Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions d’actualité

Avec le vote de la loi, le contrôle de l’action du gouvernement est constitutionnellement l’autre grande prérogative du Sénat. Celle-ci s’exerce notamment au travers des questions d’actualités (deux jeudis par mois), des questions orales, avec ou sans débat, et des questions écrites.

Lire la suite

Notre peuple n’accepte pas de se voir voler La Poste, une institution ancrée dans notre histoire

Modification du statut de La Poste -

Par / 8 octobre 2009
Notre peuple n’accepte pas de se voir voler La Poste, une institution ancrée dans notre histoire
Notre peuple n’accepte pas de se voir voler La Poste, une institution ancrée dans notre histoire

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes chers collègues,

Qui déclarait le 15 juin 2004 à l’Assemblée Nationale ; « Je l’affirme parce que c’est un engagement du gouvernement, EDF et Gaz de France ne seront pas privatisées. » Vous l’aurez deviné, N. Sarkozy en personne.

Vous-même, Monsieur le Premier Ministre, vous avez vanté en 1996 la modernité du changement de statut de France Télécom. On voit où le libéralisme a mené cette entreprise, ses salariés, ses usagers. Peut-être souhaitez-vous le même avenir pour la Poste ?

Notre peuple ne veut plus de ces promesses, de ces manipulations. Combien coûte la campagne de presse mensongère du gouvernement sur la Poste ? N’ayez crainte, faites nous confiance, nous lâchons la Poste au milieu des fauves, mais les fauves ne la mangeront pas, nous affirme-t-on à nouveau, au lendemain d’une crise financière qui a démontré par A+B l’impasse que représentait la financiarisation de l’économie.

Il faut stopper cet engrenage. Il faut rappeler la supériorité démocratique incontestable de l’intérêt général sur l’intérêt privé.

Notre peuple qui a construit dans la douleur, [comment ne pas rappeler les luttes sociales, la résistance], de grands services publics fondés sur des entreprises publiques, car abritées des appétits capitalistes, notre peuple n’accepte pas de se voir voler une institution ancrée dans notre histoire : la Poste.

La démocratie, M. le Premier Ministre, n’est pas d’insulter 2 millions de personnes qui ont rejeté, par un sondage grandeur nature, par une manifestation de voix, votre projet de loi qui - seul un âne ne le comprendrait pas – vise à terme la privatisation de la Poste.

A cette mobilisation, si profonde, des campagnes aux villes, des quartiers populaires à ceux plus favorisés, car la Poste est un bien commun, N. Sarkozy, l’UMP, répondent par le mépris, par le dogmatisme libéral, comme vous avez répondu au « non » du peuple français à la Constitution libérale européenne en 2005.

Les discours enflammés du Président de la République sur la nécessaire refondation du capitalisme s’écrasent sur les faits : vous continuez comme avant, aucune leçon, si forte soit-elle, des centaines de milliards volatilisés aux drames de France Télécom, n’ont de valeur pour vous.
M. le Premier Ministre, allez-vous retirer ce projet de loi d’un autre temps, celui de l’argent-roi ?

Et si vous doutez du résultat de dimanche dernier, demandez à N. Sarkozy d’organiser un référendum comme la Constitution le permet.

Mme Christine Lagarde, ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi . - Il est vrai que des inquiétudes se sont exprimées.

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. - Vous avez trop menti !

Mme Christine Lagarde, ministre. - Le projet de loi, qui vous sera présenté en première lecture, apporte toute une série de garanties.

M. Guy Fischer. - Nous n’y croyons pas !

Mme Christine Lagarde, ministre. - L’ouverture du capital de 2,7 milliards sera exclusivement réservée à l’État et aux entreprises publiques : pas un euro du capital ne sera un euro privé. La Poste continuera d’assurer ses missions de service public, auxquelles nous sommes très attachés (on en doute fortement à gauche) : le service du courrier, six jours sur sept...

M. René-Pierre Signé. - Pour combien de temps ?

Mme Christine Lagarde, ministre. - ...la distribution de la presse...

M. Didier Boulaud. - Même Juppé ne vous croit plus !

Mme Christine Lagarde, ministre. - ...le droit pour chacun de posséder un compte et un livret A ; sa mission d’aménagement du territoire sera également consacrée dans le texte.

Quant au statut du personnel, il sera garanti par le texte.

M. René-Pierre Signé. - Comme à la DCN !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. - Vous avez trop menti !

Mme Christine Lagarde, ministre. - Il appartiendra ensuite aux représentants du peuple que vous êtes de déterminer si ce projet de loi est bien la meilleure façon de moderniser cet établissement auquel nous tenons tous.

Les dernieres interventions

Administration