Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Tribunes libres

Parues dans la presse ou dans le journal du groupe, retrouvez ici les tribunes libres signées par les membres du groupe CRC.

Lire la suite

Une triple urgence sociale, démocratique et politique

Après les élections régionales -

Par / 18 décembre 2015

Editorial paru dans le n° 97 d’Initiatives.

Les résultats des premier et second tours des élections régionales ont résonné comme des coups de tonnerre. Jamais le Front national n’a été aussi haut, dépassant même au second tour, avec 6,8 millions de voix, le score de Marine Le Pen à l’élection présidentielle, avec une participation largement inférieure.

La violence sociale à l’œuvre dans notre pays depuis des décennies, crée une désespérance populaire. Les dates sonnent comme des avertissements : 1984, Jean-Marie Le Pen recueille 11 % aux élections européennes, puis il y a eu 2002, 2012, 2014 et aujourd’hui.

Si rien n’est entrepris dans l’urgence sur le plan économique et social, sur le plan démocratique afin de réformer les institutions, et sur le plan politique pour rassembler la gauche antilibérale, rien n’empêchera l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite ou d’une droite extrême que peu de choses distinguent.

Il faut décréter l’état d’urgence sociale. Le chômage, la précarité sont à un niveau intolérable. C’est le facteur numéro un du désespoir, de la colère. La politique d’austérité a aggravé dramatiquement une situation née de ce choix fondamental des puissances capitalistes : la finance plutôt que l’épanouissement humain. La réduction drastique de l’investissement public, et en particulier celui des collectivités territoriales a aujourd’hui de lourdes conséquences économiques et sociales.

La combinaison de ce dernier phénomène, avec l’absence de politique industrielle et des choix stratégiques des actionnaires, enfonce notre pays dans une crise terrible. François Hollande et son gouvernement ne s’opposent en rien à cette évolution. Bien au contraire, ils l’accompagnent, l’accélèrent et restent sourds au terrible message des urnes.

Le gouvernement martèle sa volonté de ne pas changer sa politique économique. Le projet de réforme du Code du travail est à ce titre une véritable provocation. Il s’agit tout bonnement de donner les moyens au patronat de licencier sans gêne, sans souci. Cela répondra-t-il à la colère exprimée les 6 et 13 décembre ? Certainement pas. L’heure est venue d’affronter la réalité et de rompre avec une politique libérale insupportée et insupportable.

Cela ne pourra se faire sans un état d’urgence démocratique. Il faut redonner le pouvoir au peuple, en terminer avec cette Ve République qui aboutit à une césure entre les représentants et les représentés. Il faut de même redonner le pouvoir au Parlement, en finir avec la domination de l’élection présidentielle, assurer sa représentativité avec la proportionnelle intégrale. Oui, le risque d’une entrée en force du FN au Parlement existe. Mais rien ne sert d’esquiver ce phénomène par des accords politiciens, des manœuvres d’appareil détestables.

Il faut donner vie à l’initiative citoyenne et permettre un contrôle réel du respect des engagements. Les trahisons à répétition sont trop souvent le lot du débat politique. Comment s’étonner du rejet par le peuple des élus et du monde politique, puisque le pouvoir n’a fait, à l’exception de quelques courtes périodes, qu’aggraver sa situation depuis les années 80 ?

Enfin, et c’est un point crucial, un état d’urgence politique est nécessaire. Nous devons nous atteler à rassembler, à mettre en mouvement toutes celles et tous ceux qui n’abdiquent pas, qui ont soif d’humanité, qui veulent transformer le monde. En 2012, 4 millions de personnes ont choisi le Front de gauche. Des millions ont voté au deuxième tour pour François Hollande en espérant le « changement maintenant ».

Tous sont cruellement déçus aujourd’hui, mais la force qu’ils représentent existe toujours. Elle peut retrouver confiance en elle, se rassembler, et incarner de nouveau un espoir pour construire une alternative solidaire et de justice : une véritable alternative de gauche.

Initiatives n°97

Les dernieres tribunes

Tribunes libres 10 ans plus tard…

La démence financière n’a pas de limite - Par / 14 septembre 2018

Tribunes libres Merci Monsieur Ziegler !

Le capitalisme, un danger mortel pour l’homme - Par / 7 septembre 2018

Tribunes libres Vacances au paradis

A Jersey, la finance offshore profite-t-elle à tous ? - Par / 24 août 2018

Tribunes libres Tous à la braderie

Le gouvernement s’apprête à brader les biens publics - Par / 3 août 2018

Tribunes libres « Maudits gueux ! »

Le bonheur a un coût mais il n’a pas de prix - Par / 27 juillet 2018

Tribunes libres “La rose et le réséda”

A propos du rapport du Secours catholique sur la finance remis au Pape François - Par / 20 juillet 2018

Tribunes libres Le gouvernement terrasse l’évasion fiscale…

Qui a pu croire au grand soir fiscal ? - Par / 13 juillet 2018

Tribunes libres “Pognon de dingue”

Le CAC40 se porte bien, très bien - Par / 6 juillet 2018

Tribunes libres La dernière guerre mondiale n’est pas finie…

L’honneur de la République et la spoliation des avoirs juifs - Par / 15 juin 2018

Tribunes libres Immersion en commission

G. Darmanin champion de la communication politique - Par / 1er juin 2018

Tribunes libres Première bougie pour M. le Président

"Ecoutez les aspirations populaires !" - Par / 18 mai 2018

Tribunes libres Le sparadrap du capitaine Haddock

Le Président des riches fait tout pour mériter cette distinction - Par / 11 mai 2018

Tribunes libres Évasion fiscale pure « Malte »

Nationalité et passeport à vendre - Par / 4 mai 2018

Tribunes libres « Alerte rouge »

Le capitalisme en question pour Challenges et Alternatives économiques - Par / 13 avril 2018

Administration