Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Les dérives de la lutte contre la fraude sociale

Droits fondamentaux -

Par / 28 septembre 2017

Madame Laurence Cohen interroge la Ministre sur la politique de lutte contre la fraude sociale.

En effet, le défenseur des droits vient de rendre un rapport intitulé ‘’Lutte contre la fraude aux prestations sociales : à quel prix pour les droits des usagers’’ ?
Si les dispositifs d’octroi de certaines prestations ont été simplifiés, et se basent notamment sur du déclaratif de la part des usagers, les organismes prestataires ont été amenés, par différentes lois, à durcir leurs modalités de contrôle.

Selon la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF), la fraude aux prestations sociales représente 3 % du montant total de la fraude détectée en 2015, soit 672 millions d’euros. La fraude aux prestations sociales apparaît moins importante que ne l’est le non-recours aux droits.

De même, la caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) estime que la fraude concerne un très faible pourcentage d’allocataires, soit 0,36%.

La Cour des Comptes rappelle régulièrement que la fraude aux cotisations sociales des entreprises, s’élève, quant à elle, à environ 20 milliards d’euros par an.
Or, la dernière convention d’objectifs et de gestion (COG) de la MSA, conclue en septembre 2016, impose une augmentation croissante de la détection des fraudes aux prestations. En effet, l’organisme est tenu de renforcer l’efficacité de ses contrôles afin de détecter 10,5 millions d’euros d’indus frauduleux en 2016 et 500 000 euros supplémentaires chaque année jusqu’en 2020.
Outre la suspicion que cela génère à l’égard des usagers, il apparait que la définition même de fraude soit trop large et engendre des situations difficiles pour des personnes de bonne foi. Le droit à l’erreur et à l’oubli face à des formulaires parfois complexes devrait être reconnu.

Mme Cohen demande à la Ministre d’une part, si elle entend se conformer à l’une des recommandations du défenseur des droits, à savoir modifier les dispositions de l’article L. 114-17 du code de la sécurité sociale afin que l’intention frauduleuse devienne un élément constitutif de la fraude et d’autre part, comment elle entend rappeler aux organismes locaux la nécessité de rapporter la preuve de l’élément intentionnel constitutif d’une fraude avant de qualifier les faits.

Cela lui parait indispensable pour que cette politique ne porte pas atteinte aux droits fondamentaux des personnes concernées, qui, du jour au lendemain, peuvent voir leurs prestations retirées alors qu’elles sont déjà bien souvent, dans des situations sociales précaires.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Des conséquences désastreuses pour les Parisiens

Fermeture des agences de la caisse primaire d’assurance maladie à Paris - Par / 5 juillet 2019

Les questions écrites Ne pas remettre en cause les missions de ces établissements

Missions des établissements et services d’aide par le travail - Par / 4 juillet 2019

Les questions écrites La loi est peu ou pas appliquée !

Formation des professionnels sur les violences faites aux femmes - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Il faut garantir l’accueil, l’accompagnement et la mise à l’abri de ces femmes

Femmes Etrangères et demandeuses d’asile victimes de violences - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Ce décret franchit un pas extrêmement grave

Retrait du décret fichant les personnes en soins psychiatriques sans consentement - Par / 17 juin 2019

Les questions écrites De simples contraventions pour les agressions sexuelles ?!

Risque de déqualification des agressions sexuelles en outrages sexistes - Par / 22 mai 2019

Les questions écrites Cette autorisation est incompréhensible et problématique à plus d’un titre

Autorisation de forage d’exploration au large des côtes guyanaises - Par / 10 mai 2019

Administration