Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

Au Conseil municipal

Vous trouvez, ici, les interventions générales prononcées par Jean-François Voguet au cours des Conseils municipaux.

Lire la suite

Conseil municipal du 24 mars 2005

Par / 24 mars 2005

Intervention à l’occasion du vote sur le budget 2005
"L’essentiel a été dit sur les conditions dans lesquelles ce budget a été élaboré et dans lesquelles je le soumets à votre approbation. Dans la situation faite par le gouvernement aux collectivités, Fontenay n’est pas un cas à part, j’ai assisté lors du Congrès des Maires de France aux sifflets qui ont accueillis Monsieur Raffarin, tous élus confondus.
En contrepartie des graves difficultés que toutes les communes rencontrent du fait de cette politique, on nous invite à réduire les effectifs quand ce n’est pas à licencier, à confier au privé la gestion de services publics. Il faudrait réduire les activités à destination de la population au moment où, pour les mêmes raisons, une part plus importante d’entre elle en a plus besoin que jamais.
Ce n’est pas notre conception, d’où les dépenses importantes et notamment de personnel, dans le domaine de l’action sociale. Je veux parler de l’épicerie sociale, de l’hôtel social, de l’Espace Solidarité que nous allons inaugurer dans les semaines qui viennent, à l’école Michelet, le lieu qui va accueillir les Restos du Cœur, la Croix Rouge et l’épicerie sociale. Faut-il abandonner cela ? Évidemment non. Il faudrait au contraire développer ces activités. Faut-il abandonner toute volonté d’aider ceux qui souffrent dans une société qui régresse du fait des politiques mises en œuvre par votre gouvernement, et ce n’est même pas polémiquer que de le dire ? Ce sont des atteintes à la retraite, aux dépenses de santé, à la Sécurité Sociale, au pouvoir d’achat, au droit du travail. Augmentation du chômage et du nombre de RMIstes qui sont passés à hauteur d’un million cette année, développement du travail précaire, des exclus, etc.

Alors, il faut poursuivre. C’est la raison essentielle de nos dépenses de fonctionnement parce que nous répondons à des besoins qui ne sont évidemment pas des charges obligatoires pour la commune mais c’est un choix que nous avons fait. Et je ne parle pas des espaces verts, de l’environnement, etc.

Faut-il réduire les dépenses de santé ? Notre centre de santé Roger Salengro a accueilli 10 340 actes et le centre Emile Roux, 8 318 actes.
Faut-il réduire les crèches alors que l’on sait qu’elles sont insuffisantes ? Crèches municipales dont on sait qu’elles nécessitent beaucoup de personnel, compte tenu des règles de sécurité, des règles pédagogiques, nécessaires à un bon fonctionnement. Faut-il fermer les crèches alors que tout le monde nous en demande plus ?
En définitive, faut-il arrêter les activités humaines qui, je crois, font que dans cette ville, notamment lorsque l’on a des revenus moyens et modestes, il fait un peu mieux vivre que dans d’autres villes qui nous entourent, parce que nous avons cette vocation de service public et d’action sociale, de justice sociale. Et quand je dis justice sociale, elle concerne l’ensemble des citoyens de notre commune, étant entendu que dans le cadre du service public, personne ne paie le prix de la prestation comme cela devrait être le cas dans une gestion totalement libérale. Voilà ce qu’il en est au niveau du fonctionnement.
Au niveau de l’investissement, certes, nous pourrions avoir un budget plus important mais lorsque l’on fait rapidement le bilan de ce qui a été réalisé dans les dernières années et de ce qui sera fait dans les années à venir, c’est impressionnant :
le Stade André Laurent a été complètement refait, il est utile maintenant pour les sportifs alors qu’il ne l’était plus.
Elisa Lesourd s’est vue dotée de deux classes supplémentaires.
J’entends bien votre revendication d’un théâtre, mais l’Espace Gérard Philipe accueille maintenant 54 spectacles vivants par an avec un équipement formidable. Je vous invite à y aller.
Le Parc de l’Hôtel de Ville a été agrandi, voire doublé. Un kiosque à musique a été installé. L’Espace intergénérationnel des Larris a été ouvert et accueille des activités, des débats entre jeunes et moins jeunes. Il y a maintenant un espace cyber qui permet notamment à tous ceux qui le souhaitent et aux jeunes d’avoir des informations, de chercher du travail, de la formation, etc.
Les espaces extérieurs du quartier Jean Zay ont été réalisés.
Le quartier des Henriettes aussi, avec des espaces de jeux pour les enfants.
L’espace Solidarité sera inauguré en mai.
Des tennis, au stade Le Tiec ont été rénovés, couverts, etc. et seront aussi inaugurés en mai. En mai également, le Square aux Chats sera inauguré sa superficie aura été doublée. Cela va donc être là un "Poumon vert" pour le quartier Roublot Dalayrac.
Un certain nombre de logements ont été construits ou réhabilités, ce qui permet à notamment ceux qui ont des revenus modestes et moyens de pouvoir se loger dans des conditions dignes du XXIème siècle.
Dans le cadre de l’environnement, des améliorations ont été faites au niveau de la voirie. Fontenay Village a été complètement re-dynamisé et cela se poursuivra avec des améliorations très nettes sur l’environnement.

