Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions d’actualité

Avec le vote de la loi, le contrôle de l’action du gouvernement est constitutionnellement l’autre grande prérogative du Sénat. Celle-ci s’exerce notamment au travers des questions d’actualités (deux jeudis par mois), des questions orales, avec ou sans débat, et des questions écrites.

Lire la suite

Le gouvernement va-t-il rester sourd au message des Français ?

Par / 27 mars 2008

En 2007, les actionnaires du CAC 40 se sont partagés plus de 41 milliards. Dans le même temps, les salariés subissent de plein fouet l’augmentation des prix ; 30 % de nos concitoyens ont dû renoncer aux soins faute de ressources ; des millions de retraités ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois et les bénéficiaires du minimum vieillesse peinent à survivre avec 628 euros par mois. Terrible paradoxe qui explique votre échec aux élections municipales et cantonales ! (Exclamations à droite)

Les Français savent que l’échelon départemental est celui des solidarités et que l’échelon communal est un rempart contre votre politique antisociale.

Ils sont aussi inquiets de la grave crise qui secoue la planète financière. Vous nous assuriez pourtant que la France n’était pas concernée, que vos prévisions de croissance tiendraient, que l’on allait travailler plus pour gagner plus, que les 15 milliards de cadeaux fiscaux accordés aux plus riches allaient relancer notre économie... (Protestations à droite) Or la croissance est en berne, les prix flambent et le rythme des embauches devrait s’infléchir.

Face aux inquiétudes et à la volonté de changement des électeurs, vous ne faites que préparer, sans le dire, un plan de rigueur : nouveau tour de vis aux salaires, services publics au régime minceur et protection sociale encore rabaissée. Vous allez faire payer par tous cette crise financière des possédants !

Monsieur le Premier ministre, accepterez-vous un débat parlementaire sur la crise financière et sur les solutions pour mettre un terme à ces dérives et contraindre à un autre partage des richesses ?

La sanction des élections montre la désillusion des Français devant vos promesses déjà abandonnées. Allez-vous rester sourds à leur message ou changer d’orientation ? (Applaudissements à gauche)

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’emploi . - J’ai moi-même été candidat et j’ai entendu les attentes des électeurs : perspectives d’évolution dans l’emploi, d’études solides pour les enfants, croissance, développement durable... Les mesures prises par le Gouvernement portent déjà leurs fruits -bien plus que vous ne voulez le dire ! Ainsi, 320 000 emplois ont été créés...

M. Jacques Mahéas. - On ne s’en est pas aperçu !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État. - ...et le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis vingt-cinq ans ; le nombre d’allocataires du RMI a régressé de 8 % depuis 2007. Certes, les Français n’en ont pas moins des attentes, nous les avons entendues : mais nous, à la différence de vous, ne faisons pas de hold up sur l’interprétation des résultats de ce scrutin. (On renchérit à droite.) J’observe du reste que 67 % de nos compatriotes souhaitent que les réformes se poursuivent. (« Bravo ! » sur les bancs UMP)

M. Yannick Bodin. - Alors continuez !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État. - Je songe pour ma part à la réforme du service public de l’emploi, afin que les demandeurs soient aidés plus efficacement ; à la formation professionnelle ; aux négociations sur l’assurance chômage à entamer avec les partenaires sociaux... Nous sommes là non pour jouer les Cassandre mais pour agir concrètement !

Les dernieres interventions

Administration