Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

L’impunité du gouvernement israélien doit cesser

Bombardements israéliens sur Gaza -

Par / 18 juillet 2014

Monsieur Laurent Fabius
Ministre des Affaires Etrangères et du
Développement international
37 quai d’Orsay
75351 Paris Cedex 07

Monsieur le Ministre,

Comme beaucoup de nos concitoyens, nous sommes fortement préoccupés par la tournure que prend le conflit entre le Hamas et Israël et, particulièrement par le sort des habitants de la Bande de Gaza.

Après dix jours de bombardements causant la mort de plus 260 civils palestiniens et en blessant plus de 1 7770 autres, l’incursion terrestre de l’armée israélienne dans la bande de Gaza empire encore la situation.

Notre pays, par la voix du Président de la République, a, à juste titre, condamné l’ignoble et lâche assassinat de trois jeunes colons israéliens qui fut le point de départ du conflit. Mais la position française n’est pour nous pas satisfaisante et nous ne comprenons pas pourquoi notre pays ne condamne pas avec la même fermeté le déluge de violence de l’armée israélienne, d’autant que ce pays ne respecte pas les lois internationales et se soustrait depuis des dizaines d’années aux injonctions de l’ONU.

Ce déséquilibre de la diplomatie française est, selon nous, de nature à alimenter un fort sentiment d’injustice dans notre propre pays. De même, il risque de troubler le message de paix de la France alors que le jusqu’auboutisme des islamistes du Hamas et de la droite nationaliste au pouvoir en Israël laisse augurer le pire.

La solution pour la paix est pourtant connue : deux peuples-deux Etats souverains, dans les frontières de 1967, Jérusalem-Est pour capitale de l’Etat palestinienne et le respect scrupuleux de toutes les résolutions de l’ONU. Seules des sanctions, comme la suspension des accords d’association entre l’Union européenne et Israël peuvent efficacement contraindre Benyamin Netanyahou à renoncer à la poursuite de la colonisation et engager son pays dans des accords de paix durables.

La reconnaissance par la France de l’État palestinien et l’appui à l’initiative politique de l’autorité palestinienne dans son effort d’entente nationale mettraient à mal l’impunité dont jouit depuis trop longtemps le gouvernement israélien. C’est avec cet objectif que la diplomatie française doit agir. Car tant que cette impunité durera, tant que l’humiliation et la violence dont les Palestiniens sont la cible dureront, les partisans palestiniens et israéliens de la paix seront fragilisés.

Partageant avec vous la volonté que la France soit au service de la paix, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de notre haute considération.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Sortir du vide démocratique en Côte d’Ivoire

Nécessité de lever les mesures arbitraires et de favoriser le dialogue - Par / 10 novembre 2020

Les courriers officiels Maintenir une activité compatible avec l’impératif sanitaire

Nécessité et urgence d’un dialogue approfondi - Par / 6 novembre 2020

Les courriers officiels L’expulsion vers la Turquie de Mehmet Yalcin, militant kurde, met sa vie en danger

Courrier de Laurence Cohen et Pierre Laurent au Ministre des Affaires étrangères - Par / 18 septembre 2020

Les courriers officiels Un combat médical et emblématique d’une lutte contre l’impunité

Le Docteur Mukwege doit être mis sous la protection de la MONUSCO - Par / 10 septembre 2020

Les courriers officiels Il est urgent de reconnaître cette profession

Reconnaissance urgente pour la profession de sage-femme - Par / 31 juillet 2020

Les courriers officiels Non à la suppression de lits et à la privatisation de la psychiatrie !

Courrier à la Directrice de l’Hôpital Albert Chenevier de Créteil - Par / 16 juin 2020

Les courriers officiels L’État ne peut rester indifférent

Situation très difficile dans les foyers de travailleurs migrants - Par / 18 mai 2020

Les courriers officiels Quelles mesures pourriez vous proposer dans le cadre du déconfinement progressif ?

Reprise d’activité de certaines structures et associations sportives - Par / 5 mai 2020

Administration