Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

De simples contraventions pour les agressions sexuelles ?!

Risque de déqualification des agressions sexuelles en outrages sexistes -

Par / 22 mai 2019

Question n° 10618

Mme Laurence Cohen attire l’attention de Mme la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, sur le risque de déqualification des agressions sexuelles en simples contraventions, suite à la loi n° 2018-703 du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes qui instaure la possibilité d’une amende pour « outrage sexiste » pour « tout propos ou comportement à connotation sexuelle ou sexiste […] dégradant, humiliant, intimidant, hostile ou offensant ».

Au 30 avril 2019, cette amende avait été infligée 447 fois, un chiffre très bas si on le compare au rapport 2017 de l’institut national d’études démographiques dans lequel trois millions de Françaises disent subir du harcèlement de rue chaque année.

La secrétaire d’État a affirmé qu’il n’y avait « aucune déqualification » possible et une circulaire du ministère a expliqué que « la qualification d’outrage sexiste ne devra être retenue que dans l’hypothèse où les faits ne pourraient faire l’objet d’aucune autre qualification pénale plus sévère ». Néanmoins, de nombreuses associations dénoncent des faits relevant d’une agression sexuelle pourtant requalifiés en outrages sexistes. Ainsi, le 25 janvier 2019, le tribunal de Lyon a condamné un directeur d’entreprise pour outrage sexiste pour des faits relevant d’une agression sexuelle, à savoir frotter son sexe contre une employée en période d’essai en simulant un acte sexuel. Le 1er avril 2019, le tribunal de Beauvais a condamné pour outrages sexistes un homme pour des faits relevant d’une agression sexuelle, soit essayer d’embrasser une jeune fille et toucher l’entrejambe d’une autre.

Alors qu’un agresseur sexuel encoure jusqu’à 75 000 € d’amende et cinq ans d’emprisonnement, l’amende de celui qui commet un outrage excédera pas 1 500 €. De même, ces condamnations n’apparaîtront pas sur le casier judiciaire ni sur le fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS) et, en cas de nouvelle agression, les condamnés ne seront pas légalement considérés comme récidivistes, ce qui est notamment dénoncé par l’association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT).

Alors que cette loi va faire l’objet d’une évaluation cet été 2019 par son ancienne rapporteuse à l’Assemblée nationale, elle lui demande la plus grande vigilance. Elle lui demande ce qu’elle compte proposer pour que des faits d’agressions sexuelles ne puissent plus être déqualifiés en outrages sexistes.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Eviter la privatisation d’une instance publique internationale

Candidature problématique à la présidence d’Interpol - Par / 21 septembre 2021

Les questions écrites Agir en faveur d’un moratoire de la mise en concurrence

Conséquences néfastes résultant de la loi d’orientation des mobilités - Par / 16 septembre 2021

Les questions écrites La loi doit s’appliquer !

Salons de massage et prostitution - Par / 14 septembre 2021

Les questions écrites Il faut améliorer les CAF !

Dysfonctionnements, manque d’effectifs, les problèmes se multiplient. - Par / 9 septembre 2021

Les questions écrites Asile des ressortissants afghans

Risques augmentés d’expulsions et d’OQTF pour les Afghans - Par / 7 septembre 2021

Les questions écrites Purificateurs d’air

L’État va-t-il aider les communes à équiper les écoles ?! - Par / 7 septembre 2021

Les questions écrites Pénurie de logements étudiants

La Cour des comptes dénonce les « lacunes » dans l’offre de logements étudiants - Par / 7 septembre 2021

Les questions écrites Pass sanitaire et personnes trans

Intrusion dans l’intimité des personnes - Par / 1er septembre 2021

Les questions écrites Protéger notre apiculture et nos abeilles

Inquiétudes des apiculteurs quant à la fixation du seuil d’impact des produits phytosanitaires. - Par / 8 juillet 2021

Les questions écrites Pour prémunir de la crise sanitaire ces personnels médico-sociaux

Situation des professionnels médico-sociaux du secteur privé solidaire - Par / 8 juillet 2021

Les questions écrites Doctolib et nos données de santé

incompatibilité du RGPD avec le droit américain - Par / 24 juin 2021

Les questions écrites Précarité des aides à domicile

Un salaire moyen de 900 euros net par mois ! - Par / 21 juin 2021

Les questions écrites Il est vital que l’État débloque d’urgence des moyens suffisants

Insuffisance des moyens affectés à l’évolution professionnelle des personnels hospitaliers - Par / 18 juin 2021

Les questions écrites Situation des « oubliés » du Ségur de la santé

Question écrite au ministre des solidarités et de la santé - Par / 17 juin 2021

Les questions écrites Chèques psy

Un dispositif insuffisant et non adapté ! - Par / 15 juin 2021

Les questions écrites Augmentation du coût des matériaux pour les entreprises du bâtiment et des travaux publics

Question écrite au ministre de l’économie, des finances et de la relance - Par / 10 juin 2021

Les questions écrites Vente des données médicales des Français

Question écrite au secrétaire d’État chargé de la transition numérique et des communications électroniques - Par / 10 juin 2021


Bio Express

Laurence Cohen

Sénatrice du Val-de-Marne
Membre de la commission des Affaires sociales
Elue le 25 novembre 2011
En savoir plus
Administration