Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Numéros de service public à tarification majorée

Ces dispositifs pénalisent les plus modestes -

Par / 2 mai 2019

Mme Laurence Cohen attire l’attention de M. le secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique, sur le temps d’attente et le coût de certains numéros de service public.
Depuis le 1er octobre 2015, la tarification des appels à destination des numéros spéciaux est plus transparente et bénéficie d’une signalétique spécifique distinguant les numéros verts, gratuits ; les numéros gris à la tarification banalisée (prix d’une communication normale et service gratuit), comme par exemple le Pôle emploi ; et les numéros violets à la tarification majorée (prix d’une communication normale et service payant) comme c’est le cas de nombreux organismes de service public. Dans ces dernier, on retrouve par exemple, la caisse d’allocations familiales (CAF) de Paris, joignable au 0 810 25 75 10 pour 6 centimes d’euros par minute en plus du prix d’un appel normal ; également la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Paris, joignable au 3646 pour 6 centimes d’euro par minute en plus du prix d’un appel normal ; également l’union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (URSSAF) d’Île-de-France, joignable au 3957 pour 12 centimes d’euro la minute en plus du prix d’un appel normal ; ou encore le dispositif Allo Service Public, qui renseigne les usagers sur leurs droits pour 15 centimes d’euro la minute en plus du prix d’un appel normal.

De plus, les temps d’attente des usagers peuvent être extrêmement longs, allant de quelques minutes à parfois plus d’une heure. Sont payants le temps de navigation, pendant lequel un robot redirige l’usager, puis le temps d’attente et enfin le temps de la conversation avec un conseiller.

Ces dispositifs pénalisent les personnes les plus modestes, celles qui n’ont pas accès à internet ou celles qui n’ont pas la possibilité de se déplacer et sont obligées de passer par ces plateformes téléphoniques surchargées. Ainsi, elle lui demande ce que le Gouvernement envisage de faire pour réduire les coûts de ces services publics et les rendre plus accessibles à toutes et à tous.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Des conséquences désastreuses pour les Parisiens

Fermeture des agences de la caisse primaire d’assurance maladie à Paris - Par / 5 juillet 2019

Les questions écrites Ne pas remettre en cause les missions de ces établissements

Missions des établissements et services d’aide par le travail - Par / 4 juillet 2019

Les questions écrites La loi est peu ou pas appliquée !

Formation des professionnels sur les violences faites aux femmes - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Il faut garantir l’accueil, l’accompagnement et la mise à l’abri de ces femmes

Femmes Etrangères et demandeuses d’asile victimes de violences - Par / 27 juin 2019

Les questions écrites Ce décret franchit un pas extrêmement grave

Retrait du décret fichant les personnes en soins psychiatriques sans consentement - Par / 17 juin 2019

Les questions écrites De simples contraventions pour les agressions sexuelles ?!

Risque de déqualification des agressions sexuelles en outrages sexistes - Par / 22 mai 2019

Les questions écrites Cette autorisation est incompréhensible et problématique à plus d’un titre

Autorisation de forage d’exploration au large des côtes guyanaises - Par / 10 mai 2019

Administration