Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC.

Lire la suite

Fermeture de maternités : maintenant, ça suffit !

Tour de France des hôpitaux -

Par / 18 mars 2019

Selon une récente étude de la DREES (Direction de la Recherche, des études et évaluations statistiques), 167 000 Françaises vivent dans un désert obstétrique, c’est à dire, résidant dans une commune sous-dense en sages-femmes et à 45 minutes ou plus d’une maternité. Cette situation risque fort de s’aggraver vu le nombre de maternités de proximité qui ferment : maternités de Creil (60), de Bernay (27), du Blanc (36) pour ne citer que trois exemples récents d’établissements dont la fermeture est prévue ou effective. Malheureusement, la liste est bien plus longue, puisqu’en 20 ans, ce sont 40 % des maternités qui ont fermé en France, passant de 816 en 1995 à 517 en 2016, alors que le taux de fécondité se maintient à un haut niveau européen avec près de 820 000 naissances par an. C’est l’activité hospitalière qui a été la plus restructurée au cours des quinze dernières années. Et parallèlement, selon le rapport Euro-Peristat, le taux de mortalité néonatale en France est « préoccupant ». L’INSERM pointe ainsi que notre pays occupe la 23e place sur 28, alors qu’elle était 17e en 2010 ! Le rapport souligne, en outre, que l’Hexagone stagne : le taux est stable depuis 2005, alors qu’il tend à baisser dans les autres pays européens.

Comment ne pas faire un lien entre ces mauvais résultats et la politique menée depuis 30 ans ? Pourtant madame la ministre Agnès Buzyn est dans le déni, elle persiste et signe en prescrivant les mêmes remèdes qui aggravent le mal. L’un de ses arguments est celui de la sécurité des patientes. Il n’est pas à balayer d’un revers de main. Nous y sommes très sensibles. Mais poursuivre dans la voie des fermetures ne fait que déplacer le problème. En se contentant de gérer la pénurie réelle de médecins, la ministre accentue les inégalités de territoires et donc ne donne pas les mêmes chances aux femmes enceintes. Pourquoi n’y a-t-il plus de médecins ? Madame Buzyn ne se pose pas la question de la responsabilité de sa politique menée depuis 20 mois, comme celles de ses prédécesseurs, qui entraine un manque d’attractivité de l’hôpital public, une dégradation continue des conditions de travail, laissant de nombreux professionnels fuir vers le privé. Cette pénurie notamment de gynéco-obstétriciens, d’anesthésistes, de pédiatres n’a absolument pas été anticipée. Non seulement, il faut supprimer le numerus clausus, mais il faut en même temps créer les conditions pour que les facultés puissent former plus et mieux les médecins, donc accroitre le nombre de maîtres et de lieux de stages. Or, la ministre n’en parle pas !

On voit bien que l’objectif du gouvernement n’est pas d’assurer la sécurité des patientes ou de pallier le manque de médecins. Car, comment justifier la fermeture de la maternité de Creil, premier établissement de niveau III à subir une telle décision, alors que les médecins ne manquent pas à l’appel et que le nombre d’accouchements réalisés, chaque année, est conséquent ? Lors de la question d’actualité que je lui ai posée le 22 janvier dernier, Madame Buzyn m’a répondu : « cette maternité ne ferme pas, elle se transforme en centre de périnatalité » (entendez un lieu où les femmes ne pourront pas accoucher !) Et elle a ajouté que la communauté médicale avait donné son feu vert. Mais alors, comment expliquer la démission du chef du service des urgences pour s’opposer à cette fermeture ? Ainsi, malgré les résistances, les initiatives de nombreux élus locaux et nationaux, des usagers, des personnels soignants et non soignants, le gouvernement s’entête. 40 % de la population du bassin de Creil n’a pas de voiture, mais cela n’inquiète pas la ministre de savoir comment les femmes enceintes vont pouvoir se rendre dans la maternité la plus proche, à 30 kilomètres, le tout sans transport en commun. C’est inadmissible et dangereux !

Selon une étude de l’INSERM, le risque de naissances en dehors de l’hôpital est deux fois plus élevé pour les femmes vivant à 30 km ou plus de la maternité la plus proche que pour celles vivant à moins de 5 km, cette différence étant encore plus grande pour les femmes qui ont déjà vécu plusieurs accouchements. De plus, la fermeture de nombreuses maternités de niveau I a entrainé une saturation, une suractivité des maternités de niveau III, beaucoup plus médicalisées, et moins centrées sur une approche humaine. Dans mon département, après la fermeture de la maternité Jean-Rostand d’Ivry-sur-Seine, celle située dans la ville voisine, au Kremlin-Bicêtre, est au bord de l’implosion. Les femmes doivent aller hors du département avec des temps de transport très longs compte tenu de la densité du trafic. Et là, on n’entend pas la ministre de la Santé s’inquiéter des conditions de sécurité pour celles qui accoucheront en chemin !

