Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC.

Lire la suite

Une vraie politique de rupture est indispensable pour La Réunion

Outre-mer -

Par / 1er février 2013

Tribune libre parue dans le numéro de février du journal Initiatives.

Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins : le pire comme le meilleur peut arriver. La décision appartient au gouvernement : soit il engage La Réunion sur la voie du changement pour une nouvelle politique conciliant développement économique et justice sociale ; soit il poursuit la politique menée depuis plusieurs décennies qui se traduit par l’exclusion d’une grande partie des Réunionnaises et des Réunionnais du développement. Ce choix stratégique et politique aura de très lourdes conséquences sur le plan national et réunionnais, et cela pour de nombreuses années.

En effet, la situation sociale des 850.000 habitants est catastrophique : 160.220 demandeurs d’emploi ; 58.869 chômeurs indemnisés ; 56,2% des 15/24 ans sans emploi ; 25.000 familles en attente d’un logement social ; plus de 140.000 personnes perçoivent au moins un des minima sociaux ; 90.000 personnes au RSA ; un jeune Réunionnais sur deux sort du système scolaire sans diplôme etc. Et le coût de la vie y est largement supérieur à celui de Paris ! Le gouvernement a, certes, proposé une loi contre la vie chère outre-mer, dite de régulation économique.

Mais, malgré ses mérites, elle n’aura que peu d’impact directement sur le pouvoir d’achat des populations les plus vulnérables. Car la question du coût de la vie outre-mer est la résultante du fonctionnement de nos économies et de nos sociétés ultramarines. C’est une donnée structurelle et découle de l’intégration mécanique des économies d’outre mer à la France et à l’Europe. Les deux tiers de nos importations proviennent de la France continentale ou de l’Europe, éloignés de 10.000 kilomètres ! Aux coûts de production, s’ajoute celui du transport par bateau ou par avion, impactant les prix. Si l’on y greffe les mécanismes de fiscalité, les produits ont alors un coût très supérieur à ceux pratiqués sur le territoire de la France.

Nous pourrions nous approvisionner dans notre environnement géographique. Or La Réunion est intégrée à la France et à l’Europe ; nous voyons à ce titre s’appliquer toute la réglementation européenne. Ce qui pose le problème de la diversification de nos sources d’importations. Et la diversification de nos approvisionnements doit bien sûr être menée en respectant le fragile équilibre de notre production locale. C’est d’ailleurs tout l’enjeu des Accords de Partenariat Economique (APE) entre l’Union européenne et les pays de l’Afrique Orientale et des îles voisines de La Réunion. Mais quel va être le sort de La Réunion, dans la négociation définitive de ces accords ?

La deuxième raison de la cherté de la vie est la question des rémunérations. Et c’est aussi une conséquence de la loi de mars 1946. Les gouvernements successifs, au cours de ces 66 dernières années, ont reconnu, pour leurs fonctionnaires, un coût de la vie plus élevé, et ont procédé à une majoration de leur traitement de 53%. Par mimétisme, à travers des conventions collectives validées par ces gouvernements, de nombreux services ont appliqué des majorations de traitement : de 30% dans les assurances, les banques, de 42,5% dans les organismes de sécurité sociale, de 73% dans le service public de l’audiovisuel etc.

Mais 80% des employés communaux ne sont ni intégrés ni titularisés, et sont rémunérés au SMIC. Ces énormes disparités dans les rémunérations sont la négation même de l’unité de la fonction publique ! Dans le même temps, 52% de la population réunionnaise vit sous le seuil de pauvreté. Les prestations sociales, elles, ne bénéficient pas de cette indemnité de vie chère. Nous sommes donc dans une société à deux vitesses, une société d’apartheid social institutionnalisé ! La question de la transition démographique est une donnée fondamentale : la population réunionnaise était estimée à 839.500 habitants au 1er janvier 2011. En 11 ans, La Réunion aura accueilli 110.000 habitants supplémentaires ! Et accueillera 50.000 habitants de plus, d’ici 2017. A l’horizon 2025/2027, nous approcherons du million d’habitants ! Cette progression démographique pèse sur toutes les politiques publiques.

