Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Formation des vétérinaires

Risques liés au projet de création d’écoles privées -

Par / 23 mars 2021

Question n° 21751 adressée à M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation

Mme Laurence Cohen interroge M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur l’article 22 bis de la loi n° 2020-1674 de programmation de la recherche du 24 décembre 2020 prévoyant l’ouverture d’établissements d’enseignement supérieur privés préparant au diplôme d’État de docteur vétérinaire.Cet article a été adopté suite à l’introduction d’un amendement voté au Sénat. Depuis, les professionnel·les et les étudiant·es se mobilisent contre ce projet craignant, tout d’abord, que l’ouverture d’écoles privées crée une rupture d’égalité dans la valeur du diplôme avec des étudiant·es sélectionné·es par un concours de haut niveau et d’autres qui entreront en école en payant des frais de scolarité particulièrement élevés, entrainant donc une discrimination par l’argent. De plus, ce projet d’école privée, dont l’ouverture est prévue pour 2022 à Rouen, souffre d’un conflit d’intérêt manifeste, puisque soutenu par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) dont le président n’est autre que le président du conseil d’administration d’UniLaSalle, le pôle d’enseignement supérieur privé qui accueillerait cette école. L’argument de vouloir répondre à la désertification vétérinaire est fallacieux d’autant que les étudiant·es déplorent que les décisions se basent sur des projections à l’horizon 2030 sans attendre les effets des dispositifs mis en place dans les dernières années et les années à venir (augmentation des promotions à 160, création de la première année commune aux écoles vétérinaires (PACEV). Quatre écoles publiques existent pour l’heure sur le territoire, dont une à Maisons-Alfort dans le Val-de-Marne. Elles sont toutes reconnues pour l’excellence de leur formation. La crise sanitaire actuelle et le développement de zoonoses dans les années à venir, confirment l’importance de cette profession et la nécessité de renforcer son attractivité. L’ouverture à des acteurs et investisseurs privés et leur mainmise sur ce secteur constitue un risque pour la maitrise du contenu des formations et de la recherche, pour l’avenir de cette profession. Au regard de ces éléments, elle lui demande si le gouvernement entend d’une part ne pas publier le décret d’application afin que ce projet ne voie pas le jour, et d’autre part renforcer ce service public aux mains de l’État.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une fuite en avant irresponsable

Suspension des financements de l’aide publique au développement de la France en direction du Mali - Par / 16 novembre 2022

Les questions écrites Donner une nouvelle impulsion à l’action diplomatique

Actes frauduleux sur les biens immobiliers de Français en Inde - Par / 21 octobre 2022

Les questions écrites Quelle stratégie énergétique ?

Est-ce que la renationalisation d’EDF fera l’objet d’un débat parlementaire ? - Par / 29 août 2022

Les questions écrites Situation des « oubliés » du Ségur de la santé

Question écrite au ministre de la santé et de la prévention - Par / 27 juillet 2022

Les questions écrites Les SPIP oubliés du Ségur de la Santé

Filière socio-éducative - Par / 21 juillet 2022


Bio Express

Laurence Cohen

Sénatrice du Val-de-Marne
Membre de la commission des Affaires sociales
Elue le 25 novembre 2011
En savoir plus
Administration