Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Lois

Avant d’être débattu et voté en séance publique, chaque projet ou proposition de loi est examiné par l’une des sept commissions permanentes du Sénat : lois, finances, affaires économiques, affaires étrangères et Défense, affaires culturelles, affaires sociales, aménagement du territoire et du développement durable. Classées par commissions, retrouvez ici les interventions générales et les explications de vote des sénateurs CRC.

Lire la suite

Laïcité (4)

Par / 3 mars 2004

par Paul Vergès

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes Chers Collègues,

Au moment où s’ouvre ce débat devant notre Haute Assemblée, je pense à ces milliers et ces milliers de Réunionnaises et de Réunionnais qui, trois siècles durant, ont forgé l’unité de notre peuple.
Je pense à ces hommes et à ces femmes, venus de divers continents, de divers pays ; venus d’Europe, de France, d’Afrique, de Madagascar, d’Asie, de l’Inde et de la Chine principalement, à ces routes qui se sont rejointes sur cette île inhabitée, devenue l’enjeu d’un destin commun.

C’est avant tout à eux que je pense, à celles et ceux qui surmontant hier la violence de la société esclavagistes et coloniale, ont su sauvegarder leurs héritages culturels et spirituels, pour mieux les partager avec l’autre, pour mieux vivre ensemble.
Je pense à ces cultures originelles qui, à l’ombre d’une religion dominante, ont poursuivi leur vie souterraine, jeté entre elles des passerelles et donné naissance à une communauté réunionnaise originale et plurielle.

Oui, je pense à ce miracle de l’échange qui a fait naître de cette diversité un seul peuple. Peuple de migrateurs, tous venus de quelque part, tous « étrangers » au départ, et qui dans le partage d’un espace, de valeurs, d’idéaux et de combats communs, ont fait que sur cette île, au fil des siècles, chacun est devenu, chaque jour un peu plus, un frère pour l’autre, en un mot, un Réunionnais.
Tant de différences rassemblées sur une terre d’humiliation sans nom finit par être l’expression d’une convergence sur l’essentiel.

Dans le partage de ces valeurs vecteurs d’unité, le sacré a joué chez nous un rôle dominant. Il est au cœur de notre identité. Mais plus encore, il est au cœur de notre vie sociale. Île de la foi, île des croyances, île des superstitions aussi, le continent de l’âme réunionnaise résiste encore aux assauts répétés du rationalisme et du matérialisme.

Cette présence du sacré se manifeste partout : dans la langue, dans l’imaginaire, dans les légendes populaires, dans la musique. Et notre culture vit obstinément dans la relation aux morts et aux ancêtres.
Elle se manifeste dans notre géographie aussi !
Saint Denis, Saint Pierre, Saint Paul, Saint Joseph, Saint Louis…les communes de la Réunion sont un catalogue de noms de saints !

En fait, il est possible d’affirmer que la société réunionnaise a fait la démonstration, dans les conditions qui lui sont propres, de la viabilité, dans le cadre de la République, d’un modèle original. Elle a inventé une manière réunionnaise de vivre la laïcité et démontre que celle-ci, élément essentiel de la cohésion de notre société, peut accueillir sereinement l’expression des différentes religions.

Dans un tel contexte, ce débat sur le port des signes religieux ostensibles au sein de l’école publique nous semble étrange, étrangement décalé par rapport à notre réalité, étranger à nos préoccupations aussi.
Nous n’avons pas la prétention absurde d’offrir notre modèle au monde. Aucun pays n’est réductible au notre. Mais comprenez que nous ne sommes pas non plus réductibles aux autres pays. Acceptez l’idée que par l’application mécanique d’une loi inadaptée à notre situation, cette loi peut heurter les consciences d’une très large majorité de notre population. J’entendais récemment une élève de confession musulmane, qui comme le plus grand nombre d’entre elles à la Réunion ne porte pas le voile, me poser la question suivante : « quel signe plus ostensible que mon prénom ? Faudra t-il, demain, que je le change aussi ? »
Et celles, peu nombreuses qui portent le voile ? Jettera t-on sur elles, sur ces Réunionnaises, le soupçon d’un acte militant ?

