Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

La nécessité d’un budget à la hauteur des activités et du développement des relations entre les deux pays

Situation de l’Alliance française à Cuba -

Par / 21 décembre 2017

Question écrite n° 02555

M. Pierre Laurent attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la situation de l’Alliance française à Cuba.

Cuba abrite une Alliance depuis 1883, reconnue officiellement en 1951. Les Alliances françaises de Cuba accueillent chaque année environ 14 000 étudiants qui paient des frais d’inscription très modiques tenant compte des revenus monétaires des habitants de l’île. Ce chiffre important d’étudiants s’explique notamment par le fait que le français n’est pas enseigné avant les études supérieures et par la volonté des professionnels du tourisme de parfaire leur capacité de bien accueillir leurs hôtes francophones, mais aussi par la priorité que le gouvernement cubain accorde à l’éducation depuis la révolution des années 1950. Cela fait de l’Alliance française de Cuba une des alliances les plus importantes du monde.

Par ailleurs, elle organise un programme d’apprentissage pour les enfants (2 500 élèves entre quatre et quinze ans chaque fin de semaine) autour de la chanson et du théâtre et met en place depuis 34 ans un « concours de chanson française » qui connaît un grand succès. Elle est aussi à l’initiative de deux événements culturels qui connaissent localement un grande réussite : le festival de cinéma français et le mois de la culture française, en relation avec l’ambassade de France à Cuba.

Le Palacio Gomez à La Havane a été mis à disposition gratuitement par le Gouvernement cubain pour devenir le siège principal de l’Alliance française dans la capitale, portant à trois le nombre d’antennes à La Havane et un siège à Santiago de Cuba. L’ancien chef de l’État français, qui est venu l’inaugurer personnellement en mai 2015, avait déclaré que ce bâtiment faisait que l’Alliance française à La Havane était la plus belle au monde.

Ce bâtiment à la hauteur des échanges entre la France et Cuba qui se développent et doivent continuer à se développer, occasionne des frais supplémentaires d’entretien évalués à 28 000 euros par an. Au vu de cet état de fait et des activités très importantes de l’Alliance française, la subvention de l’État français - de 60 000 euros pour les trois sièges de La Havane - n’a pas connu d’évolution et se révèle être très insuffisante pour le fonctionnement de cette institution.

Cette situation est paradoxale et préjudiciable au regard du plein essor que connaissent les relations entre les deux pays. Il lui demande ce qu’il compte faire en vue de remédier à cette situation.

Réponse de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères

Publiée le : 15/02/2018, page 674

Texte de la réponse :

L’Alliance française de La Havane est depuis 2015 répartie sur trois sites. Aux deux sites existants, est venu s’ajouter un nouveau lieu, le palacio Gomez, situé sur une des avenues emblématiques du centre de La Havane, le Prado, qui va du Capitolio à la mer. Ce magnifique espace a été mis à disposition gracieusement, pour 25 ans, par le gouvernement cubain.

Dès l’année 2015, il a été demandé à l’Alliance française de présenter un budget prévisionnel intégrant les coûts et les recettes pour les trois bâtiments.

Il apparaît aujourd’hui que, dans les budgets prévisionnels présentés depuis cette date, les coûts n’ont pas été évalués à leur niveau réel.

L’Alliance française a traversé une période difficile notamment entre 2014 et 2016 et a été conduite à licencier le comptable dont la gestion montrait de sérieux dysfonctionnements. Depuis cette date et l’arrivée du nouveau directeur en septembre 2016, des efforts sérieux ont été entrepris pour fiabiliser les comptes, contrôler les coûts et générer de nouvelles recettes.

Il semble néanmoins que toutes les pistes de recours à des financements extérieurs, compatibles avec la vocation du lieu et sa disponibilité (locations d’espaces, visites payantes, cafeteria), n’aient pas encore été pleinement explorées. Elles pourraient sans doute constituer un appoint significatif au budget de l’Alliance. L’ambassade de France a apporté et continue d’apporter à l’Alliance française de La Havane un appui significatif. Sur l’enveloppe du poste (programme 185), ce sont 106 000 euros qui ont été versés à l‘Alliance française en 2017 dans le cadre d’une convention d’objectifs et de moyens. Cette somme représente 31,6 % des crédits dont dispose le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade. De plus, pour sa participation au mois de la culture française à Cuba, dont elle est co-organisatrice avec l’ambassade, l’Alliance française a reçu en 2017 39 000 euros de soutiens complémentaires (SCAC, Institut Français et partenaires privés) qui ont permis d’assurer le financement de projets culturels, sans recours à son budget de fonctionnement.

Les projets de coopération, notamment dans le domaine de l’attractivité, de la recherche et de la mobilité étudiante, sur lesquels le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères met la priorité, sont de plus en plus nombreux entre Cuba et la France.

Par ailleurs, l’enseignement de la langue française, qui est une problématique essentielle pour l’Alliance française, connaît aujourd’hui une crise sérieuse due au manque de professeurs de français, plus attirés par les carrières lucratives du tourisme.

L’ambassade a proposé dans la programmation 2018 des projets pour tenter de ralentir la fuite des professeurs de français : ces projets concernent les professeurs des universités et naturellement ceux de l’Alliance française. Cette politique participe donc aussi du soutien du poste à l’Alliance française qui pourrait dans un futur proche ne plus trouver de professeurs de français si aucune action n’est mise en place.

Le poste fait le maximum pour soutenir l’Alliance française mais, sans augmentation des crédits du programme 185, il n’est pas possible de participer davantage à ses frais de fonctionnement. Cela mettrait en péril d’autres programmes (coopération universitaire, Partenariat Hubert Curien, par exemple) auxquels les partenaires cubains associés sont très attachés, et dont les contenus sont décidés en fonction des priorités du Gouvernement et dont ils suivent l’évolution avec attention.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Des indispensables lieux de vie et de lien social

Risques de fermeture de plusieurs Bourses du travail - Par / 26 avril 2018

Les questions écrites L’ARS fait du chantage

Situation à l’EPSM d’Allonnes (72) - Par / 24 avril 2018

Les questions écrites Une ouverture des archives nécessaire

Utilisation des armes chimiques au cours des guerres coloniales - Par / 23 avril 2018

Les questions écrites Une situation dangereuse pour les populations

Projet de manifestation de l’extrême-droite radicale à Scrignac - Par / 16 avril 2018

Les questions écrites La France doit prendre des initiatives de paix

Remédier aux insuffisances des mécanismes qui luttent contre les détournements d’armes - Par / 13 avril 2018

Les questions écrites Leurs missions sont multiples et doivent être prise en compte

Situation des directeurs des établissements d’enseignement agricole - Par / 4 avril 2018

Administration