Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC.

Lire la suite

Un moratoire est nécessaire

Risques technologiques -

Par / 10 novembre 2013

Tribune parue dans le n°86 d’Initiatives.

La directive Seveso, du nom de la catastrophe qui eut lieu en Italie, est une directive européenne qui oblige les États à identifier les sites industriels présentant des risques d’accident majeurs. L’objectif premier devrait consister à réduire le danger de l’activité à la source. Il y a plus de 1200 sites Seveso en France. C’est un sujet que je connais particulièrement bien, puisqu’à Saint-Pierre-des-Corps, la ville dont je suis maire, trois sites Seveso sont soumis à des Plans de Prévention de Risques Technologiques (Primagaz, et deux dépôts de stockage, remplissage, et distribution d’hydrocarbures.) Deux questions essentielles se posent, les études de danger, de la seule compétence des industriels et de l’Etat, et le financement des travaux sur les habitations, à la charge des habitants et des communes.

L’État et l’industriel s’accordent pour la mise en œuvre de l’étude de danger. L’expert est choisi par l’entreprise qui doit chercher à empêcher l’accident éventuel en modifiant les process de production, son organisation, en mettant en place des mesures de sécurisation de l’outil industriel. Cette recherche de la réduction de danger à la source trouvera sa limite dans ce que le texte appelle « l’économiquement acceptable ». De ces préconisations plus ou moins importantes dépendront celles sur les habitations du voisinage. Plus les risques à la source seront atténués plus les travaux des particuliers seront faibles et vice versa. Pourquoi ne donnons-nous pas les moyens aux habitants et aux élus de désigner de leur côté un expert indépendant qui pourrait aider à mieux comprendre les propositions et surtout à faire des contre-propositions utiles à tous ? Les habitants pris isolément pas plus que les élus n’ont la connaissance suffisante pour apprécier les éléments très techniques des préconisations proposées.

Comment imaginer que les habitants, les premiers concernés par ces choix, soient absents de ce processus, alors que des décisions importantes en termes de travaux sur le site industriel auront des conséquences financières pour les habitants eux-mêmes ? L’expropriation ou le délaissement pouvant être la conséquence extrême d’une décision de dépense à minima. Rien dans les textes législatifs ou réglementaires n’impose de règles contraignantes pour limiter le risque à la source. Les PPRT imposent de façon unilatérale des travaux de sécurisation, d’isolation sur les habitations. Ils touchent bien souvent des ménages modestes, des retraités.

Les expropriations provoquent des bouleversements dans les vies familiales. Les familles n’ont qu’à exécuter des obligations fixées par l’industriel après le scénario fixé par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement. Certes, le financement peut éventuellement peser sur les comptes de l’entreprise si les travaux sont importants. Pour prévenir des catastrophes naturelles, des cotisations supplémentaires sont prévues pour prendre en charge les frais occasionnés par les conséquences des dites catastrophes. Pourquoi ne pas imaginer un système similaire pour le financement des préventions des catastrophes technologiques ou créer un fonds de solidarité auquel participeraient les entreprises ?

De tels travaux sur les habitations ou des expropriations ne peuvent être supportés financièrement par les communes. Cela semble totalement incohérent et ce d’autant plus pour les permis de construire accordés avant 1983 qui relevaient de la seule décision de l’État. Les habitants qui, de leurs côtés, ont construit alors qu’ils en avaient l’autorisation, ne doivent pas plus, être pénalisés. Quant à la proposition d’un plafond de 20 000 euros préconisé par la loi, cela semble en règle général très en dessous des besoins et laisse donc à la charge des familles des sommes trop importantes à régler ou des travaux insuffisants pour assurer la sécurité. Il est indispensable aujourd’hui de remettre à plat la loi afin d’optimiser la sécurité de tous et de redéfinir les responsabilités et de clarifier durablement la question du financement.

Nous demandons donc avec notre groupe un moratoire pour la mise en œuvre des PPRT issus de la loi N° 2003-699 du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et à la réparation des dommages et des lois subséquentes, jusqu’au 1er septembre 2014 afin de procéder à une nouvelle concertation avec les acteurs concernés.

