Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Réduction d’effectifs à météo France

Par / 21 avril 2008

Robert BRET attire l’attention de M. le Ministre d’Etat, Ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire sur les mesures annoncées par Météo France dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).

En effet, il l’informe que Météo France envisage une réorganisation des services météorologiques de proximité, en réduisant notamment de façon drastique ses centres départementaux pour n’en garder qu’une quarantaine quant pour l’heure on en décompte plus de cent, lesquels collaborent étroitement avec les services de gestion des routes, de protection des crues, de sécurité aérienne et d’alerte en cas de risque météorologique ou d’incendie de forêt. Ainsi, il lui précise, que 1€ investi dans la météo rapporte, in fine, 7€ à la collectivité.

Consécutivement à cette implantation territoriale réduite, une réduction importante des effectifs est à prévoir, de l’ordre de 500 agents, au minimum, sur les 3500 que compte l’établissement public.

Autant de mesures qui laissent présager si ce n’est la disparition à terme, tout au moins la dégradation assurée d’un service public d’informations utile pour tous, car si l’on ne peut empêcher les catastrophes naturelles on peut réduire leur impact par anticipation et gestion des risques grâce à la surveillance de météo France.

Par conséquent, il lui demande de bien vouloir préciser les intentions du gouvernement à l’égard de météo France et de lui indiquer si demain chaque département de notre territoire sera assuré de garder son centre de surveillance du climat dont l’organisation, il le rappelle, ne saurait satisfaire des motivations libérales.

Réponse du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire
publiée dans le JO Sénat du 05/06/2008

L’établissement public Météo-France, référence mondiale, a engagé en 2006 une démarche de définition de son plan stratégique à 10 ans, afin d’identifier les grands enjeux des évolutions techniques, économiques, politiques et sociales dans son domaine de compétence.

L’objectif de l’établissement est de faire aujourd’hui les choix stratégiques indispensables pour conserver et accroître en 2017 son niveau scientifique et technique international, et la qualité de ses prestations.

Cette réflexion intervient bien sûr dans un contexte de nécessaire maîtrise des dépenses publiques. Le processus de révision générale des politiques publiques (RGPP) est en cours.

Le 12 décembre dernier, le conseil de modernisation des politiques publiques a annoncé que « l’organisation de Météo-France serait revue, dans le sens d’un allègement progressif de ses implantations départementales, compte tenu des évolutions technologiques, qui ne rendent plus aussi utile un maillage très fin. »

L’ensemble des modifications de l’organisation du service météorologique sera fait en tenant compte de l’objectif de qualité indispensable à la sécurité des personnes et des biens et à la compréhension du changement climatique et de ses conséquences, mais également aux intérêts économiques qui peuvent être particulièrement sensibles à la météorologie.

Les décisions d’évolution de l’organisation de Météo-France et de son organisation territoriale seront prises en concertation, et en ayant à l’esprit l’importance d’une expertise météorologique nationale de haut niveau, en particulier au regard des évolutions climatiques et de la lutte contre le réchauffement qui est l’une des premières priorités du Grenelle de l’environnement.

Dans ce cadre, les représentants locaux, partenaires et utilisateurs des prestations de Météo-France, professionnels et élus, seront consultés afin de garantir la continuité d’un service de qualité, en optimisant les moyens et les implantations. De la même manière, l’État prend soin de doter l’établissement public des moyens financiers nécessaires à l’accomplissement de ses missions de service public.

Ainsi, l’évolution de la dotation de l’État n’a pas été pénalisante pour l’établissement public. En effet, celui-ci a su réaliser les gains de productivité raisonnables correspondant à la diminution de 0,3 % par an en euros constants prévue par son contrat d’objectifs 2005-2008.

Il a en outre pu préserver sa capacité d’innovation et d’investissement grâce à l’augmentation régulière de ses ressources propres, qui représentent désormais près 40 % de l’ensemble de ses recettes. Cette orientation générale marquée par la continuité des missions et la maîtrise des coûts sera maintenue par le ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire.

Monsieur le Sénateur,

L’Inter-syndicale CGT-FO-Solidaires de Météo-France vous remercie d’avoir posé cette question écrite au Ministre Mr Borloo et de nous avoir envoyé la réponse de ce dernier.
Après les mouvements de grève de ces derniers mois, en particulier celui du 5 juin où plus de 700 agents ont défilé dans les rues de Paris, grâce au soutien de la population au travers de la signature électronique de la pétition -sauvons la météo- et grâce également aux interventions des élus de la nation dont la vôtre, le PDG de Météo-France, Monsieur Pierre-Etienne BISCH, nous a fait savoir que le processus de restructuration de l’établissement était suspendu jusqu’en octobre et qu’il ouvrait à l’ensemble du personnel et aux organisations syndicales le débat technique sur l’organisation de la prévision et sur les missions de Météo-France.
Nous sommes conscients que le processus de restructuration est simplement suspendu et que dans le futur, nous aurons encore besoin de votre soutien.
Bien cordialement.
Thierry OFFRE pour l’Intersyndicale.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Ce décret franchit un pas extrêmement grave

Retrait du décret fichant les personnes en soins psychiatriques sans consentement - Par / 17 juin 2019

Les questions écrites De simples contraventions pour les agressions sexuelles ?!

Risque de déqualification des agressions sexuelles en outrages sexistes - Par / 22 mai 2019

Les questions écrites Cette autorisation est incompréhensible et problématique à plus d’un titre

Autorisation de forage d’exploration au large des côtes guyanaises - Par / 10 mai 2019

Les questions écrites Des milliers d’enfants privés d’éducation sur le territoire français

Rapport de la commission nationale consultative des droits de l’homme - Par / 25 avril 2019

Les questions écrites 2020, année de l’infirmière ?!

Pénurie de personnel infirmier et mauvaises conditions de travail - Par / 24 avril 2019

Les questions écrites Rémunération du temps de trajet des salariés itinérants

Suite à une directive de l’Union Européenne - Par / 24 avril 2019

Les questions écrites Files d’attente virtuelles pour demander l’asile en France

Plateforme téléphonique de l’office français de l’immigration et de l’intégration - Par / 24 avril 2019

Les questions écrites 6 étudiantes sur 10 subissent des violences sexuelles en médecine

Mieux informer et sensibiliser les étudiant.e.s - Par / 24 avril 2019

Les questions écrites Risque d’extinction culturelle française !

Conséquences de la réforme des retraites sur les artistes-auteurs - Par / 18 avril 2019

Les questions écrites Il faut maintenir le fret ferroviaire !

Non à la suppression du train de fret quotidien Rungis-Perpignan - Par / 11 avril 2019


Bio Express

Robert Bret

Ancien sénateur des Bouches-du-Rhône
En savoir plus
Administration