Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

Intermittents : Jack Ralite s’adresse au ministre de la Culture

Par / 27 juin 2003

Une lettre de Jack Ralite, animateur des Etats Généraux de la Culture, à Jean-Jacques Aillagon

Monsieur le Ministre,

Je reviens du rassemblement des intermittents du spectacle, devant votre ministère, où j’ai pu constater leur vive émotion et leur grande colère face à la signature d’un texte régressif pour leur profession signé à deux heures du matin. J’étais aussi hier soir et tard dans la nuit parmi eux précisément pendant les « négociations » avec le MEDEF.
C’est dire que ma solidarité avec les intermittents, dont je veux d’abord témoigner auprès de vous est non seulement de principe, mais de réalité et de participation.

Comme vous le savez le MEDEF a obtenu un accord de trois syndicats qui représentent ensemble moins de 10% de la profession. Ce texte qui n’a donc aucune valeur démocratique, aggrave considérablement la situation des intermittents par son contenu et par le mitage même des termes de l’accord.

Je m’explique : les intermittents gardent leurs 507 heures de travail pour voir leur droits ouverts. Mais alors que ces 507 heures sont calculées aujourd’hui sur 12 mois, demain ils seraient calculés sur 10 mois pour les techniciens, 10 mois et demi pour les artistes. Au surplus, les prestations versées pendant la période de chômage ne le seraient plus sur 12 mois comme actuellement mais sur huit mois. Voilà pour la coupe sombre.

Mais il est une coupe plus subtile. A bien étudier le texte, les 507 heures qui sont le fanion dont vous vous êtes flatté qu’il soit intangible, ces 507 heures sont en vérité un leurre. Un nombre non négligeable de stipulations de l’accord fait que pour avoir 507 heures, il faudra travailler plus que 507 heures.

Ajoutons que la campagne contre les annexes 8 et 10 a été menée au nom des abus et que l’accord n’en corrige aucun. Il laisse aux entreprises souvent très grandes qui utilisent impunément l’intermittence la liberté de continuer comme si de rien n’était, ce qui n’est pas pour m’étonner quand on connaît la démarche du MEDEF.

C’est donc un mauvais accord, un accord anti-artistique et anti-culturel, contre lequel les intermittents, croyez-moi, Monsieur le Ministre, portent plainte, alors que d’aucuns rêvent de les voir simplement s’en plaindre.

Je sais qu’un mémorandum doit vous être remis, avec l’objectif - devant la révélation du contenu attentatoire à une des dimensions de l’expression artistique et culturelle de notre pays - de vous voir tout faire pour que l’agrément ne soit pas accordé par le gouvernement. Ce matin même à la radio, parlant de la loi d’habilitation et de simplification du droit, je vous ai entendu avec plaisir désapprouver le sort que cette loi faisait aux architectes. Je vous demande de désapprouver dans le même esprit le sort fait par le MEDEF aux intermittents du spectacle et de convaincre vos collègues du gouvernement de ne pas agréer cet accord inique.

La France, ces derniers temps, est à un carrefour préjudiciable à son avenir. Le gouvernement demande aux citoyens d’accepter la diminution de leurs retraites pour sauver ce qui resterait de la retraite. A la rentrée, le gouvernement va leur demander la diminution de leur couverture sociale pour sauver ce qui demeurerait de la sécurité sociale. D’aucuns demandent la diminution des libertés pour protéger ce qui persisterait des libertés. C’est un contre sens. C’est un amollissement de l’avenir dont l’accord du MEDEF est la toute dernière et grave illustration. S’il m’est permis d’ironiser, je n’ai pas entendu le MEDEF demander une diminution des profits pour sauver les profits.

Au moment où la France, et pas seulement elle, a un urgent besoin d’établir une responsabilité publique en matière d’art et de culture, l’accord nocturne contre l’intermittence organise le cheminement qu’on voudrait nous faire croire inévitable des intérêts des grandes affaires « sans conscience ni miséricorde ».

Monsieur le Ministre, alors qu’à Thessalonique, la Convention européenne vient de remettre en cause l’exception culturelle, ce qui exige une réplique européenne, le MEDEF ici veut faire la même chose sur le statut de la culture, des arts et des femmes et des hommes, artistes et techniciens qui les font.

Refusez vous-même l’agrément, faites tout et c’est possible pour que le gouvernement vous suive.

« L’histoire n’est pas ce qu’on subit mais ce qu’on agit », disait Pierre Boulez, et je suis certain que le rassemblement des professionnels du spectacles de tous statuts n’en est qu’à son début.

Avec mes remerciements pour ce que vous ferez dans le sens de ce courrier, dont l’objectif est de promouvoir celles et ceux qui font de notre pays une terre d’audace de la création.

Mon collègue Ivan Renar, sénateur du Nord, se joint à moi.

Les derniers communiqués

Les communiqués de presse Non au tri des patient.e.s !

L’accès au service public hospitalier remis en cause par le rapport du nouveau Ministre de la Santé ! - 8 juillet 2022

Les communiqués de presse Une étape importante pour la protection des droits de ces travailleurs

Directive européenne relative aux travailleurs indépendants des plateformes numériques - Par / 8 décembre 2021

Les communiqués de presse Le déni gouvernemental face à l’échec de l’opération Barkhane n’a que trop duré

Demande d’un débat parlementaire sur l’intervention militaire française au Sahel - Par / 1er décembre 2021

Les communiqués de presse Notre commission d’enquête est officiellement mise en place

Influence des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques - Par / 25 novembre 2021

Les communiqués de presse Un aveu d’échec pour la France

Rupture du contrat des sous-marins australiens - Par / 17 septembre 2021

Les communiqués de presse Les usagers du gaz paient cher la privatisation

14 % d’augmentation en deux mois - 1er juillet 2021

Les communiqués de presse L’ubérisation, nouvelle phase du capitalisme  

Mission d’information sénatoriale - 24 juin 2021


Bio Express

Jack Ralite

En savoir plus
Administration