Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions d’actualité

Avec le vote de la loi, le contrôle de l’action du gouvernement est constitutionnellement l’autre grande prérogative du Sénat. Celle-ci s’exerce notamment au travers des questions d’actualités (deux jeudis par mois), des questions orales, avec ou sans débat, et des questions écrites.

Lire la suite

Taux de change de l’Euro

Par / 11 mai 2000

par Paul Loridant

Ma question s’adresse à M. le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie et porte sur l’euro.

Depuis son lancement en janvier 1999, l’euro a enregistré une baisse de près de
20 % par rapport au dollar et de 25 % par rapport au yen.

De plus, une statistique récente nous apprend que la monnaie unique ne représente que 1,69 % environ de l’ensemble des transactions enregistrées en France. Payer un chèque en euros relève presque de l’exploit, monsieur le ministre, et j’en parle en connaissance de cause !

Ces deux faits viennent apporter un cinglant démenti aux discours exaltés et aux promesses des " eurobéats ". Hier encore, contre tout bon sens économique et politique, ils nous assenaient que seul un euro fort pourrait assurer les conditions de la prospérité économique et d’une décrue du chômage.

Selon ces mêmes " spécialistes " - qui, au demeurant, se font aujourd’hui bien discrets - avec l’indépendance de la Banque centrale européenne, les marchés financiers européens allaient susciter un immense engouement permettant de financer à bon compte les économies de ce que certains appellent l’Euroland. La puissance politique de l’Europe serait la cerise sur le gâteau !

Or, aujourd’hui, l’euro est faible, et tout le monde, à commencer par les chefs d’entreprise et les salariés européens, s’en réjouit.

Dopées par une parité plus réaliste avec le dollar et le yen, les économies européennes retrouvent le chemin de la croissance et les salariés celui de l’emploi. Ce constat m’amène à formuler trois remarques et à vous interroger sur les initiatives que le Gouvernement compte prendre alors même qu’il s’apprête à assumer la présidence de l’Union européenne.

Les sérieuses difficultés dans lesquelles se trouvent aujourd’hui l’euro soulignent, selon moi, son caractère prématuré et la nécessité de le remplacer par une monnaie commune. Celle-ci aurait l’avantage de donner une réalité à l’Europe à l’étranger et de permettre une souplesse monétaire et budgétaire au sein même des économies européennes : des monnaies nationales au service du développement économique et de l’emploi, et non une monnaie unique forte au profit des spéculateurs et des rentiers.

Ma seconde observation porte sur l’urgence d’une réforme des statuts de la Banque centrale européenne.

M. le président. Monsieur Loridant, je vous prie de conclure.

M. Paul Loridant. Je termine, monsieur le président.

A plusieurs reprises, en effet, la BCE a tenté sans succès de soutenir l’euro en relevant les taux d’intérêt, au risque de casser la reprise économique.

Entendez-vous promouvoir l’idée d’une révision des statuts de la BCE qui viserait à lui imposer des objectifs de plein emploi, comme c’est le cas aux Etats-Unis ?

Enfin, conséquence directe de cette remarque, quelles initiatives comptez-vous prendre afin de donner une réalité au pilotage politique de l’euro, qui, de l’aveu général, est encore aujourd’hui une fiction, ce qui explique en partie la sévère sanction de l’euro par les marchés ? (Applaudissements sur les travées du groupe communiste républicain et citoyen, ainsi que sur certaines travées du RPR et des Républicains et Indépendants.)

M. Christian Pierret, secrétaire d’Etat à l’industrie. Monsieur le sénateur, je voudrais faire avec vous un constat, risquer deux ou trois points d’analyse et proposer les solutions que la dernière partie de votre question appelle.

Le constat c’est que, en effet, l’euro continue à évoluer autour de 0,90 dollar des Etats-Unis, c’est-à-dire loin de son cours d’origine.

L’analyse, c’est qu’il est plus important, vous en conviendrez avec moi, de parler de la stabilité de l’euro que de son niveau. C’est la stabilité du taux de change qui est indispensable pour bâtir un socle de confiance qui soit favorable à l’investissement, favorable à la croissance et donc, finalement - c’est notre objectif commun - favorable à l’emploi.

Nous avons donc besoin d’un euro stable. De ce point de vue, si les
" euro-fondamentaux ", comme on dit, sont bons - je songe à l’emploi, au produit intérieur brut, à l’investissement, aux prix, aux excédents du commerce extérieur - la situation, vous l’avez dit, n’est globalement pas satisfaisante.

Selon le FMI, la croissance de la zone euro en 2001 sera la plus forte du G3. Que manque-t-il à l’euro, ou plutôt que
manque-t-il à l’Europe pour que l’euro regagne sa force potentielle ?

Il y a un certain nombre de solutions. Le Premier ministre, Lionel Jospin, les a évoquées il y a quelques jours à l’Assemblée nationale.

Une Europe plus forte a besoin d’un euro stable et qui tienne bon. En réalité - je renverse la proposition - un euro fort a besoin d’une Europe forte. D’où les solutions : renforcer l’euro-11 et le rôle de son président, assurer une meilleure continuité de la présidence de cette instance et renforcer, accélérer la construction, faire tout pour que naisse une véritable Europe politique, car c’est de là que part le vrai problème et c’est de là que peuvent venir les vraies solutions. En un mot, il nous faut un euro de confiance, un euro de croissance et un euro de puissance, celle de l’Europe.

Les dernieres interventions

Les questions d’actualité Monsieur le ministre, vous restez enfermé dans votre dogme néolibéral  

Nouveau plan d’aide de l’État en faveur d’Air France - Par / 7 avril 2021

Les questions d’actualité Pas moins d’un milliard d’euros, une loi cadre et des tribunaux spécialisés !

Moyens accordés à la lutte contre les violences faites aux femmes - Par / 25 novembre 2020

Administration