Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions d’actualité

Avec le vote de la loi, le contrôle de l’action du gouvernement est constitutionnellement l’autre grande prérogative du Sénat. Celle-ci s’exerce notamment au travers des questions d’actualités (deux jeudis par mois), des questions orales, avec ou sans débat, et des questions écrites.

Lire la suite

Les usagers victimes d’un racket sur l’eau

Par / 2 février 2006

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mes chers collègues,

Ma question s’adresse à Madame la Ministre de l’Ecologie et du Développement durable, et porte sur un problème d’une importance toute particulière pour nos concitoyens, celui du prix de l’eau.

L’eau est un bien collectif et se doit, par conséquent, d’être également accessible à tous.

En effet, une association nationale de consommateurs, l’UFC - Que choisir, vient de rendre publics les résultats d’une étude portant sur le niveau des prestations facturées aux usagers en matière de distribution et d’assainissement d’eau.

Au vu de ces résultats, que constate on ?

Surfacturations, insuffisances d’entretien et de renouvellement des réseaux, qualité parfois douteuse des prestations, majorations excessives de prix sans contrepartie, tel est le paysage de la distribution d’eau dans notre pays, paysage dont chacun sait qu’il est dominé de longue date par deux entreprises privées qui trustent les concessions de service public en ces matières.

La démonstration est faite qu’un service public assumé essentiellement par des entreprises de droit privé n’est pas respectueux d’une véritable égalité entre les citoyens.

Ainsi, pour ce qui concerne le principal syndicat de distribution d’eau dans notre pays, ce seraient, selon l’UFC, 200 millions d’euros qui seraient sur facturés chaque année aux usagers.

Et l’étude indique entre autres que, contrairement à toute logique, le prix de l’eau est d’autant plus élevé que la commune ou l’agglomération de distribution sont importantes.

Résultat, entre autres : la marge nette des distributeurs s’élève, selon les cas, entre 26 et 60 % du prix facturé aux usagers.

Même si l’eau ne coule pas du robinet, celui des profits n’est donc pas à l’arrêt.

L’UFC appelle d’ailleurs à faciliter, en matière de distribution et d’assainissement, toute mesure tendant à remplacer les concessions de service public par des régies municipales ou intercommunales.

Toutes les communes ayant opté pour cette solution l’ont d’ailleurs constaté : le prix facturé aux usagers est sans cesse à la baisse !

Car ce sont les usagers et leur pouvoir d’achat qui sont les victimes de ces dérives, le poste eau et énergie étant l’un de ceux ayant connu la progression la plus sensible ces dernières années.

Elle paraît à notre sens devoir donner une autre tournure aux débats que nous devrions avoir ( quand ? ) portant sur le projet de loi sur l’eau, en nouvelle lecture.

En tout état de cause, ma question portera sur les enjeux suivants :

Compte tenu des éléments précis et chiffrés fournis par cette étude, du constat de la diversité tarifaire injustifiable observée en matière d’eau, quand comptez vous prendre les mesures adéquates pour faire cesser ce qui s’apparente purement et simplement ce racket dont sont victimes les usagers ?

Quelles modalités nouvelles de contrôle de passation des marchés publics escomptez vous adopter, sans tarder ?

Quelles dispositions entendez vous mettre en œuvre pour faire enfin valoir des critères de service public en matière de distribution d’eau ?

Les dernieres interventions

Les questions d’actualité Feux de forêts : pour une véritable cellule de crise transpartisane

La répétition des feux de forêts appelle à de nouvelles solutions - Par / 2 août 2022

Les questions d’actualité L’Europe doit changer de trajectoire  

Présidence française du Conseil de l’Union européenne - Par / 19 janvier 2022

Administration