Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Brader ce patrimoine public, c’est renoncer à la maîtrise publique de l’énergie

Privatisation des concessions hydroélectriques -

Par / 3 décembre 2015

Question écrite n° 19130 publiée dans le JO Sénat du 03/12/2015.

M. Jean-Pierre Bosino appelle l’attention de M. le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique La Commission européenne enjoint la France à apporter sous deux mois une réponse au courrier adressé au Gouvernement signifiant la possible incompatibilité entre la législation européenne et la position dominante d’EDF dans l’accès aux ressources hydrauliques. Le Gouvernement doit donc se prononcer d’ici au 22 décembre 2015 sur la possibilité pour EDF de soumissionner aux futurs appels d’offre et sur l’étendue des barrages soumis à ouverture à la concurrence. En effet selon la Commission européenne 296 concessions hydroélectriques seraient concernées alors que lors des débats sur la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte il avait été fait mention d’environ vingt concessions.
L’hydroélectrique représente 12% de la production d’électricité en France. C’est la seule énergie stockable qui assure la continuité, ce qui permet en parallèle le développement d’autres énergies (éoliennes ou solaires) plus intermittentes. L’amortissement total de ces infrastructures permet de produire l’électricité la moins chère.

Brader ce patrimoine public pour se soumettre aux 3 % de Bruxelles, c’est renoncer à la maîtrise publique de l’énergie et donc à la péréquation et la régulation tarifaire. Aucun autre État européen ne l’a concédé. Il faut se garder de commettre les mêmes erreurs qu’avec la privatisation des péages autoroutiers. En effet, comme pour les autoroutes, une privatisation des ressources hydroélectrique entraînera la création d’une rente privée particulièrement lucrative accompagnée d’une hausse continue des tarifs, qui se répercutera directement sur les ménages entérinant ainsi un peu plus la précarité énergétique.

Il rappelle également que la représentation nationale, par le biais d’un rapport d’information n° 1404 (XIVe législature) adopté le 7 octobre 2013 à l’unanimité par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale préconise une gestion publique de ces concessions.
Il souhaite savoir quelle réponse il va apporter à cette mise en demeure de la Commission européenne.

Transmise au Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une rupture historique contraire à l’intérêt général

Absence de portefeuille ministériel de l’Industrie - Par / 12 octobre 2017

Les questions écrites Un projet en contradiction avec les objectifs officiels concernant le logement étudiant

Suppression de logements étudiants de l’École normale supérieure - Par / 11 septembre 2017

Les questions écrites Situation du centre hospitalier William Morey de Chalon-sur-Saône

Un état des choses préjudiciable et dangereux pour les populations - Par / 27 juillet 2017

Les questions écrites C’est un enjeu d’intérêt général insuffisament pris en compte

Accessibilité des logements en milieu rural aux personnes handicapées - Par / 20 juillet 2017

Les questions écrites Des anomalies liées à ce logiciel concerneraient de nombreux collèges

Difficultés du logiciel d’orientation des élèves de troisième - Par / 13 juillet 2017

Les questions écrites Festival Saint-Maur en Poche : la gratuité en danger ?

Question écrite à la Ministre de la Culture - Par / 11 juillet 2017

Administration