Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Il est temps d’exiger la libération de Salah Hamouri

Lettre au Président de la République -

Par / 10 novembre 2017

Monsieur le Président de la République,

Aujourd’hui, vendredi 10 novembre 2017, Salah Hamouri est emprisonné dans les geôles israélienne depuis quatre-vingt jours.

Quatre-vingt jours loin de sa famille, alors qu’il venait d’obtenir son diplôme d’avocat après avoir repris ses études à sa sortie de prison.

Quatre-vingt jours supplémentaires volés à une jeunesse, qui s’ajoutent aux sept années passés en prison entre 2005 et 2011. Il faut rappeler que, jugé par un tribunal militaire illégal au regard du droit international, aucune preuve tangible de ce dont on l’accusait -à savoir d’avoir projeté l’assassinat du rabbin Yossef Ovadia- n’avait été apportée.

Quatre-vingt jours supplémentaires de détention administrative sans aucune charge officiellement retenue contre lui et sans que ses avocats aient pu avoir accès au dossier.

Quatre-vingt jours supplémentaires emprisonné dans l’illégalité, là encore au regard du droit international, la plus totale. Je dois vous dire mon inquiétude, car comme vous le savez, la détention administrative peut être prolongée indéfiniment.

Salah Hamouri, notre concitoyen, mérite de la part de la France un engagement franc et ferme, à la hauteur des efforts déployés pour d’autres compatriotes emprisonnés partout dans le monde.

Salah Hamouri n’est pas un prisonnier de droit commun, mais bien un prisonnier politique qui fait face une nouvelle fois à l’arbitraire des autorités israéliennes, alors qu’il est un militant de la paix, et pacifique.
En effet, à cette violation du droit international et des droits fondamentaux d’un homme, la France ne peut rester inactive. De plus, je vous rappelle que cette arrestation rompt, unilatéralement, un accord entre nos deux nations datant de 2011.

J’ai bien noté que par la voix de son porte-parole, Madame Agnès Romatet-Espagne, le Quai d’Orsay était « préoccupé par sa situation » et que vous « espériez » sa libération.

Je vous demande, Monsieur le président, qu’après quatre-vingt jours d’emprisonnement pour rien, nous demandions et exigions sa libération aux autorités israéliennes. Dans le cas contraire, je crains fortement que notre compatriote effectue la totalité de sa détention administrative.

Comptant sur votre engagement et votre intervention prochaine pour la libération de Salah Hamouri, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma respectueuse considération.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Une prise de position incompréhensible

Au sujet du communiqué de l’Assemblée parlementaire de la francophonie sur le Tchad - Par / 27 avril 2021

Les courriers officiels Gardons la spécificité de la pédopsychiatrie !

Non à la fusion de la Fondation Vallée avec le GH Paul Guiraud de Villejuif - Par / 8 avril 2021

Les courriers officiels Où sont les lits ?

Courrier au Directeur de l’ARS Ile-de-France - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels Une procédure politique maquillée en procès de droit commun

La France doit appuyer la lutte des Marocains en faveur d’un respect des droits humains - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels 30 % des salariées ont déjà subi du harcèlement ou une agression sexuelle sur leur lieu de travail

Violences sexuelles et sexistes au travail-Ratification de la convention de l’OIT - Par / 4 mars 2021

Les courriers officiels En pleine pandémie, ce projet est une provocation

Fusion de la Fondation Vallée-Hôpital Paul Guiraud Villejuif - Par / 16 février 2021

Les courriers officiels Les chiffres du mal-logement dans notre pays demeurent alarmants

Expulsions locatives et politique publique du logement - Par / 3 février 2021

Les courriers officiels Parlementaires du Val-de-Marne, nous sommes déterminés à nous mobiliser !

Suppression de la chirurgie cardiaque du GHU Mondor-Courrier au Ministre - Par / 22 janvier 2021

Les courriers officiels Sortir du vide démocratique en Côte d’Ivoire

Nécessité de lever les mesures arbitraires et de favoriser le dialogue - Par / 10 novembre 2020

Les courriers officiels Maintenir une activité compatible avec l’impératif sanitaire

Nécessité et urgence d’un dialogue approfondi - Par / 6 novembre 2020

Administration