Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Les rappels au règlement

Procédures définies par le règlement interne du Sénat, les rappels au règlement permettent aux sénateurs d’intervenir à l’ouverture de la séance publique sur un sujet particulier de leur choix, en lien avec l’actualité ou le débat en cours.

Lire la suite

Le gouvernement doit préserver l’avenir d’Air Lib

Par / 12 novembre 2002

par Hélène Luc

Je veux à nouveau attirer votre attention, monsieur le Ministre des Transports, sur la situation de la compagnie Air Lib. Le moment est crucial, pour elle et pour ses 3 200 salariés. Le gouvernement entend-il créer les conditions d’un redressement, possible aujourd’hui grâce au développement des vols à bas prix et à l’ouverture d’une ligne avec l’Algérie ?

Swissair et son président le baron Seillière, avec de Wendel, ont laissé six milliards de francs de déficit, dont une dette non encore acquittée de 400 millions à Air Lib. Celle-ci ne peut donc satisfaire à toutes ses échéances et son P.D.-G., M. Corbet, s’est dit en mesure de présenter un ou deux financiers supplémentaires si les délais fixés étaient un peu retardés. Le moment est donc venu, pour le gouvernement, de prendre ses responsabilités pour sauver une compagnie aérienne française et 3 200 emplois.

Les salariés sont inquiets de la façon dont les médias ont rapporté les intentions du gouvernement. Un journal du dimanche n’a-t-il pas été jusqu’à titrer : « L’après Air Lib » ? Ces salariés qui ont déjà connu une même situation il y a quinze mois et qui ont tant investi dans leur travail, voyaient leur compagnie commencer à s’en sortir grâce au prêt de 30 millions d’euros consenti par M. Gayssot et le précédent gouvernement, prêt que, je le reconnais, vous avez prolongé.

Mais il faut laisser à cette compagnie le temps de trouver de nouveaux financiers. Monsieur le Ministre, vous devez prendre maintenant une décision politique, Easy Jet et Ryan Air compagnies britannique et irlandaise, sont prêtes à occuper le créneau que libérerait, à Orly, la disparition d’Air Lib. Vous ne pouvez pas, vous ne voudrez pas le permettre ! Tout le week-end, je suis restée en liaison avec votre ministère, avec votre chef de cabinet, avec le Premier ministre, et j’ai même alerté le Président de la République. J’ai contacté aussi le président Corbet et, bien sûr, le comité d’entreprise. À ces difficultés, s’ajoute le départ d’Accor de Guadeloupe qui aggrave encore la situation.

Monsieur le Ministre, vous avez déclaré ne pas vouloir créer de difficultés à Air Lib. Avec mes amis du groupe C.R.C., je ne demande qu’à vous croire. Ma passion à défendre cette compagnie n’a d’égale que ma volonté de ne pas ajouter 3200 chômeurs à ceux, trop nombreux, qui le sont déjà. Puisque nous avons la chance de vous avoir aujourd’hui au Sénat, j’attends monsieur le Ministre, que vous nous répondiez avec la sagesse qui sied à notre Assemblée.

M. DE ROBIEN, ministre de l’Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer. - Je serai bref, car les journées sont chargées. Nous ne voulons aucun mal à Air Lib et lui souhaitons au contraire toute la prospérité possible. Mais reconnaissez que notre effort public représente déjà le double de celui de notre prédécesseur, compte tenu du fait qu’Air Lib ne paie plus ni charges sociales, ni charges fiscales. C’est maintenant à ses dirigeants de présenter une stratégie et des investisseurs crédibles.

Les dernieres interventions

Les rappels au règlement Les fermetures de lits d’hôpitaux se poursuivent

Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2022 - Par / 29 septembre 2021

Administration