Les dernieres tribunes

Tribunes libres « Le nid et l’oiseau »

Une belle image, un instant de poésie dans ce marathon automnal qu’est le PLF - Par / 25 novembre 2022

Tribunes libres Le mot tabou

Ne prononcez jamais le mot "austérité" ! - Par / 14 novembre 2022

Tribunes libres Décideur… non payeur

Jupiter fait les annonces, aux autres la charge de trouver le premier euro - Par / 11 novembre 2022

Tribunes libres « Patience et longueur de temps… »

La défense des lanceurs d’alerte impose de ne rien lâcher, jamais ! - Par / 10 novembre 2022

Tribunes libres L’autoritarisme macronien

L’usage répété du 49-3 ces derniers temps - Par / 4 novembre 2022

Tribunes libres L’urgence alimentaire

Eric Bocquet publie un rapport sur les crédits consacrés à l’aide alimentaire - Par / 25 octobre 2022

Tribunes libres La colère des maires

Les difficultés budgétaires pèsent sur le moral des maires - Par / 21 octobre 2022

Tribunes libres Ils se font du blé

Les acteurs du marché des céréales s’engraissent pendant que les prix s’envolent - Par / 14 octobre 2022

Tribunes libres Monaco, terre d’abondance

Sur le Rocher, on ne s’encombre pas de sobriété - Par / 7 octobre 2022

Tribunes libres La lampe à huile…

Vivement les réunions du Conseil municipal à la chandelle, ou à la lampe à huile... - Par / 30 septembre 2022

Tribunes libres « Ne plus détourner les yeux »

𝐋𝐞𝐬 𝐟𝐨𝐥𝐢𝐞𝐬 𝐠𝐮𝐞𝐫𝐫𝐢𝐞̀𝐫𝐞𝐬 𝐝’𝐄𝐫𝐝𝐨𝐠𝐚𝐧 𝐦𝐞𝐧𝐚𝐜𝐞𝐧𝐭 𝐥𝐚 𝐬𝐭𝐚𝐛𝐢𝐥𝐢𝐭𝐞́ 𝐚𝐮 𝐏𝐫𝐨𝐜𝐡𝐞-𝐎𝐫𝐢𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐭 𝐥𝐚 𝐬𝐞́𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭𝐞́ 𝐞𝐧 𝐄𝐮𝐫𝐨𝐩𝐞. - Par / 28 septembre 2022

Tribunes libres Journées parlementaires en Bourbonnais…

Une rentrée politique riche, dans un contexte nouveau - Par / 23 septembre 2022

Tribunes libres Il est où le bonheur...

La Fête de l’Huma en avait un peu l’allure - Par / 16 septembre 2022

Tribunes libres Homo numéricus

Internet peut être un formidable outil d’émancipation humaine mais aussi une arme d’asservissement redoutable - Par / 26 août 2022

Tribunes libres Le bel été

Avec Macron, les capitalistes peuvent dormir sur leurs deux oreilles. - Par / 19 août 2022

Tribunes libres Sus à l’impôt

Vive l’impôt ! Un impôt juste, progressif et surtout auquel personne n’échappe ! - Par / 29 juillet 2022

Tribunes libres Do you speak techno ?*

Le techno, un langage pratiqué par les "technocrates" - Par / 22 juillet 2022

Tribunes libres Marronnier estival

Le numéro spécial annuel de Challenges est sorti - Par / 15 juillet 2022

Tribunes libres Réhabilitation du Parlement ?

Une nouvelle séquence politique pour remettre le Parlement au centre du jeu démocratique - Par / 8 juillet 2022

Tribunes libres Le gras et les miettes

Bamboche et bombance à la table du CAC 40 - Par / 1er juillet 2022

Tribunes libres Chronique d’un second tour…

Reconstruisons un espoir progressiste et humaniste - Par / 24 juin 2022

Tribunes libres Le petit grain de sable…

Décidément aucune histoire n’est écrite à l’avance - Par / 17 juin 2022

Tribunes libres General Electric aime le fric

Turbines et tuyaux pour échapper à l’impôt - Par / 10 juin 2022

Administration