Parlementaires communistes, lors de chaque visite d’établissement organisé dans le cadre du tour de France des Hôpitaux et des EHPAD, que nous menons depuis un an, nous dénonçons cette politique de restriction budgétaire, de chasse aux dépenses publiques, de fusion, restructurations qui éloignent les citoyennes et les citoyens des structures de proximité, et rend de plus en plus difficile l’accès aux soins. Ces visites nous confortent dans nos propositions pour, d’une part, augmenter fortement l’Objectif National des Dépenses publiques (ONDAM) et pour, d’autre part, exiger un moratoire sur les fermetures et restructurations de services, d’établissements. Il est urgent de revoir le mode de financement notamment des maternités qui est totalement inadapté et ne permet aux établissements de trouver un équilibre financier qu’à partir de 1100 accouchements par an. La Cour des comptes pointait déjà ce problème en 2015 et depuis rien n’a été fait.

Ce sont ces propositions que nous soumettons, notamment, au débat lors d’une réunion publique à l’Assemblée nationale, le 18 mars, pour co-élaborer une loi-cadre en faveur de la santé, avec toutes celles et tous ceux que nous avons rencontrés lors de notre Tour de France. Une loi-cadre qui, bien évidemment, sera à l’opposé de la conception du projet de loi du gouvernement, issu du Plan « Ma Santé 2022 » que le Parlement va examiner dans les prochaines semaines. Une loi-cadre pour un plan d’embauches immédiat et en nombre dans les hôpitaux et les EHPAD publics et privés à but non lucratif, pour une revalorisation salariale, un renouvellement de la démocratie sanitaire, pour interdire les dépassements d’honoraire, lutter contre la désertification médicale…

Alors qu’un mouvement social inédit dure depuis des mois en France, Madame Buzyn se doit d’entendre les revendications des personnels de santé, des patientes et des patients, des élus. Elle doit arrêter de publier des faire-parts de décès de maternités. Il en va du bien-être des femmes, des parents et des nouveau-nés.

Les dernieres tribunes

Tribunes libres Les hommes naissent libres et égaux…

Le rapport de l’observatoire des inégalités est accablant - Par / 14 juin 2019

Tribunes libres Régulation bancaire, la classe !

L’Autorité des Marchés Financiers opte pour la "stylish regulation" - Par / 7 juin 2019

Tribunes libres L’Europe humaine

Oui pour une autre Europe - Par / 24 mai 2019

Tribunes libres Le grain de sable ?

Référendum d’initiative partagé contre la privatisation d’ADP - Par / 17 mai 2019

Tribunes libres Notre Dame de la générosité

Comme les "grands" sous l’Ancien Régime - Par / 26 avril 2019

Tribunes libres Atterrissage et malentendus…

Grand débat national, l’impatience des propositions - Par / 19 avril 2019

Tribunes libres Démocratie parlementaire

"Dépense" et "charge", sémantique constitutionnelle - Par / 12 avril 2019

Tribunes libres Big Brother…

Numérique : le capitalisme de la surveillance - Par / 5 avril 2019

Tribunes libres « Les ex du Président »

D’anciens conseillers témoignent - Par / 29 mars 2019

Tribunes libres « Ils sont inquiets »

"Déceptif", attention au faux ami... - Par / 22 mars 2019

Tribunes libres Des transports collectifs gratuits ?

Mission commune d’information - Par / 18 mars 2019

Tribunes libres QAG : « la parole est à… »

Les réponses types sur les bancs des ministres - Par / 15 mars 2019

Tribunes libres La femme de Cro-Magnon

8 mars, les femmes du vrai monde... - Par / 8 mars 2019

Tribunes libres « Mesdames, messieurs, bon appétit »

Inciter les humains à consommer des insectes ? - Par / 1er mars 2019

Tribunes libres Great America !

Fortune et démesure - Par / 22 février 2019

Tribunes libres Solidarité avec les femmes kurdes

44 femmes parlementaires se mobilisent pour soutenir les kurdes - Par / 15 février 2019

Administration