Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Monsieur le Président de la République, le Parlement ne peut plus être un simple figurant

Gestion de la crise sanitaire -

Par / 3 février 2021

Monsieur Emmanuel Macron
Président de la République
Palais de l’Elysée
55, Rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Monsieur le Président de la République,

Au nom du groupe CRCE du Sénat, je tiens à vous exprimer par la présente ma vive inquiétude sur la méthode utilisée par votre gouvernement, sous votre responsabilité, pour faire face à la pandémie de la Covid-19.

A maintes reprises depuis le mois de mars dernier, nous avons alerté les Premiers Ministres, M. E. Philippe, puis M. J. Castex, sur la nécessité de faire vivre la démocratie à chaque étape de cette âpre lutte et d’éviter la prise de décisions solitaire, l’absence d’échange avec les représentants du peuple et avec les citoyens eux-mêmes.

Nous avons demandé à chaque fois que le Parlement ne soit pas seulement informé, ce qui n’est pas pleinement le cas d’ailleurs, mais aussi et surtout, associé aux décisions, voire décideur.

Monsieur le Président de la République, la séquence de la semaine dernière souligne que nous sommes loin d’une avancée démocratique favorisant la mobilisation de tous.

Le gouvernement a annoncé à plusieurs reprises la nécessité de nouvelles décisions, le couvre-feu ne permettant pas de faire reculer l’épidémie.
Jeudi dernier, les présidents de groupe du Sénat puis de l’Assemblée nationale ont échangé avec Monsieur le Premier Ministre et le ministre de la santé. Le tableau dressé à cette occasion par votre gouvernement était particulièrement inquiétant.

Un débat avec vote organisé dans le cadre de l’article 50-1 de la Constitution était annoncé tant les mesures à venir, clairement envisagées, semblaient lourdes.

Le lendemain j’ai appris, comme l’ensemble de nos concitoyens, la tenue d’une réunion du Conseil de défense autour de vous.

Le Premier Ministre annonça dans la foulée que vous aviez, contre toute attente, décidé de ne pas proposer le reconfinement du pays. Ce sentiment d’une prise de décision de plus en plus solitaire est renforcé par votre intervention télévisée, également inopinée, d’hier soir.

Monsieur le Président de la République, l’objet de ma lettre n’est pas de me prononcer sur la décision elle-même, mais de protester avec force sur la méthode choisie pour décider du sort de notre peuple, dans les jours, les semaines et les mois à venir.

Pourquoi le Premier Ministre a-t-il réuni les présidents de groupe sur la base de chiffres inquiétants, exigeant de toute évidence une réaction forte et pour le moins un changement de stratégie, et participé le lendemain à une prise de décision contraire ? Sur la base de quelles données, de quels critères scientifiquement établis avez-vous pris vendredi dernier cette décision ? Pouvez-vous rendre publiques ces informations ?

Monsieur le Président de la République, le Parlement ne peut plus être un simple figurant dans ce combat contre le fléau.

Avec les conseils territoriaux, le Parlement constitue le cœur de la démocratie. Ecarter le Parlement, c’est écarter le peuple de la gestion de la crise sanitaire.
Cet épisode difficilement compréhensible pour nos concitoyens et pour nous-mêmes, inquiète et renforce l’ambiance anxiogène du moment.

Notre peuple est fort et responsable. Il doit être pleinement respecté, comme ses représentants.

Nous vous demandons donc d’abandonner cette conception unilatérale de la lutte contre la Covid-19 conférant au seul pouvoir exécutif la maîtrise de l’action.

Je vous demande donc d’organiser avec le Premier Ministre, dans les meilleurs délais, le travail avec le Parlement pour que celui-ci soit informé, consulté sur les propositions à formuler et sur les décisions envisagées.
En l’attente de votre appréciation, je vous prie, Monsieur le Président de la République, de bien vouloir agréer l’expression de ma considération distinguée.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Tribunal spécial pour le Liban

De la nécessité de remédier à une situation inacceptable - Par / 13 juillet 2021

Les courriers officiels Le dispositif actuel n’est pas satisfaisant

Parcours de sortie de la Prostitution - Par / 1er juillet 2021

Les courriers officiels Une prise de position incompréhensible

Au sujet du communiqué de l’Assemblée parlementaire de la francophonie sur le Tchad - Par / 27 avril 2021

Les courriers officiels Gardons la spécificité de la pédopsychiatrie !

Non à la fusion de la Fondation Vallée avec le GH Paul Guiraud de Villejuif - Par / 8 avril 2021

Les courriers officiels Où sont les lits ?

Courrier au Directeur de l’ARS Ile-de-France - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels Une procédure politique maquillée en procès de droit commun

La France doit appuyer la lutte des Marocains en faveur d’un respect des droits humains - Par / 17 mars 2021

Les courriers officiels 30 % des salariées ont déjà subi du harcèlement ou une agression sexuelle sur leur lieu de travail

Violences sexuelles et sexistes au travail-Ratification de la convention de l’OIT - Par / 4 mars 2021

Les courriers officiels En pleine pandémie, ce projet est une provocation

Fusion de la Fondation Vallée-Hôpital Paul Guiraud Villejuif - Par / 16 février 2021

Les courriers officiels Les chiffres du mal-logement dans notre pays demeurent alarmants

Expulsions locatives et politique publique du logement - Par / 3 février 2021

Administration