Groupe Communiste, Républicain, Citoyen, Écologiste - Kanaky

Les courriers officiels

Monsieur le Président, prenez l’initiative d’un cessez-le-feu

Lettre de Cécile Cukierman au Président de la République sur la situation en Palestine -

Par / 28 février 2024

Monsieur le Président de la République,
C’est avec une vive préoccupation et le cœur lourd que les sénateurs et sénatrices du groupe parlementaire Communiste Républicain Citoyen et Écologiste-Kanaky vous adressent cette lettre.

Depuis des décennies, la violence domine les rapports entre les Israéliens et les Palestiniens. L’attaque terroriste du Hamas fut inhumaine, sans ambages, nous la condamnons. Le 7 octobre, l’horreur s’est abattue sur Israël suscitant une grande émotion dans le monde. Depuis quatre mois, ce sont les Palestiniens qui endurent un enfer quotidien avec l’aval d’une grande partie des pays occidentaux. Il s’agit d’une abomination. Le projet politique de colonisation entrave l’application du droit international et, en particulier, des résolutions de l’ONU.

La bande de Gaza est au bord de la famine, la moitié des infrastructures que compte ce territoire a été détruite ou endommagée, tandis que les services sanitaires sont au bord de l’effondrement. A l’heure où nous vous écrivons ces lignes, ce sont près de 28 000 personnes qui ont été tuées côté palestinien dont les deux tiers sont respectivement des femmes et des enfants. Déjà, 11 000 sont orphelins.

La Palestine est niée selon un plan parfaitement clair et porté par le Premier ministre, Benyamin Netanyahou : son annexion après son écrasement. Par la voix de la Cour Internationale de Justice, la communauté internationale entière a exprimé le 26 janvier dernier sa crainte d’un risque de génocide en cours en Palestine.

Le jour même de cette décision, le gouvernement israélien a lancé une violente campagne de dénigrement contre l’UNRAW avec la mise en cause de 12 de ses salariés accusés d’avoir participé aux attentats perpétrés par le Hamas le 7 octobre, alors même que l’agence compte des milliers de salariés. Malgré la création d’une commission d’enquête indépendante dont notre ancienne ministre des affaires étrangères, Catherine Colonna, a pris la tête, près de 17 pays dont les plus gros donateurs – Etats-Unis, Royaume-Uni et Allemagne – ont décidé de suspendre leur financement à l’agence onusienne.

Cette prise de position politique est éminemment dommageable pour les Palestiniens pour qui l’aide humanitaire constitue aujourd’hui le dernier moyen de subsistance. Cette campagne de dénigrement permet également de détourner le regard des 152 personnels de l’ONU tués par les bombardements israéliens, constituant la plus grande perte en 78 ans d’histoire de l’organisation.

Aujourd’hui, le gouvernement israélien projette de mener une offensive militaire terrestre dans la ville de Rafah. 1,3 million de Palestiniens dont 600 000 enfants se sont déplacés dans cette ville, faisant augmenter considérablement sa densité de population. Une telle offensive provoquerait une nouvelle catastrophe humanitaire « indescriptible » selon le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

Cette guerre totale ne rend pas justice aux Israéliens massacrés par le Hamas, pas plus qu’elle n’assure la sécurité à l’État israélien et plus largement à la région du Proche-Orient. Pis, celle-ci risque de conduire à une catastrophe humanitaire, politique et économique incalculable déjà entamée et dont le Ministère des Affaires étrangères du gouvernement a pris conscience, comme l’illustre sa proposition d’un plan de trêve israélo-libanais.
La situation humanitaire tragique, la recrudescence en toute impunité de l’offensive militaire israélienne dans l’une des villes les plus densément peuplées de la bande de Gaza, frontalière avec l’Egypte, exigent que la France use de sa voix.

Le mercredi 14 février, dans un entretien téléphonique, vous avez demandé au Président israélien de cesser les opérations militaires. Cette demande de cessez-le-feu vous l’avez d’ailleurs réitérée à plusieurs reprises, malheureusement sans résultat. Deux jours plus tard vous déclariez qu’une reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien n’était plus un tabou. Plus récemment encore, la France, par la voix de son diplomate Diégo Colas, plaidait le mercredi 21 février devant la Cour Internationale de Justice, pour une « relance décisive et crédible du processus de paix ».

Nous pensons qu’il est du rôle de la France, membre du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de prendre cette initiative forte. Cela devrait logiquement entraîner la reconnaissance par la France de l’Etat palestinien.

Monsieur le Président, nous vous demandons solennellement et en conscience de déposer au nom de la France, partie prenante de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, une résolution autorisant, en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, à employer tous les moyens nécessaires pour imposer un cessez-le-feu immédiat et permanent dans l’attente d’une reprise des négociations sous les auspices de l’ONU.

Ainsi, notre Nation sera fidèle à son histoire.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma considération distinguée.

Les dernieres interventions

Les courriers officiels Rouvrons le délai d’inscription sur les listes électorales

Élections législatives 30. Juin-7 juillet 2024 - Par / 18 juin 2024

Les courriers officiels Prendre des mesures concrètes et fortes visant à combattre les groupes violents d’extrême-droite

Il est impossible de laisser se banaliser des actes violents motivés par des théories racistes - Par / 25 mai 2022

Les courriers officiels Prolongement de la Ligne 10 du métro

C’est un projet structurant majeur pour les usagers - Par / 10 mai 2022

Les courriers officiels Situation du collège Albert Cron du Kremlin Bicêtre

Il est impossible d’enseigner et d’apprendre avec de tels effectifs ! - Par / 7 octobre 2021

Les courriers officiels Tribunal spécial pour le Liban

De la nécessité de remédier à une situation inacceptable - Par / 13 juillet 2021

Les courriers officiels Le dispositif actuel n’est pas satisfaisant

Parcours de sortie de la Prostitution - Par / 1er juillet 2021

Les courriers officiels Une prise de position incompréhensible

Au sujet du communiqué de l’Assemblée parlementaire de la francophonie sur le Tchad - Par / 27 avril 2021

Les courriers officiels Gardons la spécificité de la pédopsychiatrie !

Non à la fusion de la Fondation Vallée avec le GH Paul Guiraud de Villejuif - Par / 8 avril 2021

Administration