Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Affaires économiques

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC.

Lire la suite

Transparence et sécurité en matière nucléaire : explication de vote

Par / 9 mars 2006

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes chers Collègues,

Je souhaiterais tout d’abord saluer le travail pertinent effectué par la commission, laquelle a notablement amélioré le texte.

Le débat a également permis d’intégrer de nouvelles dispositions par l’adoption d’amendements des groupes minoritaires et notamment du groupe CRC.
Ceci est assez rare pour que nous le soulignions. J’ajoute que nous aimerions que cet esprit constructif anime également les discussions d’autres projets de loi.
Le projet de loi, en ce moment, soumis à notre assemblée comporte de véritables avancées en terme de transparence.
En effet, la création du Haut comité de transparence sur la sécurité nucléaire, ainsi que la reconnaissance légale des CLI ne peuvent que nous satisfaire.
Nous sommes, par ailleurs, particulièrement favorable à la création d’un régime spécifique pour les installations nucléaires de base.

Cependant, nous sommes au regret de constater que ces points positifs du projet de loi s’accompagnent, parallèlement, de mesures qui sont de nature à compromettre la sécurité nucléaire.
En effet, la création de la haute autorité de sûreté ne se justifie que dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du nucléaire civil.
Monsieur le rapporteur de la commission des affaires économiques le reconnaissait ce matin, en commission, la création de cette autorité administrative indépendante n’a de sens que dans le cadre d’un marché ouvert.
Vous l’avez compris, dans cette discussion, cette hypothèse ne nous convient pas.

En effet, nous estimons que les enjeux de la politique énergétique nécessitent une maîtrise publique. Les exemples européens et internationaux où la libéralisation a été la plus avancée nous incitent à la plus grande des prudences.
De plus, seul la maîtrise publique permet de garantir l’indépendance énergétique, la mise en oeuvre des investissements nécessaires, les efforts de recherche conséquents ainsi que la sécurité des approvisionnements. A fortiori lorsque l’Etat fait le choix, que nous partageons, du développement de l’énergie nucléaire.
Nous sommes en effet convaincus qu’au regard des impératifs de réduction de l’émission des gaz à effet de serre et de l’explosion des besoins, l’énergie nucléaire est une réponse appropriée.

Cependant, les risques spécifiques liés à cette énergie doivent être pris en compte. Il s’agit notamment de la gestion des déchets, nous en parlerons dans quelques mois, mais aussi de la sûreté des installations et des investissements pour le renouvellement du parc nucléaire parallèlement à la question du démantèlement des centrales.
Ces impératifs sollicitent une maîtrise publique des objectifs en matière nucléaire, mais aussi une maîtrise publique des exploitations nucléaires productrices d’électricité.

Nos amendements concernant la structure de l’entreprise EDF ne sont donc nullement des cavaliers, mais ont trait directement à la question de la sécurité nucléaire.
En effet, l’entrée de capitaux privés dans les entreprises publiques change fondamentalement les règles de gestion de l’entreprise.

A la satisfaction des besoins collectifs, se substituent la satisfaction d’intérêts privés. Le projet industriel de l’entreprise se résume alors à la rémunération du capital, l’augmentation des marges des actionnaires et de la réduction des coûts. Celle-ci passe par la diminution des garanties sociales et des coûts de maintenance. Autrement dit la rentabilité se fait au détriment de la sécurité.
Ainsi, nous continuons de penser que le statut d’EPIC de l’entreprise EDF garantissant la présence de capitaux publics est un des élements de la sécurité nucléaire.
Dans un contexte national où la fusion de GDF et de Suez se dessine, la rumeur de fusion entre EDF et Véolia se répand, nous ne pouvons accepter que le gouvernement, par le biais de la haute autorité créee, se dessaisisse du contrôle de la sûreté nucléaire et de la réglementation pratique des installations nucléaires de base.

Cette haute autorité est, dans ce sens, l’instrument d’un désengagement de l’Etat.
En effet, cette externalisation des missions confiées à la haute autorité correspond à une dilution de la responsabilité gouvernementale dans ce domaine si important qu’est la sécurité nucléaire.

Si ce texte est adopté, le gouvernement ne sera plus considéré comme responsable, en son nom propre, de la sûreté nucléaire. Nous pensons alors que l’objectif ambitieux visé par ce projet de loi ne sera pas atteint.

Pour cette unique raison, et ce, malgré les dispositions positives de ce texte, nous ne pouvons voter cette loi, laquelle prépare l’ouverture à la concurrence du nucléaire civil.

Les dernieres interventions

Affaires économiques Les moyens de contrôle et de sanction manquent

Démarchage téléphonique (deuxième lecture) - Par / 4 juin 2020

Affaires économiques Nous pensons que cette proposition de loi répondra durablement aux besoins des Français

Efficacité des aides personnelles au logement : explication de vote - Par / 4 juin 2020

Affaires économiques Bien des femmes et des hommes doivent choisir, dans notre pays, entre manger et se chauffer

Accès à l’énergie et lutte contre la précarité énergétique - Par / 6 février 2020

Affaires économiques L’accès à l’énergie doit devenir un droit fondamental

Accès à l’énergie et lutte contre la précarité énergétique - Par / 6 février 2020

Affaires économiques Ce texte porte des mesures positives mais manque de vision globale et cohérente

Économie circulaire : conclusions de la commission mixte paritaire - Par / 30 janvier 2020

Affaires économiques La loi EGalim n’a pas répondu à ses objectifs

Activité des entreprises alimentaires françaises - Par / 14 janvier 2020

Affaires économiques Vous ne changez rien, préférant la surconsommation, le capitalisme et la course au profit

Énergie et climat : conclusions de la commission mixte paritaire - Par / 26 septembre 2019

Affaires économiques Nous prônons une véritable politique de maîtrise publique

Exploitation des réseaux radioélectriques mobiles (conclusions de la CMP) - Par / 24 juillet 2019

Affaires économiques Il y a les beaux discours et les actes

Énergie et climat : explication de vote - Par / 18 juillet 2019

Administration