Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Cette réorganisation du lycée va en réalité aggraver encore davantage les inégalités scolaires.

Courrier aux parents d’élèves sur la Réforme du Baccalauréat -

Par / 4 avril 2019

Monsieur

J’ai bien pris connaissance de votre courrier, dans lequel vous exprimez au nom de la FCPE de votre établissement, vos inquiétudes quant à la réforme du baccalauréat et plus généralement celle du lycée avec la suppression des séries L, ES, S.

Je partage pleinement vos inquiétudes qui rejoignent celles de nombreuses et nombreux lycéens qui se sont fortement mobilisés en fin d’année 2018 aux côtés des enseignant.e.s qui demandent l’abandon de cette réforme voulue par le Ministre de l’Education Nationale.

Les jeunes, notamment ceux actuellement en seconde, qui seraient les premiers concernés par la réforme du baccalauréat, ont l’impression d’en être les ‘’cobayes’’.

Présentée par le gouvernement, comme permettant plus de choix pour les élèves, plus de parcours diversifiés, cette réorganisation du lycée va en réalité aggraver encore davantage les inégalités scolaires.

Tout d’abord, il est évident qu’un ou une élève n’aura pas le choix entre 12 spécialités, mais seulement entre celles proposées par son établissement. Comme vous le notez très justement, dans le Val-de-Marne, en moyenne, les établissements proposeront entre 4 à 8 spécialités. Dès lors s’opère un choix arbitraire et des inégalités entre établissements.

De plus, pour les élèves et les parents, ce ‘’choix’’ va être un véritable casse-tête pour n’en retenir, comme il est prévu, que 3 puis pour en abandonner une, en classe de Terminale.

Le rôle des déterminismes sociaux va être encore plus prépondérant, avec en perspective Parcoursup, puisqu’il y aura, de fait, des hiérarchies implicites entre ces disciplines.

Ensuite, sur la modification de l’organisation des épreuves du baccalauréat et l’instauration d’un contrôle continu plutôt qu’une dizaine d’épreuves finales, le gouvernement met en avant comme argument la trop forte pression actuelles des élèves quant à cet examen si symbolique. Mais comment ne pas voir que finalement la pression sera à présent toute l’année avec une évaluation permanente et qu’au final le nombre d’épreuves comptant pour l’obtention du baccalauréat sera bien plus important ?

La véritable raison est évidemment budgétaire pour ce gouvernement obnubilé par la chasse aux dépenses publiques, puisque la logistique sera assurée par les établissements et professeur.e.s eux mêmes, et non par des jurys extérieur.

Je veux également insister sur un autre aspect qui me semble très négatif et dangereux dans cette réforme du baccalauréat, à savoir la fin de la dimension nationale de ce diplôme, avec une valeur locale en fonction de tel ou tel établissement, avec encore une fois, en toile de fond la sélection imposée par Parcoursup et la ‘’réputation’’ des établissements.

Enfin, je regrette que cette réforme induise également de limiter le choix à une seule option possible, un ou une élève ne pouvant donc plus faire du sport et du théâtre. C’est un véritable recul !

Pour toutes ces raisons, je vous rejoins sur le fait que cette réforme est une attaque contre le droit à l’éducation, le droit à l’orientation, à la réussite de toutes et tous les élèves. Elle s’inscrit totalement dans la même logique que le projet de loi ‘’ Ecole de la confiance’’ dont nous débattrons en mai au Sénat, et dans celle du projet de loi ‘’ Fonction Publique’’.

Vous pouvez donc compter sur moi en tant que Sénatrice du Val-de-Marne ainsi que sur les membres de mon groupe pour dénoncer ces réformes, en demander le retrait, et exiger la mise en place d’une vraie concertation.

Etant à votre disposition pour vous apporter tous les approfondissements que vous jugerez utiles, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes sincères salutations.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Il est urgent de reconnaître cette profession

Reconnaissance urgente pour la profession de sage-femme - Par / 31 juillet 2020

Les courriers officiels Non à la suppression de lits et à la privatisation de la psychiatrie !

Courrier à la Directrice de l’Hôpital Albert Chenevier de Créteil - Par / 16 juin 2020

Les courriers officiels L’État ne peut rester indifférent

Situation très difficile dans les foyers de travailleurs migrants - Par / 18 mai 2020

Les courriers officiels Quelles mesures pourriez vous proposer dans le cadre du déconfinement progressif ?

Reprise d’activité de certaines structures et associations sportives - Par / 5 mai 2020

Les courriers officiels Le capital financier doit être prélevé, pas les salariés

Participation de 30 millions d’euros de l’ANCV au Fonds de Solidarité - Par / 29 avril 2020

Les courriers officiels Augmenter une offre de soins pérenne

Utilisation des hôpitaux de l’Hôtel-Dieu et du Val-de-Grace à Paris - Par / 23 avril 2020

Les courriers officiels La population prise en charge dans ces établissements est fragile

Situation des établissements psychiatriques durant la crise sanitaire - Par / 21 avril 2020

Les courriers officiels Situation critique des distributeurs-grossistes en boissons

Les intégrer au plan sectoriel de l’hôtellerie, restauration, tourisme et évènementiel - Par / 20 avril 2020

Administration