Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les courriers officiels

Non à la condamnation d’étudiants tunisiens homosexuels

Article 230 du code pénal tunisien -

Par / 18 décembre 2015

Six étudiants viennent d’être condamnés en Tunisie pour "pratiques homosexuelles". Membre du groupe d’amitié interparlementaire France-Tunisie, j’ai été révoltée en apprenant cette situation. C’est pourquoi j’ai demandé au Ministre des Affaires Etrangères d’agir. Vous trouverez ici la lettre que je lui ai écrite :

Monsieur le Ministre,

Je me permets d’attirer votre attention sur la situation particulièrement injuste et révoltante que connaissent six étudiants tunisiens de Kairouan.

Au titre de l’article 230 du code pénal tunisien, ceux-ci ont été arrêtés et condamnés pour avoir eu recours à des "pratiques homosexuelles". La sentence a été particulièrement sévère avec une peine de trois années de prison ferme et cinq années de "bannissement" de la ville de Kairouan.

Au regard de la résolution du 26 septembre 2014 du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, ces mesures vont à l’encontre des droits humains et des libertés fondamentales.

Membre du bureau du groupe d’amitié France/Tunisie au Sénat, je sais combien la révolution démocratique que la Tunisie a su mener représente un espoir pour tous les progressistes. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si elle a été frappée par plusieurs attentats qui la privent de bon nombre de touristes. C’est le sujet que nous avons abordé avec Monsieur Mohamed Ali Chihi Ambassadeur de Tunisie en France, lors d’une petit déjeuner de travail à l’initiative de Monsieur Jean-Pierre Sueur, Président du groupe d’amitié.

Il n’est pas possible de rester silencieux et de laisser une telle répression s’abattre sur de jeunes hommes du fait uniquement de leur orientation sexuelle, dans un pays si proche de la France.

D’autant que les partenariats universitaires sont nombreux entre nos deux pays et ils ont été renforcés lors de la signature d’accords de coopérations le 28 avril 2014.

Devant la gravité de la situation, je suis persuadée que vous aurez à cœur, Monsieur le Ministre, d’intervenir afin que les libertés fondamentales soient respectées et que ses six étudiants puissent être libérés afin de poursuivre leurs parcours universitaires comme il se doit.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Laurence Cohen,
Sénatrice du Val-de-Marne,
Vice présidente de la commission des affaires sociales

Les dernieres interventions

Les courriers officiels La rémunération des banques pour l’émission des titres de dettes

Budget de la Sécurité Sociale - Courrier au Président de l’ACOSS - Par / 13 novembre 2018

Les courriers officiels Psychiatrie en Côtes-d’Armor : situation d’urgence

Courrier à Madame la Ministre des Solidarités et de la santé - Par / 9 octobre 2018

Les courriers officiels Ces lieux sont indispensables pour recueillir et libérer la paroles des femmes

Situation des lieux d’accueil et d’écoute des Femmes victimes de violence - Par / 9 octobre 2018

Les courriers officiels Pour la réouverture des négociations

Transfert des salariés du RSI vers le Régime Général - Par / 7 septembre 2018

Les courriers officiels Des propos d’une extrême gravité qui bafouent les lois de la République

Saisine du CSA suite à l’homélie de l’archevêque d’Avignon diffusée sur France Culture le 15/07 - Par / 23 juillet 2018

Les courriers officiels À quand des actions concrètes de la part du gouvernement français ?

Publication de la base de données de l’ONU sur les entreprises liées à la colonisation israélienne - Par / 28 juin 2018

Les courriers officiels La Direction de l’APHP s’entête dans son projet malgré l’opposition

Décision de l’APHP de transférer la greffe hépatique de l’hôpital Henri Mondor de Créteil - Par / 31 mai 2018

Les courriers officiels Les lits vont être fermés faute..de personnels !

Fermeture de lits d’hospitalisation en psychiatrie aux Hôpitaux de Saint-Maurice - Par / 17 mai 2018

Les courriers officiels Gestion de la dette de l’assurance chômage

Les pouvoirs publics doivent demander des comptes au nom de l’intérêt général - Par / 7 mai 2018

Administration