Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Affaires sociales

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC.

Lire la suite

Egalité des chances et CPE : conclusions de la commission mixte paritaire, explication de vote

Par / 9 mars 2006

Vous n’avez qu’une obsession : faire adopter cette loi le plus vite possible, avant que le mouvement populaire ne se développe encore plus. Il y a là quelque chose de surréaliste pour notre démocratie : vous malmenez la représentation nationale pour faire adopter une loi, condamnée par l’opinion publique avant même sa promulgation.

Vous donnez ainsi l’illusion d’une victoire législative, alors que vous êtes battus sur le terrain politique.

Plus vous vous expliquez sur cette loi et plus le mécontentement grandit.

Vous voulez renfermer la jeunesse dans des contrats contraires aux règles de notre pacte social. Elle vous rappelle à l’ordre, et brandit un carton jaune. Attention au rouge. Elle est l’avenir, et en tentant de la casser c’est notre pays que vous cassez.

En se mobilisant, comme elle le fait, elle porte loin le principe de solidarité qui fonde notre République.

Elle ne supporte pas vos attaques contre les plus démunis, et elle refuse d’être livrée pieds et poings liés à un patronat déresponsabilisé. Elle n’accepte pas que ces contrats précaires servent de laboratoire avant d’être étendus à tous les salariés.

Elle nous donne une leçon de citoyenneté. On la disait apathique, infantilisée, individualiste et même fainéante, tout en la considérant comme déviante, potentiellement délinquante et donc dangereuse. Tous les fantasmes ont été charriés à son encontre et nous la voyons responsable, motivée, enthousiaste et pleine d’énergie, reprenant le flambeau de la lutte pour l’égalité des droits et la fraternité.

Et pourtant, du premier au dernier article de cette loi, vous vous attaquez à elle.

Vous commencez par l’exclure du cycle normal de l’école dès quatorze ans. À partir de quinze ans, fini les rencontres entre amis, le sport, et les sorties, c’est-à-dire une certaine forme d’insouciance. Vous rétablissez le travail de nuit et de week-end, pour ceux qui cumulent déjà le plus de handicaps.

Puis, à la sortie des études, vous lui imposez un contrat première embauche, qui pourra dans certains cas être renouvelé pendant dix ans. Les années de galères sont légalisées, organisées et structurées. Jusqu’à vingt-six ans, la peur du lendemain sera la règle. Il sera impossible de vivre autonome, de prendre son envol, de s’établir dans la société puis de mener une vie de couple et de famille. Alors que notre société se fissure, sous les coups des discriminations de toutes sortes, vous mettez les jeunes à l’index, vous les enfermez dans des statuts dérogatoires et discriminants. Ils devront expier collectivement leur faute d’être jeunes inexpérimentés et sortis d’un système éducatif qui les aurait mal préparés à la vie professionnelle.

Quant aux autres actes discriminants et vexatoires, vous dépénalisez leur sanction. Ce n’est plus la justice qui dira le droit bafoué et qui rétablira l’honneur de la personne humiliée.

Une instance administrative pourra mener des tractations avec les contrevenants.

Au nom de l’égalité affichée, vous instaurez un ensemble de procédures dérogatoires.

Vous prenez le risque d’un développement séparé du reste de la société.

Vous culpabilisez et condamnez les parents les plus en difficulté, en supprimant les ressources qui leur permettent de vivre. Toute la famille en souffrira, et surtout les frères et les sœurs. C’est une punition collective contraire à notre droit fondamental. Pour de nombreux jeunes, le C.P.E. c’est le « contrat précarité étendue », le « contrat première exploitation » ou encore le « contrat première embûche ». Le rejet de la jeunesse ne pourra qu’aller croissant. C’est pourquoi vous avez voulu accélérer l’adoption de ce texte. Le gouvernement comptait sur l’effritement du mouvement : c’est raté.

Nous disons à la jeunesse qu’elle a raison de croire que d’autres solutions sont possibles, fondées sur le respect de la solidarité. Elles passent par l’émergence de droits nouveaux, la prise en compte de la formation initiale et continue. L’insertion professionnelle est possible : c’est affaire de volonté et de choix politique.

La jeunesse a raison de se mobiliser. Qu’elle sache qu’elle a toute notre confiance et qu’elle est digne de porter l’avenir. C’est pourquoi nous voterons résolument, en son nom, contre cette loi.

Les dernieres interventions

Affaires sociales Les mesures prises depuis des années sont d’une inefficacité navrante

Représentation des travailleurs indépendants recourant pour leur activité aux plateformes (conclusions de la CMP) - Par / 26 janvier 2022

Affaires sociales Certaines victimes de ces thérapies ont subi de véritables tortures

Interdiction des pratiques visant à modifier l’orientation sexuelle (conclusions de la CMP) - Par / 20 janvier 2022

Affaires sociales Ce texte laisse sur sa faim, malgré quelques avancées

Protection des enfants : conclusions de la CMP - Par / 20 janvier 2022

Affaires sociales Le Sénat ne sortira pas grandi de cette manoeuvre

Renforcement du droit à l’avortement (deuxième lecture) : explication de vote sur une question préalable - Par / 19 janvier 2022

Affaires sociales Il est regrettable que le sujet déclenche une telle hostilité

Renforcement du droit à l’avortement (deuxième lecture) - Par / 19 janvier 2022

Affaires sociales Il est impératif d’assurer une prise en charge des malades qui conservent des symptômes durablement

Plateforme de référencement et de prise en charge des malades chroniques de la covid-19 - Par / 13 janvier 2022

Affaires sociales Cette loi se contente de viser la parité dans les postes de direction des grandes entreprises

Égalité économique et professionnelle : conclusions de la CMP - Par / 16 décembre 2021

Affaires sociales Les moyens dégagés ne sont pas à la hauteur des besoins

Protection des enfants : explication de vote - Par / 15 décembre 2021

Affaires sociales Un réel progrès pour les 214 000 conjoints agricoles et aides familiaux

Revalorisation des pensions de retraites agricoles les plus faibles - Par / 9 décembre 2021

Affaires sociales Cent euros de plus en moyenne par mois pour la pension de 70 000 femmes

Revalorisation des pensions de retraites agricoles les plus faibles - Par / 9 décembre 2021

Affaires sociales Les agricultrices pourront mieux vivre demain grâce à ce texte

Revalorisation des pensions de retraites agricoles les plus faibles : explication de vote - Par / 9 décembre 2021

Affaires sociales Les difficultés du quotidien exigent des moyens supplémentaires

Accompagnement des enfants atteints de pathologie chronique ou de cancer - Par / 8 décembre 2021

Affaires sociales Ce budget n’est pas de nature à redresser notre système de santé

Financement de la sécurité sociale pour 2022 : explication de vote - Par / 16 novembre 2021

Affaires sociales Donnons un statut de salarié à ces travailleurs

Modalités de représentation des travailleurs indépendants recourant pour leur activité aux plateformes - Par / 15 novembre 2021

Affaires sociales Ce texte maintient les travailleurs dans une fausse indépendance

Modalités de représentation des travailleurs indépendants recourant pour leur activité aux plateformes : exception d’irrecevabilité - Par / 15 novembre 2021

Affaires sociales La droite sénatoriale propose de repousser à 64 ans l’âge de départ à la retraite

Financement de la sécurité sociale pour 2022 : article additionnel après l’article 48 - Par / 12 novembre 2021

Affaires sociales La grande réforme de l’autonomie a été enterrée

Financement de la sécurité sociale pour 2022 : article 30 - Par / 9 novembre 2021

Administration