Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Comment est déterminé la notion de pays sûr ?

Notion de pays sûr dans le cadre du droit d’asile -

Par / 21 février 2019

lettre au Ministre des Affaires Étrangères et de l’Intérieur

Monsieur le Ministre,

Je souhaite attirer votre attention sur la notion de pays sûrs utilisés dans le cadre du droit d’asile.

En effet, l’admission d’un étranger dans notre pays peut être notamment refusée si il a la nationalité d’un pays considéré comme sûr. Cela signifie que le pays d’origine respecterait les principes de la liberté, de la démocratie et de l’état de droit ainsi que des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Cette notion de pays sûr est largement critiquée par de nombreuses associations puisqu’elle réduit drastiquement la possibilité d’obtenir l’asile. Même le Haut Conseil des Nations-Unies aux réfugiés ou la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme critiquent ce concept affirmant « qu’il met en danger les réfugiés ».

Lors d’une audition en Commission des Affaires Etrangères au Sénat le 30 janvier dernier, j’ai posé la question à M. Gilles Dorronsoro, professeur de science politique à l’Université Paris 1, du statut de l’Afghanistan vis-à-vis de cette liste des pays sûrs. Sa réponse éloquente illustre bien l’absurdité de la notion de pays sûrs dans la gestion des flux migratoires : « non, l’Afghanistan n’est pas un pays sûr. Le lourd tribut payé par l’armée nationale afghane et la population témoigne d’une insécurité persistante. La problématique de l’insécurité est d’ailleurs régionale. Dans les régions contrôlées par les Talibans ou par Al-Qaïda, la vie des représentants de l’État comme de certaines minorités, est directement menacée. L’insécurité est aussi liée à l’effondrement de l’économie afghane qui se traduit par un taux de chômage important et le dysfonctionnement des services régaliens, comme la police, le système judiciaire. Pour toutes ces raisons, les flux migratoires vers l’Europe ne tariront pas ».

Ainsi, comment l’OFPRA détermine la notion de pays sûr ? Pouvez-vous m’indiquer les bases de rédaction de cette liste qui comporterait à ce jour 16 pays ? Toutes ces questions ne sont pas anodines puisqu’elles vont déterminer l’avenir des ressortissants de ces pays. Pourtant, il semblerait que l’OFPRA se déplacerait très rarement dans les pays concernés pour évaluer la situation. C’est regrettable et cela provoque indubitablement des choix insuffisamment éclairés.

La notion de pays d’origine sûr semble donc poursuivre le seul objectif de déroger à l’obligation pour notre Etat, d’examiner chaque demande d’asile sans discrimination selon le pays d’origine comme le stipule la convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugiés. On exclut de fait d’une nécessaire protection, des hommes et des femmes fuyant leurs pays en raison de persécutions.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de mes sincères salutations.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Sortir du vide démocratique en Côte d’Ivoire

Nécessité de lever les mesures arbitraires et de favoriser le dialogue - Par / 10 novembre 2020

Les courriers officiels Maintenir une activité compatible avec l’impératif sanitaire

Nécessité et urgence d’un dialogue approfondi - Par / 6 novembre 2020

Les courriers officiels L’expulsion vers la Turquie de Mehmet Yalcin, militant kurde, met sa vie en danger

Courrier de Laurence Cohen et Pierre Laurent au Ministre des Affaires étrangères - Par / 18 septembre 2020

Les courriers officiels Un combat médical et emblématique d’une lutte contre l’impunité

Le Docteur Mukwege doit être mis sous la protection de la MONUSCO - Par / 10 septembre 2020

Les courriers officiels Il est urgent de reconnaître cette profession

Reconnaissance urgente pour la profession de sage-femme - Par / 31 juillet 2020

Les courriers officiels Non à la suppression de lits et à la privatisation de la psychiatrie !

Courrier à la Directrice de l’Hôpital Albert Chenevier de Créteil - Par / 16 juin 2020

Les courriers officiels L’État ne peut rester indifférent

Situation très difficile dans les foyers de travailleurs migrants - Par / 18 mai 2020

Les courriers officiels Quelles mesures pourriez vous proposer dans le cadre du déconfinement progressif ?

Reprise d’activité de certaines structures et associations sportives - Par / 5 mai 2020

Les courriers officiels Le capital financier doit être prélevé, pas les salariés

Participation de 30 millions d’euros de l’ANCV au Fonds de Solidarité - Par / 29 avril 2020

Administration