Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les débats

Il est difficile d’appeler à la désescalade quand on est l’un des plus gros vendeurs d’armes au monde

Revue stratégique de défense et de sécurité nationale -

Par / 24 octobre 2017

La revue stratégique de défense et de sécurité nationale fait le constat inquiétant de la multiplication des menaces non étatiques du fait de la dissémination plus importante des armes.

Sous le précédent quinquennat, l’industrie de l’armement servait de variable d’ajustement à notre balance commerciale, c’est du moins notre vision.
Madame la ministre, le Gouvernement entend-il revoir notre politique d’exportation d’armement ?

M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Florence Parly, ministre des armées. Madame la sénatrice, le développement de l’exportation en matière d’armement est un prolongement indispensable du développement de ces programmes eux-mêmes. Aujourd’hui, sans l’exportation, un certain nombre de programmes militaires ne pourraient pas être menés à bien. L’exportation fait donc partie intégrante, en quelque sorte, du modèle de développement de ces programmes.

L’exportation en matière d’armement contribue à résorber le déficit commercial de la France à hauteur de 14 milliards d’euros par an. Globalement, l’industrie de défense compte plus de 4 000 entreprises, grandes ou petites, et représente plus de 160 000 emplois sur notre territoire. Ces emplois sont pérennisés grâce à la commande publique, mais aussi, je viens de l’indiquer, à l’existence de marchés à l’extérieur.

Exporter ne signifie bien évidemment pas qu’il faille le faire dans n’importe quelles conditions. Il existe des règles internationales que nous respectons, sous la surveillance des entités compétentes.

M. le président. La parole est à Mme Christine Prunaud, pour la réplique.
Mme Christine Prunaud. Merci, madame la ministre, vous êtes toujours précise dans vos réponses.

Cela dit, en la matière, il est difficile d’appeler à la diminution de l’armement quand on figure, comme c’est notre cas à nous, Français, parmi les plus gros vendeurs à l’échelon mondial.

Nous respectons, dites-vous, des règles internationales ; je n’en doute pas, mais le groupe communiste républicain citoyen et écologiste souhaiterait, et je pense qu’il n’est pas le seul, que nous soyons plus stricts – sous quelle forme ? Je ne saurais le dire dans l’immédiat – dans la sélection des pays acheteurs.
On sait qu’il existe des circuits parallèles et qu’une partie des armes que nous vendons dans des pays comme l’Irak, la Syrie ou autres est détournée ; mais, au-delà de ces marchés parallèles, nous avons d’autres inquiétudes, qui plaident pour cette exigence sur nos ventes. Je pense par exemple au Yémen, et aux soupçons de crime de guerre qui émeuvent la communauté internationale.

M. le président. Il faut conclure !

Mme Christine Prunaud. Aussi, quel commerce entretenir avec ces pays ?
Enfin, pour revenir sur votre conclusion, madame la ministre, je pense qu’il ne faut pas opposer, vous le savez bien, le nombre d’emplois au maintien de la paix.

Les dernieres interventions

Les débats Cette proposition de résolution est caricaturale

Violations des droits humains au Venezuela - Par / 30 octobre 2019

Les débats Est-ce que votre politique se résume à voir nos outils industriels partir à l’étranger ?

Enjeux de la filière sidérurgique dans la France du XXIe siècle - Par / 30 octobre 2019

Les débats Le gouvernement passe trop de temps à simplifier au risque de ne plus protéger

Catastrophes climatiques, mieux prévenir, mieux reconstruire - Par / 29 octobre 2019

Les débats L’impasse européenne n’est pas seulement britannique

Conseil européen des 17 et 18 octobre 2019 - Par / 22 octobre 2019

Les débats Il faut comprendre pourquoi ce drame est survenu

Commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol - Par / 10 octobre 2019

Les débats Un débat aux dangereuses visées politiciennes et électoralistes

Politique migratoire de la France et de l’Europe - Par / 9 octobre 2019

Les débats Une mobilisation politique nationale est indispensable

Adapter la France aux dérèglements climatiques à l’horizon 2050 - Par / 3 octobre 2019

Les débats Avec le CETA, la traçabilité de la viande est une fable

Place de l’agriculture française sur les marchés internationaux - Par / 1er octobre 2019

Les débats Le TSCG est sans existence légale

Caducité du Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance - Par / 9 mai 2019

Les débats Nous ne recyclons qu’un petit quart des 5 millions de tonnes de plastique que nous produisons chaque année

Quelle politique de lutte contre la pollution et de recyclage du plastique ? - Par / 30 avril 2019

Administration