Mais elle n’est pas prise en compte, pas plus aujourd’hui qu’hier. La Réunion doit également faire face à d’autres défis : les conséquences des changements climatiques (aggravation de l’intensité des cyclones, inondations, montée du niveau des océans etc.) ; la mondialisation des échanges, dont l’impact est nettement plus important sur une petite économie insulaire, la progression démographique... Il est bien évident que ces défis s’appliquent simultanément depuis 1946 et cela exige bien une approche globale. Mais force est de constater que cette approche n’est pas suffisamment prise en compte par les pouvoirs publics. La Réunion doit donc, dans le même temps, répondre à l’urgence sociale et préparer La Réunion du million d’habitants ! Le problème de la cohésion sociale est aujourd’hui posé avec une acuité exceptionnelle. Les contradictions que vit La Réunion depuis près de deux tiers de siècle arrivent aujourd’hui à terme. Et pour sortir La Réunion de cette situation économique qui s’aggrave au fil des mois, une politique de rupture avec les politiques menées jusque là est indispensable.

Or, lors de la restitution des ateliers de la Conférence économique et sociale outre-mer, le gouvernement a reconduit les mêmes dispositifs, tout en mettant sans cesse en avant les possibilités d’adaptation de ceux-ci ! On est donc devant cette question : Va-t-on réellement amorcer ce changement ? Ou dans les 4 ans qui viennent, simplement « aménager » la situation post coloniale existante ? Tous ces facteurs, fonction publique, coût de la vie, statut, insertion de La Réunion dans son environnement géoéconomique etc. doivent être abordés avec lucidité et chacun, acteur économique, social, politique, doit y réfléchir en son âme et conscience, sans tabou. Pour notre part, nous sommes prêts pour le débat et la concertation.

Les dernieres tribunes

Tribunes libres Liquidons l’argent liquide ?

Vers une société zéro cash - Par / 18 septembre 2020

Tribunes libres Et pendant ce temps-là…

Un surprenant jeu de chaises musicales dans le milieu bancaire - Par / 11 septembre 2020

Tribunes libres Les cocos à la mer…

Une feuille de route politique bien en phase avec les aspirations citoyennes - Par / 2 septembre 2020

Tribunes libres Vive l’école, vive la rentrée

Apprenez, apprenez, plus vous saurez de choses, plus vous serez libre   ! - Par / 28 août 2020

Tribunes libres Quand le malheur des uns…

Il y a quelques gros gagnants à l’issue de la crise sanitaire... - Par / 21 août 2020

Tribunes libres Un petit tour au paradis…

Une convention fiscale avec le Luxembourg - Par / 31 juillet 2020

Tribunes libres Premiers de cordée 2020

Les milliardaires ne sont pas généreux - Par / 24 juillet 2020

Tribunes libres Un outil contre-productif

Service National Universel - Par / 17 juillet 2020

Tribunes libres La République est corsetée…

Nouveau gouvernement : le spectacle politicien est affligeant - Par / 10 juillet 2020

Tribunes libres CAC 40, des profits sans lendemain ?

4% de taxe pour sauver la planète, c’est pas cher payé ! - Par / 3 juillet 2020

Tribunes libres Où on en apprend de bien belles !

La commission d’enquête sur les concessions autoroutières - Par / 26 juin 2020

Tribunes libres Ni vu ni connu…

Les ports-francs, coffres aux trésors des très riches - Par / 19 juin 2020

Tribunes libres On est toujours le riche de quelqu’un

Rapport sur les riches en France, de l’Observatoire des inégalités - Par / 12 juin 2020

Tribunes libres Ils vivent cachés

Bénéfices records pour les mastodontes du luxe - Par / 5 juin 2020

Tribunes libres « Une politique pour le peuple »

L’Ascension personnelle de Gérald Darmanin - Par / 29 mai 2020

Tribunes libres Indépendance… mon œil !

La finance n’est pas régulée - Par / 22 mai 2020

Tribunes libres L’autre guerre

Idéologie et journalisme - Par / 14 mai 2020

Tribunes libres Bon anniversaire Manu ?

Les grains de sables dans les rouages de celui qui se croyait tout permis - Par / 7 mai 2020

Tribunes libres Tango au paradis fiscal

Finalement, le gouvernement retoque l’amendement d’interdiction des aides publiques aux entreprises liées à des paradis fiscaux ! - Par / 30 avril 2020

Administration