que la majorité des organisations syndicales, estiment que ce transfert n’est pas acceptable dans les conditions prévues.

J’ai d’ailleurs déposé très récemment sur ce sujet une proposition de loi qui pourrait contribuer au règlement définitif de ce problème.

Monsieur le ministre, nous ne retrouvons pas dans votre projet de loi les moyens d’une ambition pour la jeunesse de notre île, jeunesse qui est pourtant notre atout essentiel. Cet investissement dans l’avenir est aussi la condition du maintien de la cohésion sociale actuelle.

Votre projet de loi, monsieur le ministre, ne mérite ni excès d’estime ni indignité. Néanmoins, compte tenu de la réalité réunionnaise, nous ne pourrons l’approuver.

Les dernieres interventions

Affaires culturelles Nous aurions dû aller plus vite, plus loin, plus fort

Démocratisation du sport : explication de vote - Par / 19 janvier 2022

Affaires culturelles Une proposition de loi poids plume

Démocratisation du sport - Par / 18 janvier 2022

Affaires culturelles L’existence de ces objets et de ces œuvres ne commence pas avec leur exhibition

Circulation et retour des biens culturels appartenant aux collections publiques - Par / 10 janvier 2022

Affaires culturelles La pérennité des bibliothèques est assurée

Bibliothèques et développement de la lecture publique (deuxième lecture) - Par / 16 décembre 2021

Affaires culturelles Les directeurs ne veulent pas être une courroie de transmission hiérarchique

Fonction de directrice ou de directeur d’école (conclusions de la CMP) - Par / 25 novembre 2021

Affaires culturelles La concentration dans les médias nuit à la diversité et au pluralisme des idées

Oeuvres culturelles à l’ère numérique : conclusions de la CMP - Par / 21 septembre 2021

Affaires culturelles La stratégie de la concentration est forcément perdante

Protection et accès aux oeuvres culturelles à l’ère numérique - Par / 20 mai 2021

Affaires culturelles Ce texte risque de raviver le mécontentement

Fonction de directrice ou de directeur d’école - Par / 10 mars 2021

Affaires culturelles La campagne est aussi une source de bienfaits

Patrimoine sensoriel des campagnes françaises - Par / 21 janvier 2021

Affaires culturelles Ces restitutions ne peuvent pas être le fait du prince

Restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal (nouvelle lecture) - Par / 15 décembre 2020

Administration