Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les rappels au règlement

Procédures définies par le règlement interne du Sénat, les rappels au règlement permettent aux sénateurs d’intervenir à l’ouverture de la séance publique sur un sujet particulier de leur choix, en lien avec l’actualité ou le débat en cours.

Lire la suite

GDF-Suez : à chaque jour suffit sa peine !

Par / 12 octobre 2006

Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, mon rappel au règlement se fonde sur l’article 36 du règlement du Sénat relatif à l’organisation de nos travaux.

Nous faisons la même lecture que M. Jean-Pierre Bel des informations qui nous ont été données par les médias ce matin.

Monsieur le ministre, monsieur le rapporteur, à chaque jour suffit sa peine ! Au fur et à mesure du temps qui passe, l’écran de fumée qui dissimulait les véritables enjeux de notre débat depuis le début de nos travaux se dissipe quelque peu, malgré vos tentatives pour le maintenir.

Quelles sont les fameuses nouvelles garanties que la commissaire européenne Neelie Kroes, indéfectible représentante des intérêts gaziers et pétroliers anglo-néerlandais, comme chacun le sait, exige de Suez pour autoriser la mise en oeuvre de la fusion avec Gaz de France ? Il s’agit probablement du pôle environnement de Suez, représentant 27 % du chiffre d’affaires du groupe.

Quel pur hasard ! Comment ne pas rappeler que Henri Proglio, P-DG de Veolia Environnement, c’est-à-dire le concurrent direct de Suez sur le marché du traitement des ordures ménagères et des services associés, est à l’origine de la fameuse proposition de fusion GDF-Suez... ?

Et la presse en rajoute encore en nous indiquant ce matin que M. François Pinault, qui vient de se débarrasser d’une partie de son empire - en l’occurrence la FNAC -, se trouve à la tête de liquidités suffisantes pour se mettre en position d’acquérir, lui aussi, le pôle environnement de Suez.

Qui cherche-t-on à tromper dans ce débat ? Nous ne sommes manifestement pas en situation de légiférer en connaissance de cause, alors qu’en coulisses une guerre de pouvoirs se joue entre grands patrons et bureaucrates européens comme toujours aux dépens de l’intérêt national et de celui des Françaises et des Français.

Décidément, monsieur le ministre, ce théâtre d’ombres est tout à fait détestable ! Il renforce sans la moindre équivoque la proposition, d’ailleurs tout à fait juridiquement valable et économiquement rationnelle, de fusion entre GDF et EDF, source évidente d’avantages mutuels tant pour ces deux entreprises publiques que pour les usagers et les entreprises consommatrices d’énergie de notre pays.

Jour après jour, outre son caractère juridiquement contestable la fusion GDF-Suez apparaît bel et bien comme un non-sens économique, une aberration et un abandon stratégique de première ampleur pour l’avenir même de l’économie nationale.

Je me joins donc à la demande du président du groupe socialiste, Jean-Pierre Bel, pour demander que la commission des affaires économiques se réunisse dès maintenant pour réexaminer, en fonction des informations données par la presse, ce projet de loi, qui va à l’encontre des intérêts de notre pays.

Les dernieres interventions

Administration