Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

La moitié des agriculteurs a eu un revenu infèrieur à 350 euros par mois

Mise en oeuvre de la PAC 2018 -

Par / 3 août 2017

Question n° 01000 adressée à M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation
À publier le : 10/08/2017

Monsieur Michel LE SCOUARNEC souhaite attirer l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur les conséquences pour les agriculteurs bretons de la mise en œuvre de la PAC 2018.

Alors que la moitié des agriculteurs français a eu un revenu 2016 inférieur à 350€ par mois, un transfert de charge des obligations de l’Etat concernant le budget de la PAC, serait envisagé. Cette décision serait contradictoire avec la déclaration du Gouvernement le 31 juillet dernier à Bruxelles, où le Ministre de l’Agriculture précisait « sa volonté que les crédits de la PAC servent l’ensemble de l’agriculture française, avec une attention particulière aux zones les plus défavorisées et aux secteurs fragiles comme l’élevage, et accompagnent encore mieux les différents modèles de production ».

Selon les premières estimations, la contribution de la région Bretagne augmenterait de 36.4 millions €. Ainsi, 96,4 millions € d’aides PAC seraient retirés à l’économie agricole régionale sur l’enveloppe initiale de 547 millions d’aides du 1er pilier de 2013, soit une baisse de 17,6%. Par exemple, pour une exploitation laitière moyenne en Bretagne, cela représentera une perte sèche de 2 500 € par an soit 1 000 € pour le transfert P1-P2 et 1 500€ pour le blocage du paiement redistributif alors que le revenu dégagé en 2016 par cette même type d’exploitation selon les données du CER du 4ème trimestre 2016 , est de 7 000 € seulement.

L’Etat avait déjà ponctionné 795 millions € sur différentes enveloppes agricoles Cette ardoise globale, d’environ 2 milliards €, ne pourra être supportée par l’agriculture française qui traverse une crise grave avec des prix de marché ne couvrant plus les coûts de production.

C’est pourquoi, en lui rappelant la prévalence de la région Bretagne dans l’économie agricole, il lui demande de préciser ses intentions sur les modalités de mise en œuvre de la PAC 2018 afin que celle-ci respecte les engagements de soutien aux filières en difficultés.

Réponse de M le Ministre à venir

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une structure spécifique est nécessaire

Héritage des jeux olympiques de 2024 - Par / 19 février 2018

Les questions écrites Prendre les mesures qui s’imposent

Groupuscule d’extrême-droite DNR - Par / 13 février 2018

Les questions écrites Des enquêtes nécessaires

Centres d’appel de l’entreprise Free - Par / 9 février 2018

Les questions écrites Défendre la démocratie et le développement économique

Maintien du principe de la « neutralité du net » - Par / 6 février 2018

Les questions écrites Un soutien de l’État nécessaire

Création à Paris de résidences dédiées aux femmes victimes de violences - Par / 19 janvier 2018

Les questions écrites Une inégalité inacceptable entre femmes et hommes

Rénovation de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis - Par / 19 janvier 2018

Les questions écrites Les alternatives techniques aux pesticides existent

Utilisation de pesticides et d’insecticides dans l’agroalimentaire - Par / 21 décembre 2017

Les questions écrites La parole de l’État doit être tenue

Situation de la Compagnie du Désordre - Par / 14 décembre 2017

Administration