J’entends aussi, à la Réunion, des représentants de l’Etat dire que dans les faits la loi ne s’appliquera pas chez nous.
J’entends la Ministre de l’Outre-Mer affirmer qu’elle devra s’appliquer avec « souplesse et intelligence ». Soit ; mais nous n’avons aucune garantie, ni pour aujourd’hui et encore moins pour l’avenir.

Par cette loi, qui assimile sans nuance l’Outremer à la métropole, on prend le risque absurde de créer des tensions là où il n’en existe pas.
Car, chacun sait comment un phénomène mis en scène par les médias peut enflammer les consciences et prendre des cheminements disproportionnés et inattendus.

Il est donc souhaitable, qu’intervienne un décret qui précisera que l’application de la présente loi tiendra compte des caractéristiques particulières de notre département. Je défendrais un amendement en ce sens.

S’agissant de l’Islam, je voudrais dire combien la pratique de cette religion est ouverte dans notre île. En un peu plus d’un siècle, les Indiens musulmans ont parfaitement réussi leur intégration à la communauté réunionnaise mais aussi à la communauté nationale. Les Réunionnais de confession musulmane sont la preuve qu’il est possible, dans l’attachement à sa foi et à sa pratique, de vivre , dans notre île de l’Océan Indien, un Islam respectueux des valeurs de la République.

Dans un tel contexte et avec de telles perspectives, la société réunionnaise apparaît comme une exception.
Tout doit être fait pour sauvegarder ce climat de dialogue et de cohabitation apaisé des différentes options spirituelles et religieuses.
Car, la société réunionnaise, née d’un crime contre l’humanité, de l’esclavage, qui a marqué la moitié de son histoire, demeure traversée de multiples fractures ; le racisme, latent, n’a pas totalement disparu et des inégalités inouïes menacent sans cesse sa cohésion.

Rien n’est jamais définitivement acquis. Que n’a t-on pas dit pour vanter les modèles yougoslave ou libanais ? Nous savons, malheureusement, ce qu’il en est advenu.
Nous entrons dans un siècle de grands affrontements, et nous aurions tort de croire que notre île restera hermétique aux déchirements qui se dessinent dans le monde et dans l’Océan Indien en particulier. L’Océan Indien où s’est déplacé le centre de gravité de l’Islam, religion largement majoritaire demain dans la majorité des pays riverains, tous colonisés jusqu’au milieu du siècle qui se termine ; Tous aux prises avec les problèmes de la sortie du sous-développement, avec une croissance démographique qui ne laisse aucun sursis et avec des frontières artificielles léguées par la colonisation.

Aussi, consolider l’unité de notre société multiculturelle relève d’une responsabilité historique. Mais surtout, notre société multiculturelle a conscience que seule la laïcité, comprise, soutenue et vécue par tous, peut assurer la cohésion, pour aujourd’hui et pour demain.

Au moment de conclure, je voudrais faire quelques observations plus générales.

Les faux débats dilatoires servis par une orchestration médiatique d’une redoutable efficacité, éludent à mon sens l’essentiel : nous sommes entrés dans la plus grande crise de civilisation qu’ait connue l’Occident. Crise des valeurs, crise des idées, crise du sens.
Les valeurs de dignité humaine, héritées des traditions judéo-chrétiennes, les valeurs à prétention universelles héritées des Lumières -Liberté, Egalité, Fraternité - sont en effet entrées en crise, car inappliquées à l’échelle planétaire. Et le fossé grandissant entre les pays riches et les pays pauvres appelle un questionnement sur la perte de vitalité de nos mythes fondateurs.

