Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

55% de la production est détenu par un seul groupe agroalimentaire

Mainmise des multinationales sur les fromages AOP -

Par / 30 mars 2017

Question n° 25619 adressée à M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement
À publier le : 30/03/2017

M. Michel Le Scouarnec attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur l’emprise des multinationales sur la production des fromages d’appellation.

En effet, par le jeu des rachats d’entreprises, de grands groupes agroalimentaires domineraient le marché des fromages avec une appellation d’origine. C’est le cas par exemple, avec Lactalis qui détiendrait 55 % de la production de l’appellation d’origine protégée (AOP) Camembert, 90 % du Livarot et 75 % du Neuf-Châtel et du Pont-l’Evêque, ou Savencia contrôlant 80 % de l’Epoisses. Les premières victimes de cette mainmise sont les fromageries familiales dont le savoir-faire et l’expérience sont affaiblis face à la volonté des grands groupes de contrôler la filière laitière plutôt que de produire du lait de qualité.

Les professionnels du secteur s’inquiètent légitimement d’un éventuel impact négatif de cette concentration du secteur aux mains des multinationales, sur la qualité des fromages AOP. En recourant systématiquement à la pasteurisation (autorisée dans la majorité des cahiers des charges AOP), les multinationales tirent vers le bas la qualité de ces fromages. Pourtant, à sa genèse, le label AOP assurait un rôle de protection des savoir-faire fromagers. Ce système a permis à des filières entières de se développer, mais dans le contexte actuel, n’assure plus son rôle de protection.

Par ailleurs, l’Autorité de la concurrence ne semblerait pas jouer son rôle de conciliation et de régulation, puisqu’elle ne s’est pas opposée au contrôle de certaines AOP fromagères par des grands groupes. Idem pour l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) dont l’activité consiste à accompagner les filières dans la rédaction des cahiers des charges de production de l’AOP ou appellation d’origine contrôlée (AOC).

C’est pourquoi, il lui demande les mesures envisagées pour, d’une, part remédier à cette situation et, d’autre part, permettre à l’INAO et à l’Autorité de la concurrence d’assumer pleinement leurs missions avec des moyens adaptés.

Les dernieres interventions

Les questions écrites CLOUD act

Un recul sans précédent du point de vue des libertés et du droit international - Par / 18 juin 2018

Les questions écrites Les patients craignent un nouveau report

Protocole national de diagnostic et de soins pour la maladie de Lyme - Par / 15 juin 2018

Les questions écrites Une médiation nécessaire

Situation du centre hospitalier du Rouvray en Seine-Maritime - Par / 30 mai 2018

Les questions écrites Des indispensables lieux de vie et de lien social

Risques de fermeture de plusieurs Bourses du travail - Par / 26 avril 2018

Les questions écrites L’ARS fait du chantage

Situation à l’EPSM d’Allonnes (72) - Par / 24 avril 2018

Les questions écrites Une ouverture des archives nécessaire

Utilisation des armes chimiques au cours des guerres coloniales - Par / 23 avril 2018

Les questions écrites La France doit prendre des initiatives de paix

Remédier aux insuffisances des mécanismes qui luttent contre les détournements d’armes - Par / 19 avril 2018

Administration