Le développement économique se poursuit de façon très intéressante, avec notamment, dans quelques semaines, l’inauguration d’un nouvel immeuble de la Société Générale de 10 000 m² qui va accueillir 700 salariés. Il a d’ailleurs été réalisé par un architecte prestigieux, Oscar Niemeyer.
Dans le cadre de ce budget, nous avons des projets très intéressants, nous y reviendrons tout à l’heure : Roublot, l’agrandissement de l’école Pasteur, une crèche aux Alouettes, le centre technique municipal, des espaces extérieurs complètement retravaillés, re-qualifiés, améliorés, avec des aires des jeux pour les enfants, etc. Des plantations ont eu lieu dans le quartier Salengro, "FFF", "Bois Cadet", Redoute et la coulée Verte, avec une demande d’inscriptions que nous traitons cette année dans le cadre du contrat régional avec un certain nombre d’autres équipements, liés à l’environnement.
J’oublie l’informatisation dans les écoles, qui sera totalement terminée cette année et évidemment, l’entretien du patrimoine.

Alors, cela veut-il dire que tout va bien dans le meilleur des mondes possibles ? Évidemment non. Nous avons totalement conscience de nos propres insuffisances qu’il nous faudra améliorer, je l’ai dit, dans le domaine de la communication, certes, dans le domaine de la voirie, de l’environnement, encore que je crois que de ce point de vue, nous n’avons pas à rougir par rapport aux villes qui nous entourent.

Une réflexion est à mener qui est en cours sur les questions liées au stationnement, à la circulation mais qui peut me dire ici, de façon sereine que ces questions de circulation et de stationnement soient spécifiques à Fontenay ? Évidemment personne.
Ces questions sont récurrentes mais elles concernent l’ensemble des villes de notre pays et particulièrement de la région parisienne.

Intervention à l’occasion du débat sur le projet d’aménagement de la Halle Roublot
"Nous sommes confrontés à deux choses sur lesquelles il faut que nous soyons d’accord. On peut ne pas l’être mais il faut le dire. La première : souhaite-t-on maintenir la Halle Roublot ? Considère-t-on que ce lieu soit lié à l’histoire de la ville ? Qu’il a un caractère architectural tel qu’il faille le conserver ? Si la réponse est non, le débat est clos. Je pense que personne ici ne dira qu’il faut démonter la Halle Roublot et réfléchir à autre chose. Il faudra donc le dire. Partant de là, s’il faut maintenir la Halle Roublot, compte tenu de son histoire, de son caractère, etc., il y a une impérieuse nécessité de faire des travaux de "confortation" de la structure, avant toute chose. Travaux qui s’élèvent à environ 53 % du total du coût.
Ici, tout le monde est d’accord pour maintenir la Halle Roublot. Donc si nous la maintenons, il faut faire des travaux sinon, elle va tomber. C’est une structure en acier, qui rouille, et qui si, dans trois, quatre, dix ans, nous ne faisons rien, n’existera plus.

