Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Écologiste

En direct La loi Travail non merci !

Interventions, analyses, réactions : suivez avec nous l’examen au Sénat de la loi Travail, en séance publique du 13 au 28 juin. Avec un seul mot d’ordre, partagé par la très grande majorité des Français : retrait !

Lire la suite

Ce sont les salariés de toutes les entreprises d’un même secteur qui seront mis en concurrence

Article 2 -

15 juin 2016

Annie David s’insurge à son tour contre ce bouleversement profondément défavorable aux salariés : « Cet article 2, en inversant le principe de hiérarchie des normes et en remettant en cause le principe de faveur, réunit toutes les conditions d’un dumping social. C’est là la meilleure preuve que le gouvernement se trompe de paradigme, en considérant que c’est en tirant vers le bas les conditions de travail des salariés que l’Emploi sera préservé. C’est par ailleurs rapidement oublié que le fameux “coût du travail” est en fait ce qui maintient une consommation à un niveau acceptable. Qu’à l’inverse, le coût du capital toujours plus important bloque et les investissements dans les entreprises, et la consommation des ménages en pressurant les salaires !

L’esprit de l’article 2 aggrave encore le phénomène, puisqu’en inversant la hiérarchie des normes, ce sont les salariés de toutes les entreprises d’un même secteur qui seront mis en concurrence.

Plus précisément, qu’un seul accord désavantageux pour les salariés soient signés, parce que la pression patronale est trop forte, parce que la situation est désespérée, et tous les employeurs concurrents renforceront leur pression sur les organisations de salariés pour s’aligner sur les conditions désavantageuses de l’accord dans une course au moins-disant social.

Jusqu’ici, l’accord de branche et la Loi étaient là pour éviter ce phénomène. Pourquoi le Front populaire, dont le gouvernement a tenu à commémorer l’accession au pouvoir, avait-il mis en place ce système ?

Tout simplement parce que plus l’échelle est réduite, plus le lien de subordination employeur/employé s’exprime crûment. Ce constat est d’autant plus vrai qu’en période de chômage de masse, la crainte de se voir remplacer est plus forte du côté des salariés. La Loi, par le biais de son cadre global, annihile ce rapport de subordination.

De fait, il apparaît évident qu’en proposant cet article 2, le gouvernement ne cherche rien d’autre que la précarisation de l’ensemble des salariés, en organisant un dumping social entre les entreprises. Il aura alors achevé le processus qui a consisté à renforcer le coût du capital vis-à-vis du coût du travail et le lien de subordination en faveur de l’employeur, à permettre l’émergence d’accords alors même que les syndicats majoritaires y sont opposés et enfin à pressurer l’ensemble des salariés. »

Les dernieres interventions

La loi Travail non merci ! Un projet aux antipodes du progrès social

Pourquoi nous votons résolument contre ce texte, par Dominique Watrin - 28 juin 2016

La loi Travail non merci ! Bonne manifestation à toutes et à tous

Nous aussi, nous défilerons encore une fois - 28 juin 2016

La loi Travail non merci ! Deux semaines de débats et une évidence  

Droite et gouvernement d’accord sur l’essentiel - 27 juin 2016

Administration