Comme disait un philosophe, si le tiers monde meurt par absence de moyens, l’Occident, lui, meurt aujourd’hui par absence de fins.
L’intégration, il en a été beaucoup question. Mais question simple : intégration à quoi ? A une civilisation du quantitatif ? A la société du marché ? Au petit bonheur individuel du supermarché ? A l’égocratie ou au culte du moi ?
A la société de l’audimat où triomphe l’absurde et règne le non sens, et dont la première victime est la jeunesse ?
C’est aussi et surtout de cela que l’école doit être protégé. C’est aussi et surtout cela que l’école doit combattre.

Pour ce voile qu’on dénonce aujourd’hui, combien d’autres s’abattent, dans l’indifférence, sur les valeurs de la République ?
Car dans tout cela, où est l’idéal commun, l’ambition noble et collective qui peut unir les Français dans leurs différences ?
Les exploits sportifs de l’équipe de France n’y suffiront pas. La République se doit donc d’aller à la conquête du sens, des utopies et proposer un idéal partagé à la jeunesse. Ce n’est pas dans la République du guichet que nous ferons lever une espérance commune. Elle favorisera au contraire la montée de tous les communautarismes.

La Nation se doit donc de retrouver son âme. C’est à cette condition, que la laïcité sera admise, réclamée et défendue par tous.

Les dernieres interventions

Lois La philosophie générale du texte n’est pas bonne

Mesures de sûreté à l’encontre des auteurs d’infractions terroristes : conclusions de la CMP - Par / 23 juillet 2020

Lois Ce texte révèle l’échec du temps pénitentiaire

Mesures de sûreté à l’encontre des auteurs d’infractions terroristes - Par / 21 juillet 2020

Lois Nous déplorons l’absence de volet préventif

Protection des victimes de violences conjugales : conclusions de la CMP - Par / 21 juillet 2020

Lois Une telle insécurité juridique ne peut que fragiliser le statut de la victime

Homologation des peines d’emprisonnement prévues en Nouvelle-Calédonie - Par / 21 juillet 2020

Lois Ce texte témoigne d’une volonté de contrôler la contestation sociale

Sortie de l’état d’urgence sanitaire : nouvelle lecture - Par / 2 juillet 2020

Lois Une telle commission d’enquête est indispensable

Évaluation des politiques publiques face aux grandes pandémies - Par / 30 juin 2020

Lois Le groupe CRCE votera cette proposition de loi qui fait consensus

Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme - Par / 24 juin 2020

Lois Un texte de rafistolage

Organisation du second tour des élections municipales (conclusions de la CMP) - Par / 17 juin 2020

Lois Une loi qui précarise les salariés et déconsidère les étrangers

Diverses dispositions liées à la crise sanitaire (conclusions de la CMP) - Par / 11 juin 2020

Lois Une gestion dans la précipitation

Annulation du second tour du renouvellement général des conseillers municipaux et communautaires - Par / 10 juin 2020

Lois La question des violences faites aux femmes abordée à travers une succession de textes parcellaires

Protection des victimes de violences conjugales : explication de vote - Par / 9 juin 2020

Lois L’urgence aurait nécessité un projet de loi de fond

Protection des victimes de violences conjugales - Par / 9 juin 2020

Lois Un rafistolage de l’organisation des élections municipales

Sécurisation de l’établissement des procurations électorales - Par / 2 juin 2020

Lois Une instrumentalisation de l’urgence sanitaire

Diverses dispositions liées à la crise sanitaire - Par / 26 mai 2020

Lois Ce nouveau détricotage du Code du travail va encourager la précarisation des salariés

Diverses dispositions liées à la crise sanitaire : article premier - Par / 26 mai 2020

Lois Les masques doivent être gratuits pour tout le monde

Prorogation de l’état d’urgence sanitaire : conclusions de la commission mixte paritaire - Par / 9 mai 2020

Lois Cet état d’urgence sanitaire ne répond en rien aux besoins engendrés par la pandémie

Prorogation de l’état d’urgence sanitaire : conclusions de la commission mixte paritaire - Par / 9 mai 2020


Bio Express

Paul Vergès

Ancien sénateur de La Réunion, décédé le 12 novembre 2016.
Membre de la commission des affaires économiques
Elu le 15 avril 1996
En savoir plus
Administration