Groupe Communiste, Républicain, Citoyen, Écologiste - Kanaky

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Des professionnels qualifiés

Infirmiers anesthésistes diplômés d’État -

Par / 29 octobre 2021

Question écrite publiée au Journal Officiel le 4 novembre 2021

Mme Michelle Gréaume attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la demande des infirmiers anesthésistes diplômés d’État (IADE) d’obtenir la reconnaissance de leur statut d’infirmier de pratique avancée (IPA).

Les IADE sont des infirmiers spécialisés en anesthésie et réanimation, qui comptabilisent 5 ans d’études, avec une expérience minimum de 2 ans en milieu hospitalier.

Ces professionnels qualifiés, bras droits des médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR), rendent possible la tenue de nombreuses opérations malgré une pénurie de MAR dans notre système hospitalier, tant public que privé.

Si les MAR fixent la stratégie lors d’une intervention, les IADE sont, loin de l’image de simples exécutants, seuls à 80 % dans l’exercice de leurs fonctions et sont amenés à prendre des décisions. Or, l’émergence du statut d’infirmier en pratique avancée (IPA) mention « médecine d’urgence » vient remettre en question leurs prérogatives et leur reconnaissance.

En effet, outre leur rôle au bloc opératoire, les 10 000 IADE français assurent également la prise en charge dans les services d’aide médicale urgente (SAMU) et les services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) et ils craignent d’en être chassés par ce nouveau corps de métier.

Ni infirmiers, ni médecins, la profession se retrouve dans un entre-deux, qui les pousse à réclamer un statut ad hoc. Dans les faits, la reconnaissance des IADE dans le statut d’IPA pourrait ne constituer qu’une simple formalité, puisque leur formation -3000h et deux années de formation- correspond aux critères définis pour les IPA.

Ils ne bénéficient pas non plus d’une inscription dans le code de santé publique comme faisant partie des auxiliaires médicaux en pratique avancée, pas non plus d’adoption d’une « profession médicale intermédiaire ».

C’est la raison pour laquelle elle l’interroge sur ses intentions quant à l’évolution du statut de ces professionnels de santé aussi discrets qu’indispensables.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Nangis subit une dégradation de sa situation

Il faut un contrat spécifique pourvu de moyens à la hauteur pour cette ville - Par / 28 février 2024

Les questions écrites Un effet de bascule préjudiciable en matière de calcul SRU

Des modes de calcul à changer pour certaines petites communes - Par / 13 février 2024

Les questions écrites Il faut un recrutement massif d’enseignants titulaires formés

Insuffisance des moyens pour l’enseignement primaire en Seine-et-Marne - Par / 2 février 2024

Les questions écrites Une évolution des dispositions légales indispensable

Publication du décret relatif à l’implantation des officines de pharmacie - Par / 18 janvier 2024

Les questions écrites Un rééquilibrage absolument nécessaire

Implantation de décharges dans le département de la Seine-et-Marne - Par / 13 décembre 2023

Les questions écrites Le Gouvernement doit agir vite et fort

Avenir de la voie ferrée Flamboin-Gouai-Montereau - Par / 11 décembre 2023

Les questions écrites Pour un plan d’urgence global de santé partant des besoins

Graves insuffisances du prochain plan régional de santé Ile-de-France pour le département de la Seine-et-Marne - Par / 8 décembre 2023

Les questions écrites Il faut satisfaire les attentes locales légitimes

Électrification de la ligne ferroviaire reliant Meaux et La Ferté-Milon - Par / 1er décembre 2023

Les questions écrites Multiplication des expulsions locatives

Question écrite au Ministre chargé du Logement - Par / 30 novembre 2023

Les questions écrites Modalités d’application de l’article 222-14-2 du Code Pénal

Question écrite au Ministre de l’intérieur et des Outre-mer - Par / 27 novembre 2023

Les questions écrites Dépistage de la drépanocytose

Question écrite au ministre de la santé et de la prévention - Par / 23 novembre 2023

Administration