Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

La France doit agir en cohérence avec ses condamnations récurrentes des colonies illégales

Implication d’entreprises françaises dans les colonies israéliennes -

Par / 28 mai 2015

Question écrite n° 16512 publiée dans le JO Sénat du 28/05/2015

M. Jean-Pierre Bosino attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur les activités économiques et commerciales que des entreprises françaises développent dans les colonies israéliennes.
Certaines sociétés multinationales françaises opèrent dans les colonies, en leur fournissant des services et en contribuant à la réalisation de leurs infrastructures. Alstom et Veolia, par exemple, sont impliquées depuis 2001 dans le projet de tramway qui relie Jérusalem aux colonies voisines en violation du droit international. Elles ont été suivies par Egis Rail, filiale de la caisse des dépôts et consignations, en 2005. Dans un rapport intitulé « Liaisons dangereuses d’Orange dans le territoire palestinien occupé », des organisations non gouvernementales (ONG) et syndicats français enquêtent au sujet de la relation d’affaires qu’entretient la société Orange, dont l’État est actionnaire minoritaire, avec Partner communications. Cette société israélienne, opérateur de téléphonie qui dessert les colonies, contribue largement à l’entreprise de colonisation, comme le dénonce la société civile française depuis plusieurs années. Orange participe ainsi indirectement au maintien et au renforcement des colonies israéliennes, illégales au regard du droit international.
La France doit agir en cohérence avec ses condamnations récurrentes des colonies illégales, se mettre en conformité avec ses obligations au regard du droit international, ne pas reconnaître la légalité des colonies et ne pas leur prêter aide ou assistance.
Par ailleurs suivant les principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme de l’organisation des Nations unies, l’État français a l’obligation de protéger contre les violations des droits humains par des tiers, y compris des entreprises. Selon ces principes, « comme le risque de violations caractérisées des droits de l’homme est plus élevé dans les zones touchées par des conflits, les États devraient faire en sorte de garantir que les entreprises opérant dans ces contextes ne prennent pas part à ces violations ».
En 2014 la France a publié sur le site du ministère des affaires étrangères un avis informant ses citoyens et ses entreprises des risques liés aux activités économiques et financières dans les colonies israéliennes et leur conseillant de « solliciter un avis juridique approprié avant de procéder à ces activités ». Mais l’État français doit aller plus loin. Il doit dissuader les entreprises françaises de se livrer à ces activités ainsi que l’ont fait d’autres pays européens tels l’Allemagne et les Pays-Bas, et introduire une référence explicite au droit humanitaire international. Il doit aussi faire appliquer cet avis comme il l’a fait récemment en conseillant à la société Safege de se retirer du projet de téléphérique à Jérusalem.
Il souhaiterait donc savoir quels moyens le Gouvernement compte mettre en œuvre pour faire évoluer cette situation et réduire, sinon mettre fin, à l’implication d’entreprises françaises dans les colonies israéliennes.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Sanofi privilégie ses profits....

Arrêt de la commercialisation du vaccin anti-rougeole - Par / 13 juillet 2018

Les questions écrites Le médecin urgentiste sera seul pour gérer à la fois la permanence du service des urgences et celle du SMUR

Organisation de lignes de garde communes entre structure des urgences et structure mobile d’urgence et de réanimation - Par / 28 juin 2018

Les questions écrites CLOUD act

Un recul sans précédent du point de vue des libertés et du droit international - Par / 18 juin 2018

Les questions écrites Les patients craignent un nouveau report

Protocole national de diagnostic et de soins pour la maladie de Lyme - Par / 15 juin 2018

Les questions écrites Une médiation nécessaire

Situation du centre hospitalier du Rouvray en Seine-Maritime - Par / 30 mai 2018


Bio Express

Jean-Pierre Bosino

Ancien sénateur de l'Oise
Membre de la commission des Affaires économiques
Elu le 10 mai 2014
En savoir plus
Administration