Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Nouveau règlement liberticide à l’université ?!

Attaque contre la liberté de se réunir -

Par / 26 février 2020

Mme Laurence Cohen attire l’attention de Mme la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur les graves menaces à la liberté de se réunir au sein de l’université de Paris, qui regroupe les deux anciennes universités Paris Descartes (Paris 5) et Paris-Diderot (Paris 7) qui ont fusionné le 1er janvier 2020.

En effet, un nouveau projet de règlement intérieur de la présidence prévoit, dans son article 2, daté du 4 février 2020, une série de nouvelles conditions préalables à une réunion publique, conditions drastiques qui rendront, en réalité, impossible la majorité des réunions : déclaration en préfecture en échange d’un récépissé puis, une fois ce récépissé reçu, demande d’un local à l’université, au moins deux mois à l’avance, via un « dossier manifestation » qui devra être approuvé par la présidence de l’université. Des extraits de ce règlement en cours de validation ont fuité dans la presse ces derniers jours.

Ces nouveaux critères liberticides menacent le droit de réunion et visent à entraver la tenue de réunions qui risqueraient de déplaire à la direction de l’université, sous prétexte qu’elles pourraient « porter atteinte au respect des personnes et à l’image de l’université », critère subjectif pouvant facilement devenir prétexte à des dérives autoritaires et à la censure de toute réunion contestataire.

De plus, le nouveau délai, qui sera difficilement inférieur à dix semaines, entre la déclaration préalable en préfecture et l’accord final de la direction de l’université, rend impossible toute réunion voulant réagir à l’actualité. Or, la majorité des réunions de ce type s’organisent quelques jours avant, dans l’urgence.

En outre, la demande à la présidence de l’université doit être signée par au moins une personne résidant dans la commune du lieu de la réunion. Or, la majorité des étudiants et des professeurs parisiens habitent en banlieue et non à Paris même, ce qui limite encore leur droit à se réunir.

Ce nouveau règlement, qui sera soumis au vote le 13 mars 2020 lors d’un conseil d’administration de l’université de Paris, arrive dans un contexte chargé de répression administrative et policière et semble particulièrement compromettre les principes fondamentaux de notre démocratie et du nécessaire dialogue social.

Ainsi, elle lui demande comment elle compte s’assurer, au sein des universités françaises, de la liberté fondamentale de réunion et du respect de la possibilité d’une contestation pacifique.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Une enquête internationale est nécessaire

Utilisation d’armes chimiques par l’armée turque - Par / 30 novembre 2022

Les questions écrites Une fuite en avant irresponsable

Suspension des financements de l’aide publique au développement de la France en direction du Mali - Par / 16 novembre 2022

Les questions écrites Donner une nouvelle impulsion à l’action diplomatique

Actes frauduleux sur les biens immobiliers de Français en Inde - Par / 21 octobre 2022

Les questions écrites Quelle stratégie énergétique ?

Est-ce que la renationalisation d’EDF fera l’objet d’un débat parlementaire ? - Par / 29 août 2022

Les questions écrites Situation des « oubliés » du Ségur de la santé

Question écrite au ministre de la santé et de la prévention - Par / 27 juillet 2022

Les questions écrites Les SPIP oubliés du Ségur de la Santé

Filière socio-éducative - Par / 21 juillet 2022


Bio Express

Laurence Cohen

Sénatrice du Val-de-Marne
Membre de la commission des Affaires sociales
Elue le 25 novembre 2011
En savoir plus
Administration