Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les débats

La solidarité nationale et l’égalité républicaine appellent que les enfants en situation de handicap soient inclus dans l’école ordinaire

Scolarisation des enfants en situation de handicap -

Par / 25 octobre 2018
Version provisoire

Le Gouvernement affirme vouloir atteindre une école pleinement inclusive d’ici 2022. Il faut s’en donner les moyens. Si le nombre d’enfants en situation de handicap scolarisés a triplé depuis 2005, la réalité reste insupportable pour les familles qui doivent envoyer leur enfant en Belgique ou se tourner vers le privé, faute d’autre choix, ou, pire, faute de moyens, se résoudre à le scolariser en se contentant d’une allocation journalière de présence parentale inférieure au SMIC.

Le Conseil d’État en 2011 puis le Défenseur des droits l’année suivante ont demandé une mise en accessibilité accélérée des établissements scolaires. Les baisses de dotation des collectivités territoriales rendent ces investissements difficiles.

Plus de 12 600 enfants ne relèvent pas de la scolarisation en milieu ordinaire. Beaucoup attendent une place dans un IME ou un Sessad ; depuis deux ans, pour le petit Élouan dont la mère effectue un parcours du combattant pour en obtenir une avant que son fils n’atteigne, l’an prochain, l’âge du collège, car si Élouan peut suivre quatre matinées en école élémentaire, le collège lui est formellement déconseillé. Oui, il faut des nouvelles places dans ces structures et y recruter des enseignants dont le nombre baisse dans certains départements.

Les ULIS doivent être pris en compte dans les effectifs des établissements. Ne pas le faire est indigne et crée des difficultés quand il s’agit de décider de supprimer des postes.

Le Gouvernement a fait des annonces sur le recrutement des AESH mais 21 000 contrats aidés ont été supprimés. En Seine-Maritime, cette rentrée a été la plus désorganisée depuis la loi de 2005 : des accompagnants changeant brusquement d’élèves après les avoir accompagnés plusieurs années, d’autres sans affectation et des élèves sans accompagnant. Une mère de ma commune a menacé d’entamer une grève de la faim : son fils Cyliann de 10 ans attend toujours l’affectation d’un AESH. Des enfants ont été écartés de l’accompagnement. Avec le décret du 27 juillet, le choix a été fait de réduire le niveau d’exigence au moment du recrutement en délaissant toute notion de pédagogie.

Le refus de débattre du sujet à l’Assemblée nationale a choqué de nombreuses familles. Nous plaidons pour une vraie formation des accompagnants, une rémunération plus juste car ils ne sont pas rémunérés 1 300 euros par mois, comme on a pu le dire, car moins de 5 % d’entre elles - car ce sont souvent des femmes - sont à temps complet.

La solidarité nationale et l’égalité républicaine appellent que les enfants en situation de handicap soient inclus dans l’école ordinaire. La généralisation des pôles inclusifs d’accompagnement localisé, PIAL, ne doit pas se traduire par une baisse de la qualité de l’accompagnement.

La faible scolarisation explique la grande pauvreté des handicapés à l’âge adulte. C’est pourquoi notre groupe a déposé une proposition de loi supprimant la prise en compte des revenus du conjoint dans la base de calcul de l’AAH - que trop peu d’entre vous, chers collègues, ont votée hier...

Les dernieres interventions

Les débats Les moyens dévolus à l’accompagnement du handicap sont largement en deçà du nécessaire

Financement de l’accompagnement médico-social des personnes handicapées - Par / 31 octobre 2018

Les débats Votre critique de la surtransposition est à géométrie variable

Préjudice représenté pour les entreprises françaises par la surtransposition du droit européen en droit interne - Par / 31 octobre 2018

Les débats Ni les urgences ni les problèmes d’avenir ne sont traités

Crise migratoire : quelle gestion européenne ? - Par / 30 octobre 2018

Les débats Il y aurait lieu de procéder à un audit sérieux et intégral de notre dette publique

Dette publique, dette privée : héritage et nécessité ? - Par / 24 octobre 2018

Les débats Pourquoi la dette publique est utile

Dette publique, dette privée : héritage et nécessité ? - Par / 24 octobre 2018

Les débats Un écran de fumée pour occulter la désastreuse politique gouvernementale

Sécurité routière : mieux cibler pour plus d’efficacité - Par / 5 juin 2018

Les débats La régulation et la réglementation sont nécessaires

Politique de concurrence dans une économie mondialisée - Par / 17 mai 2018

Les débats Certaines universités utilisent même des logiciels de classement automatique des dossiers

L’UE face aux défis de la compétitivité, de l’innovation, du numérique et de l’intelligence artificielle - Par / 9 mai 2018

Les débats Comment osez-vous parler de shopping de l’asile ?  

L’UE face aux défis de la sécurité, des migrations et des frontières - Par / 9 mai 2018

Les débats Une action de guerre en dehors de toute légalité internationale  

Intervention des forces armées françaises en Syrie - Par / 16 avril 2018

Les débats Les Ehpad publics ne survivent que grâce à l’abnégation et au dévouement du personnel

Situation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes - Par / 3 avril 2018

Administration