Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Situation des associations de solidarité

Lettre au Premier Ministre -

Par / 18 décembre 2014

Monsieur le Premier Ministre,

Notre Pays connaît une situation de crise économique grave, la plus importante depuis la récession des années 1930. Cette crise qui dure, engendre l’explosion du chômage, la pauvreté, des inégalités et l’exclusion.

Dans ce contexte difficile, je souhaiterais attirer votre attention sur le rôle bienfaisant des associations de solidarité et leur manque de moyens, et vous rappeler la nécessité pour votre Gouvernement de les soutenir.
Depuis dix ans la pauvreté n’a cessé d’augmenter et elle est à présent ancrée profondément dans notre Pays. Non seulement les personnes en difficulté sont plus nombreuses mais elles sont aussi de plus en plus pauvres. La pauvreté ne fait pas de discrimination, touchant aujourd’hui aussi bien les familles monoparentales, étudiants, hommes seuls en rupture familiale, seniors précaires, migrants isolés, mais aussi nouvellement les couples avec enfants. Des hommes et des femmes s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la précarité, notre système de protection sociale peinant depuis plusieurs années à remplir sa mission auprès des plus fragiles. C’est le cas par exemple des personnes âgées vivant seules en milieu rural, et particulièrement des femmes. La misère n’est plus marginale, elle gagne du terrain.
En 2011 une étude de l’Observatoire de la Fondation de France révélait que la pauvreté augmente le risque d’isolement relationnel, le multipliant même par deux. Cercle vicieux, cette solitude subie par les personnes dans la précarité en accentue encore les effets, ce sentiment d’exclusion menant parfois on le sait à des conséquences tragiques.
Face à ces difficultés qui touchent chaque jour un plus grand nombre, les associations font un travail remarquable, recréant du lien social là où celui-ci s’est distendu. Elles apportent une écoute attentive, un accompagnement, trouvent des solutions temporaires mais aussi parfois sur le long terme à celles et ceux restés sur le bord de la route. Ces exclus se sont isolés à la suite d’évènements d’ordre familial, ont perdu leur emploi, supportent des situations de handicap ou bien sortent de prison, sont demandeurs d’asile ou sans-papiers, ou d’autres encore, personne n’est à l’abri.
Dans ce contexte de crise qui dure, il nous appartient de regarder en face les carences de notre système social et de chercher à y remédier. Notre société se doit d’être solidaire, de protéger l’ensemble des citoyens en ayant une vigilance particulière pour les publics les plus vulnérables.
Le rôle des associations de solidarité est aujourd’hui remis en cause par un manque de moyens et un accroissement des demandes. Ces acteurs au grand cœur manquent de bénévoles car la lassitude finit par les décourager. Le constat de l’augmentation régulière des inégalités, le fossé de plus en plus large et profond qui s’établit durablement faute de s’attaquer aux causes engendre à la fois colère et désespoir. A l’heure où il nous faudrait faire preuve de la plus grande solidarité et bien celle-ci s’effiloche.
En 1999, Monsieur Lionel Jospin, à l’époque Premier Ministre avait conclu les Assises nationales de la vie associative par ces quelques phrases : « Les associations sont avant tout riches de l’action individuelle de leurs membres. (..) Les questions relatives au statut des militants associatifs mériteraient aussi d’être approfondies dans le souci de faciliter l’action bénévole ». Il est temps à présent de réfléchir à un véritable statut du bénévole, celui-ci valoriserait la fonction et apporterait à tous ceux qui s’engagent et s’investissent auprès des autres la reconnaissance qu’ils peuvent légitimement attendre.
Au cours du mois de novembre, j’ai rencontré huit associations caritatives du Pays d’Auray qui agissent en permanence aux côté de celles et ceux qui souffrent faute de ressources suffisantes pour se nourrir, payer leur loyer ou encore d’autres besoins fondamentaux. Conscient de leur rôle, je leur apporte une petite aide financière chaque année à l’approche de l’hiver mais cela est bien peu au regard de la situation et des enjeux. Le bilan annuel du Secours Catholique vient d’être publié et à ce sujet il me semble très éclairant. Comme il le souligne très justement, au moment où se décide le redécoupage de nos régions et la clarification des compétences des territoires, il serait souhaitable de « repenser la gouvernance locale des dispositifs sociaux et les règles qui régissent leur application afin d’en optimiser les effets ». De même, face à la limitation des ressources de l’Etat et des Collectivités, il semble nécessaire de « repenser le mode de répartition des ressources et dépenses de notre système de protection sociale afin qu’il subvienne mieux aux besoins des plus fragiles ».
Enfin, cela a été confirmé par la Charte d’engagement réciproque entre l’Etat, le mouvement associatif et les Collectivités Territoriales signée le 14 février 2014, ces organisations œuvrant pour l’intérêt général sont des « partenaires à part entière de l’action publique ». A ce titre, les associations caritatives, au même titre que celles d’autres secteurs (environnemental, culturel, d’innovation, ou bien d’autres) qui jouent un rôle économique, civique, ou promeuvent le développement durable et solidaire, (etc.), concourent elles aussi à la cohésion sociale sur notre territoire et de ce fait méritent de recevoir le soutien public nécessaire à leur bon fonctionnement.
Dans l’attente d’une réponse de votre part, et comptant sur votre engagement dans la lutte contre les inégalités, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels La Direction de l’APHP s’entête dans son projet malgré l’opposition

Décision de l’APHP de transférer la greffe hépatique de l’hôpital Henri Mondor de Créteil - Par / 31 mai 2018

Les courriers officiels Les lits vont être fermés faute..de personnels !

Fermeture de lits d’hospitalisation en psychiatrie aux Hôpitaux de Saint-Maurice - Par / 17 mai 2018

Les courriers officiels Gestion de la dette de l’assurance chômage

Les pouvoirs publics doivent demander des comptes au nom de l’intérêt général - Par / 7 mai 2018

Les courriers officiels Suppression des tribunaux d’instance

Projet de loi Réforme de la justice - Par / 24 avril 2018

Les courriers officiels Le Président Macron doit recevoir l’épouse de Salah Hamouri

Journée de solidarité avec les prisonniers politiques palestiennes - Par / 17 avril 2018

Les courriers officiels Avec cette décision, c’est l’ensemble de ces actions qui est fragilisé

baisse des fonds d’aides à la modernisation de l’agriculture bretonne - Par / 19 mars 2018

Les courriers officiels Le monde agricole traverse une crise qui perdure

Relations commerciales et zones rurales défavorisées - Par / 21 février 2018

Les courriers officiels Nous demandons une dotation exceptionnelle

Projet de carte scolaire dans le Val-de-Marne pour la rentrée 2018 - Par / 8 février 2018

Administration