Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Au Brésil, un déni démocratique

Destitution de Dilma Roussef -

Par / 21 juillet 2016

Lettre au ministre des Affaires étrangères.

Monsieur le Ministre,

Nous nous permettons de vous interpeller suite aux évolutions inquiétantes de la situation politique au Brésil.

La présidente Dilma Roussef, élue en 2014 par plus de 54 millions de Brésiliennes et de Brésiliens, est sous le coup d’une procédure de destitution. Cette démarche légale est motivée par des accusations de corruption et de falsification des comptes de l’Etat venant de son opposition parlementaire. Une commission d’enquête au Sénat brésilien n’a pas retenu les accusations de « pédalage fiscal », motif principal de la procédure de destitution. Mais ses partisans font fi de cette décision et maintiennent le processus.

Cette procédure, de fait sans fondement, est révélatrice de manœuvres politiciennes visant à démettre de ses fonctions une présidente élue démocratiquement. Quant au président du gouvernement intérimaire, Michel Temer, il a été cité dans plusieurs affaires de corruption ainsi que sept de ses ministres. Il tire sa légitimité d’un tour de passe-passe constitutionnel, et non du peuple brésilien qui a voté majoritairement pour Dilma Roussef en 2014.

Au-delà des impacts nationaux, ce processus de destitution s’inscrit dans un cycle inquiétant en Amérique Latine. Après le Honduras en 2009 et le Paraguay en 2012, le Brésil est le théâtre d’un coup d’Etat de type nouveau, qui ne peut que déstabiliser l’ensemble de la région.

Le 1er juillet dernier, un colloque s’est tenu au Sénat sur la situation politique au Brésil. Les débats entre chercheurs, responsables politiques, membres de la société civile et élu.e.s convergent sur le fait qu’il s’agit bien d’un véritable coup d’état institutionnel, lourd de conséquences pour le présent et l’avenir de cette jeune démocratie.

Face à ce déni démocratique, nous pensons, sénateurs et sénatrices de sensibilités politiques différentes, que la France a un rôle à jouer. Il est urgent de soutenir les forces démocratiques brésiliennes afin d’éviter que ce pays ne replonge dans des années noires qui ont tant fait souffrir le peuple brésilien.

En espérant que vous apporterez une réponse positive à notre demande de prise de position de la France en faveur du respect du suffrage universel au Brésil comme partout dans le monde, recevez Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Signataires :

Laurence Cohen
Michel Billout
Antoine Karam
Marie-France Beaufils
Marie-Christine Blandin
Michel Le Scouarnec

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Une prise de position incompréhensible

Au sujet du communiqué de l’Assemblée parlementaire de la francophonie sur le Tchad - Par / 27 avril 2021

Les courriers officiels Gardons la spécificité de la pédopsychiatrie !

Non à la fusion de la Fondation Vallée avec le GH Paul Guiraud de Villejuif - Par / 8 avril 2021

Les courriers officiels Où sont les lits ?

Courrier au Directeur de l’ARS Ile-de-France - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels Une procédure politique maquillée en procès de droit commun

La France doit appuyer la lutte des Marocains en faveur d’un respect des droits humains - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels 30 % des salariées ont déjà subi du harcèlement ou une agression sexuelle sur leur lieu de travail

Violences sexuelles et sexistes au travail-Ratification de la convention de l’OIT - Par / 4 mars 2021

Les courriers officiels En pleine pandémie, ce projet est une provocation

Fusion de la Fondation Vallée-Hôpital Paul Guiraud Villejuif - Par / 16 février 2021

Les courriers officiels Les chiffres du mal-logement dans notre pays demeurent alarmants

Expulsions locatives et politique publique du logement - Par / 3 février 2021

Les courriers officiels Parlementaires du Val-de-Marne, nous sommes déterminés à nous mobiliser !

Suppression de la chirurgie cardiaque du GHU Mondor-Courrier au Ministre - Par / 22 janvier 2021

Les courriers officiels Sortir du vide démocratique en Côte d’Ivoire

Nécessité de lever les mesures arbitraires et de favoriser le dialogue - Par / 10 novembre 2020

Les courriers officiels Maintenir une activité compatible avec l’impératif sanitaire

Nécessité et urgence d’un dialogue approfondi - Par / 6 novembre 2020

Administration