Groupe Communiste, Républicain, Citoyen, Écologiste - Kanaky

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC.

Lire la suite

À Lyon, des baronnies qui bafouent la démocratie locale

Réforme territoriale -

Par / 3 mars 2014

Tribune parue dans le numéro 88 d’Initiatives.

Le département du Rhône a toujours été le fer de lance de nouvelles expérimentations. Aussi m’apparaît-il nécessaire de rappeler quelques faits montrant combien le débat et la démocratie sont absents et bafoués au quotidien dans ce département. Dès 2005, Michel Mercier, président du Conseil général du Rhône, instaurait le contrôle sur le train de vie des bénéficiaires du RMI.

En 2006, il acceptait une expérimentation en prévision de la loi du 5 mars 2007 sur la protection de l’enfance qui consistait à confier la mise en œuvre de certaines mesures judiciaires d’assistance éducative aux Conseils généraux et non plus à l’État avec toutes les disparités entre territoires que créeraient celle-ci. En 2008, il se proposait « département pilote » pour la mise en œuvre du RSA. En décembre 2010, il créait, à la surprise des élus qui l’apprenaient par voie de presse, un pôle métropolitain englobant les intercommunalités existantes sans les remplacer, nouveau mille-feuille, dont le budget s’élève – pour l’instant – à 950 000 euros.

Ce pôle métropolitain regroupe le Grand Lyon, Saint-Étienne Métropole, la communauté d’agglomération Porte de l’Isère, et la communauté d’agglomération du Pays isérois avec en filigrane la volonté de concurrencer les grandes métropoles européennes comme celles de Barcelone, Milan ou Francfort. En mai 2012, Michel Mercier encore Président du Conseil général du Rhône, constituait une nouvelle commune, à sa main,
« Thizy-les-Bourgs » fusion des communes de Thizy, Bourg-de-Thizy, Marnand, Mardore, et La Chapelle-de-Mardore, puis démissionnait de la Présidence du département afin de se consacrer à son nouveau fief du Haut Beaujolais. Enfin, toujours par voie de presse, une très grande majorité d’élus, découvrait le partage du département en deux, la naissance de la métropole européenne de Lyon et d’un nouveau département, avec deux seigneurs : Messieurs Gérard Collomb et Michel Meccier.

Nous constations que, sans attendre la discussion du projet de loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles, ces deux messieurs se partageaient le département sans concertation… Ils expérimentaient… Encore ! Au moment des faits, je m’étais déjà insurgé, avec d’autres élus, contre ce hold-up des territoires, contre cette façon de procéder qui actait la « suppression » des communes et le retour au féodalisme sur des projets touchant directement les populations. Au 1er janvier 2015, le « nouveau Rhône » comptera 13 cantons avec 230 communes et un peu plus de 429 000 habitants. Quant à la Métropole de Lyon, elle sera constituée de 58 communes et pas moins de 1 315 200 habitants. Les quelques 4 000 employés départementaux rejoindront les 6 500 salariés du Grand Lyon.

Chacun n’ayant pour l’instant aucune indication sur les conditions du transfert, les premières réunions d’information se tiendront certainement en juin prochain, orchestrées par la Modernisation de l’Action Publique, ex-RGPP. Pourtant, si les salariés restent inquiets, la population a, elle aussi, des raisons d’être préoccupée ! En effet, certaines subventions du département sont suspendues sur des projets importants pour ses habitants. Par exemple, pour ne citer qu’elle, sur la commune de Vénissieux où je réside, c’est le Centre Nautique Intercommunal qui est concerné à hauteur de deux millions d’euros de subvention initialement prévus. Devons-nous penser que cette suspension est la cause de notre « résistance » face à l’intégration forcée ? Devrons-nous être « gentils » jusqu’à tout accepter à l’avenir ?

Voilà la réalité sur le département du Rhône. J’en conclus que cette réorganisation territoriale a bien été configurée pour permettre aux décideurs de dégager de nouveaux marchés plus grands qu’à l’échelle communale, un partage des marchés publics comme on le voit dans le cadre des partenariats publics-privés aux coûts finalement exorbitants pour l’État et pour les collectivités comme l’avait fait remarqué l’inspection générale des finances (IGF) dans son rapport administratif.

Alors que communes et départements devront faire face à une réduction des concours financiers de l’État à hauteur de 4,5 milliards d’euros sur 3 ans, soit 1,5 milliard d’euros dès cette année, en pleine crise économique et sociale, alors bon nombre de nos concitoyens souhaitent des réponses à leurs besoins fondamentaux. Ajoutons à cela la double peine pour eux, celle de l’éloignement des lieux de pouvoir et des prises de décisions ainsi que la remise en cause du service public rendu. Je suis pour ma part convaincu que cette réorganisation territoriale ouvrira la voie, avec le Grand-Paris, l’agglomération marseillaise et de futures métropoles, à un recul sans précédent de la démocratie locale !

Les dernieres tribunes

Tribunes libres La lutte en finale

Récit d’un match entre enthousiasme et tensions - Par / 27 mai 2024

Tribunes libres Monsieur le Directeur Général

En effet, "Les salariés ne doivent pas regarder passer le train des profits" - Par / 24 mai 2024

Tribunes libres À quoi servent les agences de notation ?

Puisque leurs décisions n’ont pas de conséquences - Par / 3 mai 2024

Tribunes libres L’enfer des riches

4,25% de Français millionnaires en quête du paradis... fiscal - Par / 26 avril 2024

Tribunes libres Maires de Flandres

A la rencontre des élus dans leurs villages - Par / 19 avril 2024

Tribunes libres Ça ne pouvait pas plus mal tomber

Le magazine « Forbes » vient de publier le classement des milliardaires : notre pays en compte 55 - Par / 7 avril 2024

Tribunes libres Panique à bord

Ça va mal du côté des finances publiques - Par / 29 mars 2024

Tribunes libres « Français de préférence… »

L’émouvante entrée des Manouchian au Panthéon - Par / 1er mars 2024

Tribunes libres Vive la Politique... P majuscule

On atteint un niveau de défiance jamais atteint envers les élues et élus - Par / 23 février 2024

Tribunes libres La comète Amélie…

Ou celle qui aura réussi à faire l’unité… contre elle - Par / 16 février 2024

Tribunes libres Le dur métier d’assureur…

Les assureurs doivent se concentrer sur leur cœur de métier, couvrir le risque - Par / 9 février 2024

Tribunes libres Quand le bâtiment va…

Il y a plein de raisons de s’inquiéter de l’actuelle crise du logement - Par / 2 février 2024

Tribunes libres La Terre est-elle bien ronde ?

Oui, la Terre est ronde, mais ce monde quant à lui ne tourne pas très rond - Par / 24 janvier 2024

Tribunes libres Au moins, c’est clair…

Le « en même temps » macronien devient une caste ni à gauche ni à gauche - Par / 19 janvier 2024

Tribunes libres Du barrage au tremplin

On ne peut pas faire du « en même temps » avec l’humanisme. - Par / 22 décembre 2023

Tribunes libres Jersey a la banane

Le commerce intragroupe fait de Jersey le premier exportateur de bananes d’Europe - Par / 8 décembre 2023

Tribunes libres Une nouvelle République

Voudraient-ils passer de « Liberté, égalité, fraternité » à « Stabilité, compétitivité, attractivité » ? - Par / 1er décembre 2023

Tribunes libres Pauvreté : nom féminin

Oui, la pauvreté se féminise. C’est décidément la double peine. - Par / 24 novembre 2023

Tribunes libres Le monde de Google

Fraudez, fraudez, il en restera quelque chose - Par / 17 novembre 2023

Administration