Où réside le désaccord, dans la mesure où l’activité des marchés a disparu ? Il existe déjà deux marchés à Fontenay et pas de place pour trois aujourd’hui, selon les spécialistes. Nous avons dit depuis le début que, dans la mesure où nous avions réalisé un lieu pour le spectacle vivant, l’Espace Gérard Philipe, il fallait trouver un lieu pour accueillir dans de bonnes conditions, l’Ecole d’Arts Plastiques qui compte plus de 200 élèves. On peut décider de fermer l’Ecole d’Arts Plastiques, cela rejoint la discussion que nous avons eue sur le service public et sur les économies de personnel. Ce n’est pas notre réflexion.

Nous avons réfléchi à l’établissement de l’Ecole d’Arts Plastiques dans un autre lieu. La ville n’est pas propriétaire d’un lieu susceptible d’accueillir l’école. Donc, surcoût et enjeu économique dans le projet. Surcoût qui, dès le début a été annoncé publiquement par Messieurs Benedict, Ducrocq, les élus du quartier et moi-même. C’est d’ailleurs ce qui a démarré la réflexion sur l’aménagement de la Halle et qui a fait consensus avec l’ensemble des associations qui s’en préoccupent (Les Amis de la Halle, Musique au Comptoir, Lescot). Ces associations ont d’emblée intégré cette problématique : fonctionnement de la Halle avec l’Ecole d’Arts Plastiques prévue dans cette halle.

Avec le temps, notre réflexion a évolué, nous avons rencontré les services du Département qui se disent favorable à un investissement dans le domaine des marionnettes et de la Compagnie Lescot, compagnie remarquable subventionnée par le Département, par la Ville mais aussi par l’Etat. Nécessité donc, de donner des meilleures conditions de travail à Jean-Pierre Lescot et à sa troupe avec un agrandissement des locaux, des bureaux, etc. Nous avons également travaillé avec Musique au Comptoir et nous avons créé les conditions pour que les aménagements à caractère provisoire soient réalisés afin que cette association permette la diffusion de spectacles de musique classique de très bonne qualité avec une possibilité de collation après le spectacle. Cette expérience a fait la démonstration de son fonctionnement très positif pour la ville. Cette manifestation totalement soutenue par la ville accueille une fois par semaine des centaines de personnes.

Il faut évidemment pérenniser cet espace et lui donner de meilleures conditions de fonctionnement et permettre de faire moduler la salle et ce, avec les Amis de la Halle qui ont organisé toute une série d’initiatives que nous avons soutenues (festival de B.D., marché de Noël, etc.) Bien évidemment, il faut que la ville et les associations se servent de cet espace de façon à ce que ce lieu soit ouvert. Dans la réflexion architecturale, une ouverture par système de baies vitrées est prévue sur le Square aux Chats, ce qui permettra de créer un espace totalement modulable en fonction de l’actualité culturelle. L’ensemble des associations parties prenantes est d’accord avec ce projet. Il faut évidemment mettre ce projet en place mais faut-il pour autant en retarder le vote ? Non parce que je porte ce projet avec Monsieur Benedict et l’ensemble de la majorité. Ce projet correspond totalement à notre conception de la culture, de la citoyenneté, etc.

Nous allons voter d’une part les honoraires d’architecte et, d’autre part, un appel d’offres sera ouvert d’ici trois à six mois. En fonction de celui-ci, nous serons peut-être amenés à dire que nous ne faisons rien si le coût des travaux est trop important. Nous avons donc plusieurs mois de discussions possibles et nous trouverons un accord. Finalement, nous aurons un lieu culturel exemplaire et les personnes qui le critiquent reconnaîtront qu’ils sont dans l’erreur comme ce fut le cas pour la Maison du Citoyen.
Monsieur CHAT, directeur de l’Ecole d’Arts Plastiques n’a pas vocation à dicter ses volontés. Je pense qu’il est d’accord avec cette orientation. Si ce n’était pas le cas, ce sont les élus qui décident."


Bio Express

Jean-François Voguet

Ancien sénateur du Val-de-Marne
Membre de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication
Elu le 29 septembre 2004
En savoir plus
Administration