Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Affaires sociales

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC.

Lire la suite

Egalité des chances et CPE : le contrat de responsabilité parentale, une approche libérale et sécuritaire des problèmes sociaux

Par / 4 mars 2006

Cette idée de suspension des prestations familiales aux familles « non méritantes » est de longue date une idée de droite. Il s’agit là d’une approche libérale sécuritaire des problèmes sociaux.

Je ne peux empêcher de faire le lien entre le rapport de l’INSERM sur les troubles des conduites chez l’enfant et l’adolescent et le futur projet de loi sur la délinquance que nous présentera le ministre de l’Intérieur sans oublier, bien sûr, le non moins consternant - pour ne pas dire choquant - rapport Bénisti sur la délinquance des mineurs et sa courbe de la délinquance.

À la page 7 du rapport figure une courbe sur laquelle il faut s’arrêter car elle passe en revue tous les âges et les difficultés qui y sont liées.

De zéro à 3 ans, il n’y a pas de problèmes majeurs. De 4 à 6 ans, difficultés de langue et comportements indisciplinés : ça commence à s’aggraver. De 7 à 9 ans, les problèmes s’accentuent et la marginalisation scolaire apparaît ; les parents démissionnent ou ne maîtrisent plus l’éducation, enfin, il n’y a pas d’activités post-scolaire. Eh oui, il n’y a pas d’argent dans ces familles !

De 10 à 12 ans, aggravation des problèmes précédents et violences à l’école, redoublements et marginalisation scolaire, début des petits larcins et conflits parentaux accentués. De 13 à 15 ans, on entre dans la délinquance, consommation de drogues douces, absence répétées aux cours, plus aucune activité pré ou post-scolaire : mais que fait la police ? De 16 à 18 ans, consommation de drogues dures, cambriolages, vie nocturne,utilisation d’armes blanches. À partir de 19 ans, entrée dans la grande délinquance, vols à main armée... J’arrête là !

Depuis plusieurs mois, on assiste ainsi à un débat sur le dépistage précoce de la délinquance potentielle chez les enfants qui contient en germe une idéologie sécuritaire, répressive, stigmatisante, inacceptable. L’objectif n’est-il pas de dépister des troubles chez l’enfant, dès son plus jeune âge, afin de les médicaliser, comme c’est le cas aux États-Unis où la Ritaline est déjà prescrite à cinq millions d’enfants ! En France, la prescription de ce type de produits a triplé en quatre ans !

Sous prétexte de prévenir si possible dès la crèche la délinquance, d’aucuns n’hésitent pas à vouloir mettre des bébés sous camisoles chimiques ! L’étude de l’INSERM tend en effet à démontrer que la délinquance serait en quelque sorte inscrite dans les gènes. La génétique, le tempérament, la personnalité, des traits de caractère tels que « la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme, l’agressivité » sont associés à la précocité des agressions et font partie, selon les experts, des facteurs de risque des troubles de conduite, au même titre que les antécédents familiaux.

Ce retour à la conception du « chromosome du crime » permet de ne pas se pencher sur la précarité, la pauvreté, le chômage, l’exclusion, la mal vie, les inégalités, la faiblesse de notre système de santé, la situation de la pédopsychiatrie, la psychologie, mais aussi sur le devenir humain de notre société.

Les dernieres interventions

Affaires sociales Vous stigmatisez les allocataires du RSA

Retour à l’emploi des bénéficiaires du Revenu de solidarité active - Par / 15 avril 2021

Affaires sociales Nos hôpitaux souffrent plus que jamais du manque de lits et de personnels

Amélioration du système de santé par la confiance et la simplification (nouvelle lecture) - Par / 1er avril 2021

Affaires sociales Trop de temps a déjà été perdu

Allocation aux adultes handicapés : explication de vote - Par / 9 mars 2021

Affaires sociales Les soignants sont vent debout contre cette proposition de loi

Amélioration du système de santé par la confiance et la simplification : question préalable - Par / 17 février 2021

Affaires sociales Nous avons été trompés ! C’est un scandale !

Bioéthique (deuxième lecture) : explication de vote - Par / 3 février 2021

Affaires sociales Je m’adresse à mes collègues du groupe socialiste

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 4 - Par / 10 décembre 2020

Affaires sociales Un outil au service de l’intérêt commun

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 5 - Par / 9 décembre 2020

Affaires sociales Il faut changer de logique et ne plus laisser la main aux groupes industriels

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 5 - Par / 9 décembre 2020

Affaires sociales Un pôle public du médicament, en apportant de la transparence, éviterait de tels scandales

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 5 - Par / 9 décembre 2020

Affaires sociales Il ne s’agit pas de confier le pouvoir à la technocratie

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 4 - Par / 9 décembre 2020

Affaires sociales Dormez, bonnes gens, tout va bien !

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 4 - Par / 9 décembre 2020

Affaires sociales Si l’on attend une décision européenne, les délocalisations vont se poursuivre

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article 2 - Par / 9 décembre 2020

Affaires sociales Pourquoi n’ai-je pas voté le rapport sur les pénuries de médicaments ?

Création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux : article premier - Par / 9 décembre 2020


Bio Express

Éliane Assassi

Sénatrice de Seine-Saint-Denis - Présidente du groupe CRCE
Membre de la commission des Lois
Elue le 26 septembre 2004
En savoir plus
Administration