Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Assurance emprunteur - Captation par les banques des bénéfices techniques

Par / 16 juillet 2007

Robert BRET attire l’attention de Mme la Ministre de l’économie, des finances et de l’emploi sur la captation par les banques des « bénéfices techniques et financiers » » des contrats d’assurance collective couvrant le décès, l’incapacité et l’invalidité des personnes recourant au prêt immobilier.

Il lui rappelle que pour ces contrats, obligatoires lors d’un prêt immobilier lorsque les primes versées par les assurés excèdent fortement les sinistres à payer, la loi prévoit que le trop-perçu appelé « bénéfices techniques et financiers » soit reversé aux assurés.
Or, il l’informe qu’à ce jour, aucun assuré n’a obtenu la redistribution de tels bénéfices.

Ces contrats sont pourtant fortement bénéficiaires. En effet, selon les calculs de l’UFC-Que Choisir, les contrats d’assurance emprunteur dégagent un surplus, après paiement des sinistres, des frais de gestion et d’administration, représentant 46% de la prime. Conformément à ces calculs, 11,5 milliards d’euros au total, depuis 1996, auraient ainsi dû être distribués aux 10 millions de ménages assurés. Et si les assureurs ont bien reversé la participation aux bénéfices, les banques, elles, ont pris la place des vrais assurés pour récupérer la totalité de ces « bénéfices techniques et financiers » et, à partir de 2002, ont déguisé ces revenus illicites en commissions extravagantes.
Pourtant, le principe législatif de la participation des assurés aux « bénéfices techniques et financiers » réalisés par les compagnies d’assurance, après le paiement des sinistres, est parfaitement clair.

Il estime que compte tenu des sommes en jeu et du nombre très important de victimes, il importe que de plus amples investigations soient menées, et en cas de confirmation que le préjudice subi par les millions de ménages soit intégralement réparé.

Il lui demande en conséquence les mesures d’investigation qu’elle entend prendre dans ce dossier afin que les éventuelles victimes de cette captation aient les éléments de preuve indispensables à une éventuelle action en justice.

Réponse du Ministère de l’économie, des finances et de l’emploi
JO Sénat du 03/01/2008 - page 26

L’article L. 331-3 du code des assurances dispose que « les entreprises d’assurances sur la vie ou de capitalisation doivent faire participer les assurés aux bénéfices techniques et financiers qu’elles réalisent dans les conditions fixées par arrêté du ministre de l’économie et des finances ».

Cette disposition résulte de l’article 4 de la loi de finances pour 1967 qui s’insérait dans une politique d’incitation à l’épargne à travers le développement de la capitalisation et des assurances sur la vie. Les arrêtés d’application de cette disposition ont été codifiés aux articles A.331-3 et suivants du code des assurances.

L’article A.331-4 en vigueur jusqu’au 22 avril 2007, qui résultait de l’arrêté du 21 décembre 1984, prévoyait en son alinéa 2 que « le montant minimal de cette participation est déterminé globalement pour les contrats individuels et collectifs souscrits sur le territoire de la République française, à l’exception des contrats collectifs en cas de décès ».

La loi sur la participation aux bénéfices codifiée à l’article L. 331-3 du code des assurances, et précisée à l’article A.331-4 du même code, crée pour les entreprises d’assurance une obligation de faire participer globalement la mutualité des assurés aux bénéfices techniques et financiers réalisés, mais n’accorde pas un droit individuel à chaque souscripteur de contrat d’assurance sur la vie.

L’entreprise d’assurance est libre, sauf disposition contractuelle particulière, de déterminer les modalités ainsi que la liste des contrats bénéficiant de la participation aux bénéfices définie réglementairement. Seuls les termes particuliers du contrat peuvent donc, le cas échéant, en application de l’article L. 132-5 du code des assurances, déterminer des obligations de participation aux bénéfices à l’égard du souscripteur ou de l’adhérent à ce contrat.

Les tribunaux ayant été saisi tant par des associations de consommateurs, des professionnels et leurs associations représentatives, il convient de laisser la justice se prononcer dans ces litiges opposant des personnes privées.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une nécessité de maintenir les moyens

Situation du réseau des chambres d’agriculture - Par / 12 septembre 2019

Les questions écrites Il faut protéger les défenseurs des droits

La France doit adopter un plan d’actions national - Par / 25 juillet 2019

Les questions écrites Des conséquences désastreuses pour les Parisiens

Fermeture des agences de la caisse primaire d’assurance maladie à Paris - Par / 5 juillet 2019

Les questions écrites Ne pas remettre en cause les missions de ces établissements

Missions des établissements et services d’aide par le travail - Par / 4 juillet 2019

Les questions écrites La loi est peu ou pas appliquée !

Formation des professionnels sur les violences faites aux femmes - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Il faut garantir l’accueil, l’accompagnement et la mise à l’abri de ces femmes

Femmes Etrangères et demandeuses d’asile victimes de violences - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Ce décret franchit un pas extrêmement grave

Retrait du décret fichant les personnes en soins psychiatriques sans consentement - Par / 17 juin 2019

Les questions écrites De simples contraventions pour les agressions sexuelles ?!

Risque de déqualification des agressions sexuelles en outrages sexistes - Par / 22 mai 2019

Administration