Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Conséquences économiques et sociales pour la jeunesse de la crise de la Covid-19

Question écrite au ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports -

Par / 26 novembre 2020

Question publiée au Journal Officiel le 26 novembre 2020

M. Éric Bocquet attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur la situation économique et sociale des jeunes au regard de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.

Avec la crise sanitaire, les jeunes voient leur situation se dégrader et se retrouvent souvent dans des situations de précarité. Les indicateurs sont au rouge et les inégalités sociales s’amplifient chez les 18-24 ans.
Leurs conditions d’études sont mises à mal, les formations sont interrompues et les stages annulés, trouver une entreprise qui accepte un apprenti est un sacerdoce, les contrats ne sont pas renouvelés, les jobs étudiants sont beaucoup moins nombreux, etc. Cela s’ajoute aux nombreuses difficultés que rencontraient les jeunes pour se lancer dans la vie active.

Pour rappel, avant la crise sanitaire, le taux de chômage des jeunes actifs s’élevait à 25 % et 35 % d’entre eux occupaient un emploi précaire (contre 12 % au début des années 1980). Sans compter sur le fait que l’âge moyen d’accès au premier contrat à durée indéterminée (CDI) est de 29 ans.

Qu’ils soient diplômés ou non, ils ont les plus grandes difficultés à accéder au marché du travail à tel point que dans les enquêtes d’opinion beaucoup de jeunes expriment leur légitime désarroi, leurs inquiétudes et le manque de perspectives.

Selon une enquête IFOP, 87 % des jeunes interrogés se disent d’accord avec l’affirmation selon laquelle « ce sont les jeunes générations qui vont payer pendant des décennies la dette contractée au cours de la crise du coronavirus ». 56 % estime que la société ne leur accorde pas de place pour réussir leur vie professionnelle. C’est dire leur pessimisme.

Au regard des circonstances, ils sont de plus en plus nombreux à devoir faire appel à la solidarité familiale faute de ne pouvoir accéder aux minimas sociaux (le revenu de solidarité active ne peut être perçu par les moins de 25 ans). Et ce, alors même que les familles sont déjà elles-mêmes fortement impactées par la crise.
Même le Président de la République a exprimé dans son allocution télévisée du 14 octobre 2020 que « c’est dur d’avoir 20 ans en 2020 ». Pour autant, au-delà du constat, les actes ne sont malheureusement pas au rendez-vous.

Il lui demande par conséquent quelles mesures concrètes la Gouvernement va mettre en place pour éviter que notre jeunesse ne se désespère, mais aussi s’il compte ouvrir un revenu minimum aux jeunes de moins de 25 ans.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une fuite en avant irresponsable

Suspension des financements de l’aide publique au développement de la France en direction du Mali - Par / 16 novembre 2022

Les questions écrites Donner une nouvelle impulsion à l’action diplomatique

Actes frauduleux sur les biens immobiliers de Français en Inde - Par / 21 octobre 2022

Les questions écrites Quelle stratégie énergétique ?

Est-ce que la renationalisation d’EDF fera l’objet d’un débat parlementaire ? - Par / 29 août 2022

Les questions écrites Situation des « oubliés » du Ségur de la santé

Question écrite au ministre de la santé et de la prévention - Par / 27 juillet 2022

Les questions écrites Les SPIP oubliés du Ségur de la Santé

Filière socio-éducative - Par / 21 juillet 2022


Bio Express

Eric Bocquet

Sénateur du Nord
Membre de la commission des Finances
Elu le 25 octobre 2011
En savoir plus
Administration