[(IMG/auton2890.jpg|non) Défense des droits de plantation - Réunion du GHN et réforme de la PAC - Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Défense des droits de plantation

Réunion du GHN et réforme de la PAC -

Par / 14 septembre 2012

Quelles mesures le gouvernement compte-t’il prendre pour convaincre les États membres de se positionner contre la libéralisation des plantations de vigne

Question écrite n° 00736 de Mme Cécile Cukierman (Loire - CRC)
publiée dans le JO Sénat du 19/07/2012 - page 1612
Mme Cécile Cukierman attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur la libéralisation des plantations de vigne prévue le 1er janvier 2016.
Le groupe de réflexion à haut niveau (GHN) sur les droits de plantation mis en place par le Commissaire européen à l’agriculture suite aux prises de position de 15 États membres (représentant 98 % de la production européenne), du Parlement européen et des vignerons, s’est réuni pour la deuxième fois ce vendredi 6 juillet 2012. Les travaux ont été consacrés à l’examen des conséquences liées à la disparition des droits de plantation. Ils ont conforté les professionnels qui reprochent à la Commission d’avoir fait cette proposition en 2008 sans la moindre étude d’impact. Les professionnels attendent maintenant de la Commission des propositions concrètes et rappellent l’urgence de légiférer. Le GHN doit poursuivre ses travaux et enrichir ses réflexions. On sent bien que la Commission veut, au travers d’un découpage des discussions en trois sous-groupes, obtenir un consensus sur la libéralisation des plantations pour les vins sans indication géographique en échange d’un maintien d’un système de droits pour les appellations. Les professionnels de ce secteur et les élus locaux se mobilisent car cette décision pourrait avoir de graves conséquences : diminution de la qualité, disparition des exploitations familiales, délocalisation du vignoble vers les plaines, concentration du secteur… Les professionnels attendent donc que la Commission fasse des propositions concrètes sur lesquelles travailler. Aujourd’hui, il y a urgence à légiférer et il est nécessaire d’apporter une réponse globale et efficace et donc une réponse pour toutes les catégories de vins et l’ensemble des zones.
Dans ces conditions, elle lui demande quelles mesures il compte prendre pour convaincre les États membres de se positionner contre la libéralisation des plantations de vigne prévue le 1er janvier 2016.

Réponse du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt
publiée dans le JO Sénat du 13/09/2012 - page 1982

La suppression du régime des droits de plantation a été décidée lors de la réforme de l’organisation commune de marché vitivinicole, fin 2008, sur proposition de la Commission européenne, afin de favoriser une adaptation de l’offre en fonction des signaux du marché et de la demande. Le Gouvernement est déterminé à revenir sur cette suppression et à réintroduire les droits de plantation, considérant que la justification de cet outil sort renforcée de la période précédente, force étant de constater que la libéralisation progressive des marchés agricoles ne s’est pas traduite par une réduction de leur instabilité. Les particularités de la vigne, plante pérenne, et du vin, produit miscible et stockable, nécessitent un dispositif de régulation adéquat. Le Gouvernement place la régulation des marchés agricoles au cœur des négociations pour la future Politique agricole commune (PAC). En effet, l’enjeu agricole et agroalimentaire est primordial et stratégique pour l’Europe. Suite à la demande des États membres (lettre adressée par 16 États membres), le commissaire européen à l’agriculture a annoncé le 19 janvier 2012 la création d’un groupe à haut niveau (GHN) sur la question des droits de plantation dans le secteur vitivinicole. Dans le cadre des réunions de ce groupe, la France entend faire avancer le débat européen sur la nécessité de préserver le régime des droits de plantation et est dès à présent force de proposition afin que les négociations aboutissent à une solution qui préserve les intérêts de la filière vitivinicole française. D’ores et déjà, dans le cadre de réunions bilatérales organisées à l’initiative de la France, celle-ci mobilise ses partenaires afin de dessiner une solution commune, préservant à la fois la qualité et la spécificité de la viticulture. Le Gouvernement est pleinement mobilisé, au service de la viticulture française et européenne, afin d’obtenir le maintien du régime des droits de plantation dans le cadre des négociations engagées sur la PAC post 2013.

Les dernieres interventions

Les questions écrites La transphobie médicale est une maltraitance grave !

sensibiliser les personnels de santé pour une meilleure prise en charge des personnes trans - Par / 19 février 2019

Les questions écrites Bilan des classes passerelles

Question écrite à la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche - Par / 14 février 2019

Les questions écrites Si, le chlordécone est bien cancérigène !

Contaminations en outre-mer - Par / 13 février 2019

Les questions écrites Stop à la transphobie en prison

Conditions de détention des personnes trans - Par / 7 février 2019

Les questions écrites Un passage en force inacceptable

Non-respect de la concertation sur le projet CDG Express - Par / 31 janvier 2019

Les questions écrites L’État doit prendre ses responsabilités

Projet de restructuration de l’agence France presse - Par / 31 janvier 2019

Les questions écrites Notre pays est le seul à être doté de ces armes

Interdiction des lanceurs de balle de défense dans le cadre du maintien de l’ordre - Par / 24 janvier 2019

Les questions écrites Pour le respect du vote du Parlement

Nocivité de l’additif alimentaire E 171 - Par / 17 janvier 2019

Les questions écrites Une grande cause du quinquennat ?

Moyens consacrés à la lutte contre les violences faites aux femmes - Par / 17 janvier 2019

Administration