Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Les personnes en situation d’handicap se sentent dépassées

Assouplissement des démarches administratives pour l’embauche d’un travailleur -

Par / 24 mars 2016

Question N° 20898
Publiée le 31/03/2016

M. Michel Le Scouarnec appelle l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le caractère laborieux des démarches à effectuer dans le cadre d’une embauche d’un adulte handicapé. Il s’agit pour l’employé, d’une part, d’obtenir « une autorisation à travailler » auprès de la maison départementale de l’autonomie (MDA) et, d’autre part, de faire la demande « d’une prime à l’embauche » pour l’employeur, accordée par l’association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (AGEFIPH), grâce à un dossier comprenant entre autre cette première autorisation. Les délais d’instruction entre les deux dossiers, dont le montage doit être mené de manière quasi concomitante, sont particulièrement courts. La personne handicapée ayant une promesse d’embauche doit obtenir une autorisation à travailler sur ce poste auprès de la MDA. Cette autorisation doit être envoyée à l’AGEFIPH avec la première fiche de paye moins de trois mois après le début du contrat. Or, si la MDA prend du retard, le dépôt à l’AGEFIPH du dossier comprenant l’autorisation à travailler en prend automatiquement. À sa réception, employeur et employé doivent réagir vite. Mais le dépassement du délai pour la réception de l’ensemble des pièces, fixé par l’AGEFIPH, même de quelques jours, constitue un motif suffisant pour refuser la demande, en dépit du contenu du dossier. Cette pesanteur administrative pose problème a fortiori dans le contexte d’une démarche à effectuer par une personne par ailleurs fragilisée ou diminuée physiquement qui, en plus de réussir à se faire embaucher, doit se déplacer d’une institution à l’autre, alors même que les services de transport ne sont pas nécessairement adaptés. Sans remettre en cause l’embauche de la personne en mobilité réduite, les effets psychologiques de ce type de refus sont désastreux car ces personnes se sentent dépassées par les efforts supplémentaires qu’elles doivent consentir pour, simplement, accéder à l’emploi et travailler dans la dignité. Ces situations font naître, chez tous ceux qui s’impliquent pour l’insertion des personnes handicapées, des sentiments de colère et d’incompréhension bien légitimes. Aussi lui demande-t-il quels sont les assouplissements et les simplifications qu’elle envisage pour alléger les modalités d’instruction des dossiers pour l’attribution des primes à l’embauche de personnes handicapées. Plus largement, il aimerait connaître ses engagements en faveur de l’accès à l’emploi des salariés en situation d’handicap.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Le gouvernement doit d’urgence mener une enquête sanitaire

Risques sanitaires liés aux terrains de football à pelouse synthétique. - Par / 17 novembre 2017

Les questions écrites Personne ne remet en cause leur bien-fondé

Adaptation de la législation sur l’urbanisme au département des Côtes d’Armor - Par / 16 novembre 2017

Les questions écrites Cette stratégie n’a d’autre objectif que d’augmenter la rentabilité

Restructuration et délocalisation de l’activité relation-clientèle d’Engie - Par / 14 novembre 2017

Les questions écrites Une responsabilité patrimoniale à assumer

Dégradation de la salle du Palais Garnier à Paris - Par / 13 novembre 2017

Les questions écrites Pour la création d’un corps national unique de l’enseignement artistique

Situation des établissements publics de coopération culturelle d’enseignement artistique - Par / 7 novembre 2017

Les questions écrites Une rupture historique contraire à l’intérêt général

Absence de portefeuille ministériel de l’Industrie - Par / 12 octobre 2017

Administration