Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Cette réorganisation du lycée va en réalité aggraver encore davantage les inégalités scolaires.

Courrier aux parents d’élèves sur la Réforme du Baccalauréat -

Par / 4 avril 2019

Monsieur

J’ai bien pris connaissance de votre courrier, dans lequel vous exprimez au nom de la FCPE de votre établissement, vos inquiétudes quant à la réforme du baccalauréat et plus généralement celle du lycée avec la suppression des séries L, ES, S.

Je partage pleinement vos inquiétudes qui rejoignent celles de nombreuses et nombreux lycéens qui se sont fortement mobilisés en fin d’année 2018 aux côtés des enseignant.e.s qui demandent l’abandon de cette réforme voulue par le Ministre de l’Education Nationale.

Les jeunes, notamment ceux actuellement en seconde, qui seraient les premiers concernés par la réforme du baccalauréat, ont l’impression d’en être les ‘’cobayes’’.

Présentée par le gouvernement, comme permettant plus de choix pour les élèves, plus de parcours diversifiés, cette réorganisation du lycée va en réalité aggraver encore davantage les inégalités scolaires.

Tout d’abord, il est évident qu’un ou une élève n’aura pas le choix entre 12 spécialités, mais seulement entre celles proposées par son établissement. Comme vous le notez très justement, dans le Val-de-Marne, en moyenne, les établissements proposeront entre 4 à 8 spécialités. Dès lors s’opère un choix arbitraire et des inégalités entre établissements.

De plus, pour les élèves et les parents, ce ‘’choix’’ va être un véritable casse-tête pour n’en retenir, comme il est prévu, que 3 puis pour en abandonner une, en classe de Terminale.

Le rôle des déterminismes sociaux va être encore plus prépondérant, avec en perspective Parcoursup, puisqu’il y aura, de fait, des hiérarchies implicites entre ces disciplines.

Ensuite, sur la modification de l’organisation des épreuves du baccalauréat et l’instauration d’un contrôle continu plutôt qu’une dizaine d’épreuves finales, le gouvernement met en avant comme argument la trop forte pression actuelles des élèves quant à cet examen si symbolique. Mais comment ne pas voir que finalement la pression sera à présent toute l’année avec une évaluation permanente et qu’au final le nombre d’épreuves comptant pour l’obtention du baccalauréat sera bien plus important ?

La véritable raison est évidemment budgétaire pour ce gouvernement obnubilé par la chasse aux dépenses publiques, puisque la logistique sera assurée par les établissements et professeur.e.s eux mêmes, et non par des jurys extérieur.

Je veux également insister sur un autre aspect qui me semble très négatif et dangereux dans cette réforme du baccalauréat, à savoir la fin de la dimension nationale de ce diplôme, avec une valeur locale en fonction de tel ou tel établissement, avec encore une fois, en toile de fond la sélection imposée par Parcoursup et la ‘’réputation’’ des établissements.

Enfin, je regrette que cette réforme induise également de limiter le choix à une seule option possible, un ou une élève ne pouvant donc plus faire du sport et du théâtre. C’est un véritable recul !

Pour toutes ces raisons, je vous rejoins sur le fait que cette réforme est une attaque contre le droit à l’éducation, le droit à l’orientation, à la réussite de toutes et tous les élèves. Elle s’inscrit totalement dans la même logique que le projet de loi ‘’ Ecole de la confiance’’ dont nous débattrons en mai au Sénat, et dans celle du projet de loi ‘’ Fonction Publique’’.

Vous pouvez donc compter sur moi en tant que Sénatrice du Val-de-Marne ainsi que sur les membres de mon groupe pour dénoncer ces réformes, en demander le retrait, et exiger la mise en place d’une vraie concertation.

Etant à votre disposition pour vous apporter tous les approfondissements que vous jugerez utiles, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes sincères salutations.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Une prise de position incompréhensible

Au sujet du communiqué de l’Assemblée parlementaire de la francophonie sur le Tchad - Par / 27 avril 2021

Les courriers officiels Gardons la spécificité de la pédopsychiatrie !

Non à la fusion de la Fondation Vallée avec le GH Paul Guiraud de Villejuif - Par / 8 avril 2021

Les courriers officiels Où sont les lits ?

Courrier au Directeur de l’ARS Ile-de-France - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels Une procédure politique maquillée en procès de droit commun

La France doit appuyer la lutte des Marocains en faveur d’un respect des droits humains - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels 30 % des salariées ont déjà subi du harcèlement ou une agression sexuelle sur leur lieu de travail

Violences sexuelles et sexistes au travail-Ratification de la convention de l’OIT - Par / 4 mars 2021

Les courriers officiels En pleine pandémie, ce projet est une provocation

Fusion de la Fondation Vallée-Hôpital Paul Guiraud Villejuif - Par / 16 février 2021

Les courriers officiels Les chiffres du mal-logement dans notre pays demeurent alarmants

Expulsions locatives et politique publique du logement - Par / 3 février 2021

Les courriers officiels Parlementaires du Val-de-Marne, nous sommes déterminés à nous mobiliser !

Suppression de la chirurgie cardiaque du GHU Mondor-Courrier au Ministre - Par / 22 janvier 2021

Les courriers officiels Sortir du vide démocratique en Côte d’Ivoire

Nécessité de lever les mesures arbitraires et de favoriser le dialogue - Par / 10 novembre 2020

Les courriers officiels Maintenir une activité compatible avec l’impératif sanitaire

Nécessité et urgence d’un dialogue approfondi - Par / 6 novembre 2020

Administration