Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Élaboration du plan greffe 4

Comment redonner espoir aux 16 000 patient·es en attente ? -

Par / 17 décembre 2021

Madame la Sénatrice Laurence Cohen interroge du Ministre des Solidarités et de la Santé sur le déclin de la greffe d’organes et en particulier de la greffe rénale observé en France depuis 2017 alors que le quatrième plan greffe est en cours d’élaboration.

Cette situation contraste avec les tendances et les performances observées chez nos voisins.

En Espagne 48,9 donneurs décédés par million d’habitants ont été prélevés en 2019 contre 27,9 dans notre pays.

Alors que le plan greffe 2017-2021 avait fixé comme objectif 4 950 greffes rénales pour 2021, notre record plafonne à 3800 transplantations réalisées en 2017. Cet échec notable se dessinait bien avant la pandémie du COVID-19, qui l’a encore amplifié et a eu des effets dévastateurs sur l’activité.

Aujourd’hui, 55 % des patient·es sont dialysés, et 45 % bénéficient d’une transplantation. Il est urgent d’inverser ce ratio pour deux raisons :
• Sur le plan sanitaire, elle rappelle que la transplantation rénale est le meilleur traitement pour les patients dont les reins ne fonctionnent plus, tant pour l’amélioration de leur qualité de vie que pour une meilleure espérance de vie.

• Sur le plan financier : les dialyses sont très couteuses pour l’Assurance Maladie et représentent une aubaine financière pour les différents opérateurs (dont 1/3 de privé lucratif) ce qui pourrait expliquer les résistances actuelles à orienter les patient·es vers la greffe. Les travaux de l’association Renaloo ont démontré que ces économies s’élèveraient à environ 200 millions d’euros sur 5 ans pour les comptes publics si la France s’inspirait du modèle catalan.

Aussi, elle lui demande quels objectifs notamment en termes de prélèvement et quels moyens, en particulier, pour former plus d’infirmières et d’infirmiers de coordination sont prévus pour le 4e plan greffe et si celui-ci a pour ambition d’être un plan de rupture susceptible de redonner de l’espoir aux 16 000 patient·es en attente ? Elle lui demande également s’il peut lui préciser le calendrier de présentation de ce quatrième plan.

Enfin, elle rappelle qu’elle s’était opposée à la suppression du service de greffe hépatique de l’hôpital Henri Mondor dans le Val-de-Marne, en 2019, afin de limiter les délais d’attente pour les patient·es.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une fuite en avant irresponsable

Suspension des financements de l’aide publique au développement de la France en direction du Mali - Par / 16 novembre 2022

Les questions écrites Donner une nouvelle impulsion à l’action diplomatique

Actes frauduleux sur les biens immobiliers de Français en Inde - Par / 21 octobre 2022

Les questions écrites Quelle stratégie énergétique ?

Est-ce que la renationalisation d’EDF fera l’objet d’un débat parlementaire ? - Par / 29 août 2022

Les questions écrites Situation des « oubliés » du Ségur de la santé

Question écrite au ministre de la santé et de la prévention - Par / 27 juillet 2022

Les questions écrites Les SPIP oubliés du Ségur de la Santé

Filière socio-éducative - Par / 21 juillet 2022

Administration